Plusieurs rapports votés (actualisé)

Les violences urbaines au coeur de la séance plénière du Département

  • Publié le 27 mars 2024 à 16:46

Le Conseil départemental s'est réuni ce mercredi 27 mars 2024 en séance plénière. A l'ordre du jour : le renouvellement du Pacte local de solidarité (PLS) et le nouveau Pacte Département et Territoires, mais aussi l'augmentation des violences urbaines constatée dans plusieurs communes de l'île depuis plusieurs mois (Photo sly/www.imazpress.com)

"Les élus ont examiné ce dossier en faisant preuve de sincérité, de clairvoyance, sans vouloir stigmatiser qui que ce soit" déclare Cyrille Melchior, président du Département, à propos des violences survenues.

"On ne peut pas se dire que tout va mal et ne rien faire, le Département est donc pleinement mobilisé dans sa mission d'acteur social en matière de prévention, de médiation et d'insertion" assure-t-il.  "Chacun doit trouver sa place dans les mesures qu'on doit mettre en place."

Cyrille Melchior a rappelé qu’il "ne s’agit pas de stigmatiser mais au contraire de traiter ces dossiers avec humanité". Il a aussi regretté "la tentation de l’Etat de faire des économies sur des politiques publiques essentielles au maintien du lien social et du bien-vivre ensemble réunionnais".

"Nous avons à reconstruire le pacte citoyen, expliquait-il. Il faut que chacun trouve sa place dans la société et puisse se projeter. C’est ce qui doit guider notre travail."

Une motion, portée par le groupe majoritaire et adoptée à l’unanimité, apporte son soutien aux victimes, rappelle l’engagement du Département dans la mise en œuvre d’actions de prévention et de médiations dans les quartiers, et demande à l’Etat de renforcer la coordination entre les services de sécurité. Elle lui demande également d’engager une réflexion sur les politiques publiques de sécurité, de justice et de contrôle des arrivées dans l’île, surtout des enfants mineurs.

- 90 millions d'euros sur trois ans -

Ce mercredi matin, les conseillers départementaux ont voté pour le premier rapport concernant le Pacte Département et Territoires 2024-2026.

"Ce premier rapport a un volet social extrêmement important. Sur les dernières années, nous avons apporté 30 millions d'euros aux CCAS, et nous allons continuer à le faire" souligne Cyrille Melchior.

Ce pacte représente un budget de 90 millions d'euros sur trois ans, dont 75 millions dédiés à l'investissement, notamment la construction d'infrastructures. 5 millions d'euros seront dédiés à aider les communes labelisées "Petites villes de demain", et 10 millions serviront à financer l'action sociale.

"Un travail minutieux sera engagé avec chaque territoire pour évaluer les besoins et les possibilités, l’objectif étant de renforcer la solidarité territoriale en bâtissant un écosystème favorable au bien-être et à l’épanouissement de nos publics " explique Cyrille Melchior.

Le Président du Conseil départemental souligne aussi que "cette démarche s’inscrit dans les efforts sans précédent engagés par la Collectivité dans le cadre de sa stratégie d’évolution de l’offre visant à augmenter qualitativement et quantitativement les structures d’accueil adaptées".

- Pacte local de solidarité -


"Le PLS va là aussi nous permettre de mettre des moyens en place" concernant ces violences, explique Cyrille Melchior. "Il faut des moyens humains, financiers, et des opérateurs sur le terrain, qui proviennent des communes, des associations, et des agents du Département" détaille-t-il.

"Nous sommes sur le terrain, au contact des plus défavorisés. A Bras-Fusil, j'ai pu dialoguer avec des jeunes, j'entends les problèmes que chacun peut rencontrer mais si ensemble on ne se met pas à trouver des solutions ça n'avancera pas" estime-t-il.

Le PLS représentera environ 16 millions d'euros pour l'année 2024, avec une participation à hauteur de 6,4 millions d'euros de la part du Département.

Il remplace la Convention d’appui à la lutte contre la pauvreté et d’accès à l’emploi. Ce nouveau partenariat Etat-Département "permettra de consolider les dispositifs existants en matière d’action sociale, tout en intégrant de nouvelles actions correspondant aux besoins de la population, pour un montant prévisionnel global de plus de 16 millions d’euros".

Quatre axes stratégiques sont identifiés :

- L’investissement social pour prévenir la reproduction de la pauvreté

- La sortie de la pauvreté par le travail en lien avec France Travail

- La lutte contre la grande pauvreté par l’accès aux droits et l’aller vers

- La construction du volet solidaire de la transition écologique.

"Les deux premiers dispositifs ont représenté un accompagnement financier de 197 millions d’euros, dont 167 millions d’investissement, pour plus de 800 actions en maîtrise d’ouvrage communale, ce qui a permis de soutenir chaque année environ 1 600 emplois directs et indirects" rappelle le Département.

Après le grand succès de la première édition - 123 initiatives présentées, 55 lauréates -, le Département a aussi validé une seconde édition du Budget d’initiatives citoyennes (BIC), pour un montant identique d’un million d’euros, pour soutenir les projets portant notamment sur la lutte contre la vie chère, la transition écologique et solidaire, et désormais la culture et l’action sociale.

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com


 

guest
1 Commentaires
HULK
HULK
3 mois

L'exemple même de la langue de bois. Et bla-bla-bla et bla-bla-bla. Ah on peut dire qu'ils aiment çà les "zhommes politiques". Parler pour ne rien faire, c'est leur slogan. Mais les gens marchent, alors tout va bien. Rendez-vous à la prochaine élection.