Mobilisation

Face au Rassemblement national, cinq syndicats de La Réunion appellent à la manifestation

  • Publié le 13 juin 2024 à 11:41

Après les résultats aux élections européennes, plaçant en tête la liste du Rassemblement national, la CGTR, FSU, Unsa, Saiper et Solidaires appellent à la mobilisation contre le parti d'extrême droite ce samedi 15 juin 2024 devant la préfecture de Saint-Denis, à 10 heures. Ils le disent : "après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues !" (Photo : AFP)

"Nous appelons à un front populaire face à l'extrême droite qui atteint un niveau record", lance Jacky Balmine, secrétaire général de la CGTR.

"Le président Macron porte la première responsabilité en organisant les élections en moins de trois semaines, nous devons prendre notre responsabilité pour empêcher à nouveau que les travailleuses et travailleurs ne soient pas enfermés dans une fausse alternative entre l’extrême droite et le néolibéralisme."

"On est depuis longtemps en alerte du risque de voir l'extrême droite au pouvoir", lance Marie-Hélène Dor de la FSU. "Nous sommes à l'aube de quelque chose de dangereux pour le pays et les salariés."

Lire aussi - Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues !

- "Notre démocratie est en danger" -

"Notre démocratie est en danger et sans sursaut immédiat, l’extrême droite arrivera au pouvoir", ajoute-t-il.

Pour le secrétaire général de la CGTR, "il faut répondre à l’urgence sociale des propositions fortes pour augmenter les salaires et les pensions et surtout faire attention aux réflexions de se dire que comme la droite et la gauche n’ont rien fait, on va essayer l’extrême droite. C’est dangereux".

"Je comprends la souffrance et la difficulté de beaucoup de nos citoyennes et citoyens pour vivre face à une pauvreté qui a grandi de jour en jour mais il faut se mobiliser pour empêcher cela", souligne Jacky Balmine.

"L’abstention bat des records dans les Outre-mer. C’est un signe de ras-le-bol et qu’il faut que nos politiques tiennent compte et en prennent enfin conscience" précise le syndicaliste.

"Les droits des salariés sont souvent brimés par l'extrême droite en Europe." "Un danger lié aussi à la régression sociale mise en oeuvre depuis le début de la première mandature de Macron", ajoute Marie-Hélène Dor.

"C'est un sentiment de désespoir que ressentent les citoyens qui n'en peuvent plus et qui, pour répondre à cette crise sociale ont voté."

"C'est pour cela que l'on revendique plus de justice sociale pour répondre à la désespérance et pour cela nous avons une série de revendications comme l'abrogation de la réforme des retraites, l'abrogation de la réforme de l'assurance chômage ou encore la régularisation des travailleurs sans papier", ajoute la syndicaliste.

- Sans la CFDT -

Si dans l'Hexagone, la CFDT appelle également à la mobilisation, à La Réunion c'est une autre affaire. Dans un communiqué envoyé mardi 11 juin, la CFDT de La Réunion, a indiqué "ne pas s'immiscer dans la campagne électoral".

"Chaque adhérents, adhérentes, et les responsables syndicaux de la CFDT Réunion, ont la liberté de faire leur propre choix en ce qui concerne l’appel à manifester le plus largement possible ce week-end."

Par conséquent la CFDT Réunion laisse aux adhérents et aux adhérentes ainsi qu’aux responsables syndicaux de l’union, le libre choix individuel de leur droit à manifester.

Lire aussi - La CFDT Réunion ne s’immisce pas dans la campagne électorale

- Des rassemblements à travers la France -

Si le jour même et au lendemain des élections européennes, de nombreux rassemblements ont eu lieu en France contre la politique du Rassemblement nationale, ce samedi 10 juin, la mobilisation s'annonce également suivie.

La CFDT, la CGT, l'UNSA, la FSU et Solidaires appellent à "manifester le plus largement possible" ce week-end "pour porter la nécessité d'alternatives de progrès pour le monde du travail" avant les élections législatives anticipées du 30 juin et 7 juillet, selon un communiqué intersyndical publié lundi.

