15 nouveaux cas en une semaine

Leptospirose : 145 cas depuis janvier, un nombre qui continue d'augmenter

  • Publié le 12 avril 2024 à 15:57
  • Actualisé le 12 avril 2024 à 16:43

Ce vendredi 12 avril 2024, Santé publique France a dévoilé les chiffres épidémiologiques pour la semaine du 1er au 7 avril. Le nombre de cas hebdomadaire de leptospirose est toujours en hausse, avec 15 nouveaux cas déclarés. Les cas de dengue se stabilisent depuis quelques semaines. Près de la moitié des cas est toujours rapportée à Saint-Joseph. La tendance à la dispersion géographique se poursuit avec 14 communes concernées, dont une majorité de cas dans le sud. À noter également une hausse du nombre de passages aux urgences pour un motif de gastro-entérite. Nous publions ci-dessous le communiqué de Santé publique France (Photo : AFP)

Données de la déclaration obligatoire : depuis le 1er janvier 2024, 145 cas de leptospirose autochtones ont été déclarés à l’ARS, soit 15 cas de plus que la semaine précédente.

L’incidence de 2024 est bien supérieure à celles des années précédentes. En comparaison, 83 cas étaient déclarés à la même époque en 2022 (année où l’incidence était la plus forte avec 169 cas annuels) et 49 cas en 2023 (avec 164 cas annuels).

Les 15 nouveaux cas déclarés entre le 03/04 et le 10/04 résidaient dans les secteurs :

  • Sud (4 cas au Tampon et 1 cas à Saint Pierre);
  • Ouest (4 cas à Saint Paul et 1 cas à Trois Bassins);
  • Est (3 cas à Saint Benoit, 1 cas à Saint André et 1 cas à Bras Panon).

Les principales hypothèses de contamination déclarées par les cas lors de l’enquête de terrain restaient les mêmes, principalement des activités agricoles/élevage (professionnelle ou de loisirs) et dans une moindre mesure des activités de loisirs en contact avec de l’eau douce et des activités de nettoyage de cour (notamment après les épisodes de fortes pluies).

Il n’a pas été identifié de nouveaux décès au cours la S13 (1 en lien direct en S11 et 1 en cours d'investigation pour l’imputabilité en S10)

Données du réseau Oscour : En S14, l’activité pour suspicion de leptospirose (16 passages et 8 hospitalisations) représentait 0,4% de l’activité toutes causes confondues. Entre S01 et S14/2024, 117 passages et 65 hospitalisations, étaient enregistrés (taux d’hospitalisation de 56%). A titre de comparaison, pour la même période de 2023, le taux d’hospitalisation était de 66% (29 hospitalisations/44 passages) et pour 2022 il était de 59% (47 hospitalisations/79 passages).

- Dengue -

Depuis le début de l’année, 495 cas de dengue ont été rapportés, ce qui dépasse le nombre de cas totaux de 2023 et se rapproche du nombre de cas en 2022 pour la même période (550 cas à la S13).

En semaine 12, le nombre de cas de dengue signalés était de 79 cas et en S13, ce dernier était de 74 cas. Le nombre de cas hebdomadaires tend à se stabiliser depuis la S09 (malgré la baisse en S10 et 11) autour de 60-70 cas.

La moitié des cas est toujours rapportée à St Joseph 51 en S12 et 46 en S13 mais cette proportion baisse depuis la S09 où 82 des cas y étaient signalés. La tendance à la dispersion des cas se maintient avec 14 communes concernées en S13. Le sud reste principalement affecté (75% des cas), vient ensuite l’ouest avec 20% des cas (proportion en hausse). En semaine 13, les cas sont répartis comme suit:

Le sérotype circulant est toujours le DENV 2

L’impact sanitaire reste à ce jour faible avec 81 passages aux urgences (CHU Sud et CHOR principalement) pour syndrome compatible avec la dengue depuis le début de l’année, dont 9 en S12 et 14 en S13. L’impact hospitalier reste faible également avec 4 hospitalisations depuis le début de l’année.

L’épidémie de dengue à Maurice et à Rodrigues se poursuit. Le sérotype DENV 2 y est également le sérotype en cause. Depuis le début de l’année, 33 cas importés ont été signalés au retour de voyage.

- Gastro-enterites aigues (GEA) -

En S14 les passages aux urgences tous âges pour un motif de gastro-entérite étaient en augmentation. Le nombre de passages aux urgences était de 93 en S14 versus 68 en S13 (Figure 10) soit une hausse de 37%. Le nombre d’hospitalisations était aussi en augmentation avec 21 hospitalisations en S14 vs 9 en S13.

Chez les enfants de moins de 5 ans, les passages aux urgences pour un motif de gastro entérite étaient en augmentation en S14 (n= 46) comparés à la semaine précédente (n= 33) (Figure 11). Les hospitalisations après un passage aux urgences étaient aussi en augmentation avec 14 hospitalisations en S14 contre 3 en S13.

