Il réfute les accusations

Le président du Conseil de l’Ordre des médecins accusé de violences conjugales

  • Publié le 5 juin 2024 à 11:20
  • Actualisé le 5 juin 2024 à 13:54

Le président du Conseil de l’Ordre des médecins, Dr Benjamain Dusang, est accusé de violences conjugales par son ex-compagne Lise François, elle aussi médecin. Une plainte a été déposée à son encontre en septembre 2023 par le Dr François, tandis que le Conseil national de l’Ordre (CNOM) a de son côté porté plainte devant la chambre disciplinaire, révèle le Quotidien.

"Je me suis tue pendant trop longtemps. Maintenant j’irai jusqu’au bout, malgré ma trouille et les pressions. Pour moi-même, pour mes patientes et les autres femmes victimes de violences" a témoigné Lise François auprès du Quotidien, dix ans après les faits présumés. Une plainte motivée par la présence de son ex-compagnon à une conférence portant sur les violences intrafamiliales.

L'accusé, lui, dément totalement ces accusations. "Je suis consterné, secoué par des allégations fantaisistes que je démens complètemen" a-t-il réagi Dusang, interrogé par Le Quotidien. En réaction, ce dernier a déposé une plainte disciplinaire devant le CNOM et une plainte en correctionnelle pour diffamation et dénonciation calomnieuse.

"Le 18 juillet 2023, le Dr Dusang dépose une plainte disciplinaire contre le Dr François notamment pour «déconsidération de la profession de médecin» et "manquement à son devoir de confraternité". Cette plainte est dépaysée devant le CDOM des Bouches-du-Rhône" ajoute par ailleurs le Quotidien.

L'affaire, qui touche le président du Conseil national de l'ordre, fait forcément réagir au sein de la profession. Ce dernier accuse notamment son ex-compagne de se servir du calendrier des élections de l'ordre pour lui "nuir".

La présidente de l'Union régionale des médecins libéraux OI, le Dr Christine Kowalczyk, a de son côté interpellé l'ARS sur ce dossier.

"Dans cette affaire, une plainte a été déposée et il faut laisser la justice faire son travail", a confié le médecin auprès de nos confrères. "Mais il y a aussi une procédure qui a été lancée par le Conseil national de l’Ordre devant la Chambre disciplinaire de première instance Réunion-Mayotte. Ce dossier doit être suivi avec la plus grande attention, et j’ai appelé l’Agence régionale de santé (ARS) à sensibiliser le ministère de la Santé à cette situation".

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
Missouk
Missouk
2 semaines

Inadmissible que ce type soit à ce point traîné dans la boue par différents médias, alors qu'il n'est pour l'instant qu'accusé et jusqu'à preuve du contraire toujours pas coupable!