"Notre République et notre démocratie sont en danger", alertent ces syndicats face au risque d'une victoire de l'extrême droite lors du scrutin.

Ces cinq syndicats demandent en outre au gouvernement de renoncer "immédiatement" à sa réforme sur l'assurance-chômage – qui, malgré la dissolution de l'Assemblée nationale – entrera en vigueur.

"En décidant de dissoudre l'Assemblée nationale, et d'organiser des élections législatives en trois semaines, après les premiers départs en vacances et à la veille des Jeux Olympiques, le président de la République prend une lourde responsabilité", préviennent les organisations syndicales.

"Il faut un sursaut démocratique et social. A défaut, l'extrême droite arrivera au pouvoir", mettent en garde CFDT, CGT, Unsa, FSU et Solidaires.

Lire aussi - "Extrême droite aux portes du pouvoir": des milliers de manifestants rassemblés dans plusieurs villes de France

ma.mwww.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
10 Commentaires
Trifot
Trifot
4 semaines

Quelle honte mes compatriotes qui votent le RN, s il vous plait votez pour qui vous voulez mais pas pour le RN

HULK
HULK
1 mois

Ce sont les mêmes qui avaient appelé à voter MACRON il me semble? Vous voyez le résultat? Et maintenant c'est MÉLENCHON 1er ministre peut-être? Les c..s çà ose tout.... Vous connaissez la suite.

lise
lise
1 mois

merci à la gauche et aux syndiaats pour les 39h les congés payés la santé l education... la droite la police raciste la haine non merci

payet
payet
1 mois

@templier ;le fn a toujours été un parti parasite , la critique partout et le boulot nulle part! qui finance le fn ahahaha! combien de procés pour le fn! les idées simplistes et popûlistes ne menent à rien! vs voulez changer votre vie et bien secouez vous allez au boulot comme tut les ouvriers de gauche ouin ouin!

Unpeudhistoire
Unpeudhistoire
1 mois

hum, le bon vieux temps des Templiers, magnifique, une belle époque de paix social, de bonheur, du bon vivre ensemble, comme on l'aime à la Réunion, super...

Eve
Eve
1 mois

Front populaire :
naissance d’un accord,
renaissance de l’espoir

Hubert
Hubert
1 mois

Voilà que les syndicats se mettent à faire de la politique en filigrane ? ! On aura tout vu avec ces syndicats ; faut savoir ce qu'ils veulent avec leur bouche pleine. Rien n'est bon pour eux ? Ils ont ciré, tempété, manifesté, ..bref ralé que le dieu MAcron était un incapable etc..et voilà une autre leur qui leur est présentée, elle n'est pas bonne? Ecoutez , présentez Force Ouvrière qui fait 1% des votes. Commencez à boucher les routes et criez encore; pftttt

Templier974
Templier974
1 mois

Tous ces syndicats qui veulent faire barrage au Rassemblement National sont financés par le gouvernement et ces financement sont énormes. Entre 500.000 et 600 000 €,pour ceux qui ne croient pas renseignez-vous. RN au pouvoir et suppression de ces aides pour commencer. Remettons de l'ordre et aidons notre Patrie :FRANCE...

payet
payet
1 mois

liberté du peuple ,oui à l education oui à la santé oui à la formation ! non au fn non au facisme non au racisme non au mensongesnon au populisme ! el pueblo unido jamas sera vencido!

Ste Suzanne
Ste Suzanne
1 mois

Notre démocratie est en danger
Depuis des années vous criez que Macron est entrain de nous tuer
Mr balmine continua vous engraisser
Et les petits travailleurs seront toujours a la ramasse
Oui je viendrais manifester mais je suis tout seul dans l isoloirs c est moi qui vote et et sait pour qui
Arrêté de critiquer votre syndicat roule pour un partie chez nous tout le monde le sait
Honte à vous