En S14, la part de l’activité des urgences chez les moins de 5 ans pour la gastro entérite était à la hausse par rapport à la semaine précédente (8,6% en S14 vs 6,6% en S13).

En médecine de ville, la part d’activité pour diarrhée aigüe était à la hausse et se situait à 3,0% en S14 (Figure 12). Elle était au dessus de la moyenne des années 2013-2023.

 

- Covid 19 -

En S14, le taux de positivité (TP) était stable : 3% en S14 contre 4% en S13 (Figure 1). Le taux de dépistage était en revanche en diminution modérée : 37 tests pour 100.000 habitants en S14 contre 43 tests pour 100.000 habitants en S13. L’analyse du taux de positivité par classes d’âges fait état d’une baisse du TP chez les moins de 15 ans et chez les 75 ans et plus, d’une stabilité chez les 45-65 ans et d’une hausse modérée chez les 15-45 ans et les 65-75 ans (Figure 2).

En S14, les passages aux urgences pour motif de COVID-19 étaient faibles et stables (Figure 3). En S14, 3 passages aux urgences pour COVID-19 ont été comptabilisés contre 2 la semaine précédente (Figure 3). Le nombre de passages aux urgences pour motif de COVID-19 restait inférieur à la moyenne des passages en S14 entre 2020 et 2023 (Figure 3).

Le nombre d’hospitalisations après un passage aux urgences pour motif de COVID-19 était faible et stable avec une hospitalisation en S14 versus aucune hospitalisation en S13 (Figure 4). Le niveau des hospitalisations était inférieur à la moyenne 2020-2023.

- Syndrome grippal, infection respiratoire aiguë et virus gripaux -

En S14 les passages aux urgences pour motif de syndrome grippal étaient stables. Les urgences ont enregistré 18 passages pour un motif de syndrome grippal en S14 contre 16 la semaine précédente (Figure 5). Le nombre d’hospitalisations pour syndrome grippal était aussi stable avec 3 hospitalisations rapportées en S14 contre 4 en S13. La part d’activité des urgences pour un motif de grippe représentait moins de 1% de l’activité totale

La surveillance virologique identifiait en S14 une circulation exclusive de grippe de type A(H1N1)pdm09 (Figure 7). Le taux de positivité était stable avec 10% des tests positifs pour les virus grippaux en S14 contre 11 en S13.

En médecine de ville, la part d’activité des Infections Respiratoires Aigües (IRA) était à la hausse avec 3,9% de l’activité totale en S14 comparé à 3,1% pour la S13. La part d’activité pour IRA se situait en S14 au dessus du niveau de la moyenne 2013-2023 (Figure 6).

- Bronchiolite (chez les moins de 2 ans) -

Les passages aux urgences pour motif de bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans étaient stables en S 14 comparés à la semaine précédente (Figure 8). En S14, 33 enfants âgés de moins de 2 ans ont consulté aux urgences pour une bronchiolite versus 28 en S13 (Figure 8).

On observait une stabilité des nouvelles hospitalisations (n= 10) par rapport à la semaine précédente (n= 9 ). (Table 1).

La part de passages aux urgences pour bronchiolite parmi l’ensemble des passages d’enfants de moins de deux ans était stable à 10,7% en S14. Concernant la surveillance virologique, le taux de positivité pour le VRS chez les moins de deux ans était en diminution, et se situait à 21% en S14 vs 27% en S13 avec une circulation exclusive de VRS de type A.

- Cas de conjonctivites en médecine libérale et milieu hospitalier -

• Le réseau des médecins sentinelles

En médecine de ville, la part d’activité pour conjonctivite se situait au dessus de la moyenne 2013-2023 pour la S14/2024 (Figure 18). En S14/2024 la part d’activité diminuait à 1,3% (n= 28) versus 1,8% (n=58) en S13 (Figure 18).

• Le réseau OSCOUR

En terme de surveillance des indicateurs sanitaires à l’hôpital (passages aux urgences et hospitalisations) il n’est toujours pas identifié, un impact sanitaire majeur (Figure 19) malgré, une hausse observée pour le mois de mars (Figure 15).

- Mortalité (toutes causes) -

En S12 le nombre de décès observé tous âges et toutes causes était de 89 personnes. Comparé à la semaine précédente, le nombre de décès observé était en diminution (n=120 en S11). Le nombre de décès observé en S12 était inférieur au nombre de décès attendu (n= 111).

Chez les plus de 65 ans, en S12, 61 décès ont été observés vs 84 décès attendus. Ce chiffre était en baisse comparé à ce qui était observé en S11 (92 décès observés). Le nombre de décès observé en S12 pour cette classe d’âge était alors inférieur au nombre de décès attendu (84).

guest
1 Commentaires
Templier974
Templier974
1 mois

Allez faire travailler les rsa car ils doivent des heures avec des salaires au noir et ils ne connaissent pas l'impôt sur le revenu. C'est comme un carapate sur tétés bœuf 🐂.