Courrier au ministre de l'Economie

Électricité : les élu.e.s de La Réunion demandent le gel de l'augmentation 10% des tarifs

  • Publié le 5 février 2024 à 17:48
  • Actualisé le 5 février 2024 à 19:05

Ce lundi 5 février 2024, l'ensemble des parlementaires, des maires, des chambres consulaires et la quasi-totalité des intercommunalités ont demandé par courrier à Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances, le gel de 10% des tarifs de l'électricité (Photo www.imazpress.com)

"Ce courrier a été signé par tous les députés , tous les sénateurs , la Présidente de la Région, le Président du département, le Président de l’AMDR, le Président de la Civis , le Président du TCO, le Président de la Casud , les Présidents des chambres de commerce, des métiers et de l’agriculture", affirme Jean-Hugues Ratenon député de La Réunion, et initiateur du courrier. Il précise : "seules la Cirest et la Cinor n'ont pas signé".

La décision d’augmenter de 10% les tarifs d’électricité dès le 1er février 2024 est très mal vécue par la population réunionnaise", s'offusquent les élu.e.s.

Cela d'autant que cette "augmentation qui s’ajoute à celles de 2% en février 2022, de 15% en février 2023 et de 10% en août 2023 entrainant une augmentation des factures" note le courrier.

"En temps normal, c’est très difficilement supportable pour les familles réunionnaises, tant le pouvoir d’achat est en berne et compte tenu de la cherté de la vie, jusqu’à 35% d'augmentation par rapport à l’Hexagone", soulignent les signataires.

"Mais faire une telle annonce juste après le passage du cyclone Bélal est incompréhensibl" s'agacent les élu.e.s.

Les signataires énumèrent ensuite :"uncyclone qui a causé la mort de quatre personnes. Les dégâts sont estimés, d’après un premier bilan, à plus de 100 millions d’euros. L’agriculture a beaucoup souffert. Selon les premiers retours de l'enquête de la CCIR auprès de ses adhérents : 212 entreprises ont eu des difficultés en raison du cyclone et seules 58% de ces entreprises sont assurées pour les dommages subis"

Les élu.e.s notent que l'annonce de la hausse est "intervenue alors que des quartiers entiers ont été privés d'électricité pendant quasiment 12 jours"

Ces coupures ont obligé" les familles à jeter les provisions de nourritures représentant des centaines d’euros, certaines d’entre elles ont dû aussi racheter de l’électroménager", relatent les signataires.

"Certaines entreprises ont dû mettre leurs employés en chômage technique faute d’électricité et de l’eau. Tout cela a un coût", affirment-il. 

"Monsieur le Ministre, à peine le cyclone Bélal s’est-il éloigné, que nous avons dû affronter une nouvelle tempête Candice. Fort heureusement moins dangereux en termes de vents mais qui a provoqué des pluies torrentielles dans le sud de l’île. Là encore le bilan est lourd : 4 morts et des dégâts très importants aux maisons, routes, exploitations agricoles" rappelent les élu.e.s.

"L'inflation, les difficultés de remboursement du Prêt garanti par l'Etat, les dépôts de bilan, les procédures de liquidation en augmentation, la hausse du coût du fret et de la matière première…le prix de l’énergie, des carburants qui augmentent au 1er février 2024 ; la population comme les professionnels appellent au secours" émumèrent ensuite les signataires.

Pour l'ensemble de ces raisons, les élu.e.s demandent le gel de cette augmentation "pour le département de La Réunion, au nom de la solidarité nationale. Au nom de la différenciation. Au nom des adaptations. Des termes si chers au Président de la République et au Premier Ministre".

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
HULK
HULK
3 semaines

Pour une fois qu'ils parlent d'une même voix, il ne faut rien lâcher. Parlez au nom de l'intérêt des réunionnais, pour une fois.