Loin de son île

Handball : le Portois Bryan Doisel qualifié pour le Mondial avec la Guinée

  • Publié le 4 février 2024 à 17:06
  • Actualisé le 4 février 2024 à 18:34

Si tout va bien, un jeune Portois disputera les championnats du monde 2025 de handball. Il ne s’agit ni de Melvyn Richardson ni de Benoît Kounkoud, les deux Réunionnais qui participaient dernièrement à l’Euro en Allemagne, mais de Bryan Doisel. Ce dernier s’est qualifié pour le Mondial de l’an prochain, sous le maillot de la Guinée Conakry, lors du championnat d’Afrique des nations qui vient de s’achever au Caire, en Egypte (Photo D.R.)

Il aurait rêvé de jouer pour l’équipe de France de handball. Mais il la retrouvera peut-être face à lui dans un an, aux championnats du monde qui se dérouleront conjointement au Danemark, en Norvège et en Croatie.

Il y a quelques jours, le Portois Bryan Doisel a en effet obtenu de haute lutte son billet pour les prochains mondiaux avec... la Guinée Conakry, lors du championnat d’Afrique des nations qui se déroulait en Egypte.

Un Portois en équipe nationale de Guinée ? C’est incroyable. Mais vrai. La connexion remonte à 2020.

"J’ai été contacté par le staff guinéen, raconte Bryan, en direct du Caire. Ils s’étaient aperçus que j’avais une grand-mère d’origine malgache mais aussi guinéenne. Ils m’ont demandé en 2019 si je voulais participer au projet qu’ils étaient en train de bâtir en vue du championnat d’Afrique des nations 2020 et c’est comme cela que j’ai obtenu de fil en aiguilles mon passeport guinéen."

Le Portois se retrouve alors embarqué dans une sacrée aventure. Il participe à deux championnats d’Afrique des Nations. Le premier en Tunisie avec une 10e place à la clé en 2020, puis le deuxième en Egypte déjà, en 2022, où la Guinée rate d’un cheveu la qualification pour le Mondial, en ne perdant que d’un but face à l’Algérie, finalement cinquième à sa place, et qualifiée.

Mais ce n’est que partie remise. Cette année, la CAN 2024 est à nouveau organisée en Egypte. Et cette fois-ci, les Guinéens vont atteindre leurs rêves.

Malgré leur défaite en quart de finale face à la Tunisie de Patrick Cazal, ils parviennent à arracher leur billet pour le prochain Mondial en dominant la République Démocratique du Congo en match de classement, pour la cinquième place (29-26).

"C’est une joie extraordinaire et un immense sentiment de fierté, témoigne Bryan, auteur de cinq buts lors de ce match couperet. Fierté d’avoir représenté ce que je considère aujourd’hui comme mon pays de cœur avec la France et La Réunion, les patries de mon enfance, et Madagascar où je suis né. La Guinée fait partie de mes racines par ma grand-mère. J’assume fièrement de porter ses couleurs."

- "Ça sera un moment magique" -

C’est en pensant à toute sa famille réunionnaise également, "tous installés au Port", dit-il, que ce soit sa mère, son père et ses sœurs, que le franco-guinéen a fêté tranquillement cet exploit.

"Je suis resté dans ma chambre pendant que les autres partaient dans les bars du Caire », dit encore Bryan qui se considère d’abord comme « un citoyen du monde", au-delà de ses trois identités.

Joueur de Livry-Gargan (Nationale 1), en région parisienne, le gamin de vingt-six ans, formé au Port et passé par La Saline, n’oubliait pas de saluer ses premiers entraîneurs au moment de quitter la capitale égyptienne.

"J’ai une pensée pour Christian Chevalier, mon entraîneur au Pôle espoirs et également Eric Kaisse, que j’ai croisé au Port et qui m’a tout appris en matière de handball. Je leur dédie cette qualification."

Après cette parenthèse enchantée, Bryan va maintenant reprendre le cycle normale de son existence. Tout en ayant blotti dans un petit coin de sa tête, ce Mondial 2025 qu’il jouera en janvier prochain, au milieu des stars de la discipline.

"Ça sera un moment magique, nous confie-t-il encore au téléphone. Une super expérience à vivre. Et qui sait, notre chemin croisera-t-il peut-être celui des Français en match de poules ? Je connais bien Yanis Lenne pour l’avoir fréquenté au centre de formation d’Aix-en-Provence. Je connais bien aussi Dylan Nahi et Benoît Kounkoud pour avoir joué contre eux dans les équipes de jeunes".

Il termine "Ce serait formidable de les retrouver en face de moi, sur le terrain, à l’occasion d’un championnat du monde."

fp/www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

guest
2 Commentaires
HULK
HULK
3 semaines

C'est bien pour lui,mais quel trafic! Les gens deviennent du bétail qu'on achète et qu'on vend. vie le monde;

Marécage
Marécage
3 semaines

Bravo et bonne continuation.