Elles sont endettées (actualisé)

Errance animale : les associations attendent les subventions, les autorités attendent les justificatifs

  • Publié le 12 avril 2024 à 16:01
  • Actualisé le 15 avril 2024 à 20:26

Depuis décembre 2023, les associations APEBA et REVEZ ne reçoivent plus de subvention pour la prise en charge des stérilisations d'animaux. Toutes deux lauréates d'un appel à projet de France Relance, elles ont obtenu près de 370 000 euros de subvention pour mener à bien leurs missions. Elles dénoncent aujourd'hui les lourdes dettes accumulées depuis décembre. Du côté des services de l'Etat, on indique que "la finalisation du versement de la subvention sera assurée dès transmission par l'association des justificatifs prévus par la convention de financement". (Photo photo Sly/www.imazpress.com)

Dans le cadre du plan de relance, les associations de protection animale ont été appelées à présenter des projets qui participaient à la lutte contre l'errance animale. Parmi les projets retenus et éligibles à une subvention de l'État, on retrouve notamment ceux portés par les associations APEBA et REVEZ.

45.650 euros ont été accordés à REVEZ, dont 75% du montant ont été versés. L'APEBA s'est elle vue attribuer une subvention de 324.127 euros, dont 62% ont été versés.

"Une première tranche a été versée en octobre 2022, que nous avons terminé de dépenser en août 2023. Depuis on envoyait nos factures à la Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt de La Réunion (DAAF), qui nous remboursait les frais. Mais depuis décembre, nous ne recevons plus rien" dénonce l'APEBA.

"Nous avons accumulé quatre mois de dettes : nous devons 35.000 euros à nos partenaires vétérinaires, tandis que REVEZ a accumulé une dette de 10.000 euros"' regrette l'association. "Beaucoup ont donc perdu confiance et ne veulent plus s'engager sur les prochaines campagnes de stérilisation."

Mais pourquoi ces retards ? D'après l'association, les fonds leur revenant auraient été "renvoyés vers Paris" et y "seraient bloqués". "La DAAF attend que le ministère leur renvoie nos subventions pour pouvoir débloquer la situation" explique l'APEBA.

D'après la préfecture cependant, "les conventions ayant été prolongées jusqu’en septembre 2024, le solde ne pourra être versé que lorsque les justificatifs nécessaires auront été transmis à l'administration de la part de l'association". Il en va de même pour l'association REVEZ, indique-t-elle à Imaz Press.

Des affirmations que les deux associations démentent. "Nous avons 31.000 euros de dépenses jusitifies et validés, mais pas de remboursement" rapportent-elles. "Les crédits ne sont pas encore disponibles à notre niveau" a répondu la DAAF.

La préfecture insiste de son côté, indiquant qu'il "y a des échanges en cours sur les justificatifs". "Une fois les dossiers complets, les paiements seront déclenchés avec des délais administratifs et bancaires habituels."*

En attendant que la situation se débloque, les actions des deux associations ont en tout cas largement diminué. "On est passé de 150 à 170 stérilisations en moyenne par mois, à seulement 15" déplore l'APEBA. "Etant donné que l'errance animal est un sujet extrêmement grave et qu'on perd la confiance des vétérinaires, on demande un versement d'urgence" conclut l'association.

*Mise à jour le lundi 15 avril

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

guest
2 Commentaires
Citoyenne
Citoyenne
1 mois

Merci à ces associations qui donnent tout pour compenser tant bien que mal la négligence et l'incompétence des pouvoirs publics sur la cause animale. Préfecture, mairies... les acteurs publics n'assument pas leurs responsabilités en la matière. Pourquoi? À leur tête , des élus et des hauts-fonctionnaires qui ne pensent qu'à leurs intérêts politiques et personnels, et n'ont strictement rien à faire du bien-être animal, pas plus que de l'intérêt général au sens large, d'ailleurs. Derrière les discours, le néant.

Templier974
Templier974
1 mois

Qu'ils arrêtent de se renvoyer la balle. Tout le pognon est reparti en France hexagonale. Et les petites associations n'ont pas de subventions et ont du mérite pour arriver à sauver énormément de chats 🐱 et chiens 🐕 .Heureusement qu'il y a de bons samaritains...