Santé

Leptospirose : nombre record de cas en quatre mois à La Réunion

  • Publié le 3 mai 2024 à 16:40
  • Actualisé le 3 mai 2024 à 20:32

L’épidémie saisonnière de Leptospirose se poursuit, le nombre de nouveaux cas déclarés en moins de 4 mois est supérieur au maximum annuel jamais atteint (169 cas en 2022). En raison de l’épidémie particulièrement intense cette année, il est préconisé à la population une vigilance accrue, en appliquant des mesures de protection individuelle, en consultant un médecin dès l’apparition de symptômes, et en indiquant la ou les activités à risque de contamination pratiquées. Côté dengue, la tendance est à la baisse du nombre de cas avec poursuite de la dispersion géographique des cas. Nous publions le rapport complet ci-dessous (Photo d'illustration rb/www.imazpress.com)

• Leptospirose

Epidémie saisonnière en cours

Depuis le 1 er janvier 2024, 204 cas de leptospirose autochtones ont été déclarés à l’ARS, soit 13 cas de plus que la semaine précédente Le nombre de cas survenus depuis le début de l’année, soit en moins de 4 mois, est supérieur au nombre de cas annuel maximal déclaré depuis le début de la surveillance, c’était en 2022 avec 169 cas annuels.

Parmi les 13 nouveaux cas déclarés entre le 25 04 et le 02 05 le secteur de résidence était le secteur :

• Sud pour 9 cas (Saint Joseph, Saint Louis, Saint Pierre, Cilaos) A noter, que depuis le début de l’année, 114 cas résidaient dans ce secteur 55 de l’ensemble des cas)

• Ouest pour 2 cas (Saint Paul, Plaine des palmistes), soit 42 cas depuis le début de l’année

• Est pour 2 cas (Saint Benoît, Saint André), soit 37 cas au total depuis le début de l’année

Aucun nouveau cas résidant dans le secteur Nord n’a été déclaré, (11 cas déclarés depuis le début de l’année)

Il n’a pas été identifié de nouveaux décès au cours la S 14 1 en lien direct en S 12 et 1 en cours d'investigation pour l’imputabilité en S 10

En S 17 l’activité pour suspicion de leptospirose (11 passages et 4 hospitalisations) représentait 0,3% de l’activité toutes causes
confondues

Entre S 01 et S 17 2024 147 passages et 80 hospitalisations, étaient enregistrés (soit un taux d’hospitalisation de 54%). A titre de comparaison, pour la même période, le taux d’hospitalisation était en 2023 de 64% (42 hospitalisations/ 53 passages) et en 2022 de 54% (64 hospitalisations/ 108 passages)

Les données montrent qu’afin de limiter l’apparition de nouveaux cas, la prévention doit être ciblée aux populations les plus à risque de se contaminer c’est à dire les hommes, les classes d'âge 40-79 ans, les personnes pratiquant des activités à risques travaux agricoles, d’élevage, d’entretien des espaces verts, nettoyage de cour, de chasse aux tangs, activités en eau douce, celles ne protégeant pas leurs plaies, celles utilisant des équipements de protection individuel inadaptés et non systématisés, celles marchant en chaussures ouvertes dans les milieux humides...

Les conditions climatiques sont toujours favorables à la survie de la bactérie dans les sols et milieux humides, ce qui augmente le risque de contamination lors d’activités à risque. L’épidémie saisonnière de leptospirose se poursuit à un niveau soutenu. Pour la première fois cette année, le nombre de cas déclarés en moins de 4 mois était supérieur au nombre de cas survenant habituellement en une année entière.

Il est important de rappeler les mesures de prévention et de protection individuelles pour la population et celles de diagnostic, de prise en charge et de déclaration des cas pour les professionnels de santé.

• Dengue

Depuis le début de l’année, 740 cas de dengue ont été rapportés, ce qui dépasse le nombre de cas totaux de 2023 et est comparable au
nombre de cas de 2022 pour la même période 743 cas à la S 16.

En semaine 16 le nombre de cas de dengue signalés était de 55 contre 96 cas en S 15. Après une hausse progressive du nombre de cas
pendant plusieurs semaines, le nombre de cas est en baisse en S 16 NB. Au vu des journées fériées du mois de mai, la consolidation des données pourra être un peu décalée et retardée et l’interprétation des données doit être prudente.

La part des cas signalés à St Joseph poursuit sa baisse et ne représente plus que 25 des cas en S 16 soit 14 cas 52 en S 14.

La proportion de cas dans le Sud est à nouveau en hausse 77 vs 67, en S 15 elle baisse partout ailleurs. La circulation concerne 14 communes dont toutes les communes du sud sauf Entre Deux. En semaine 16 les cas sont répartis comme suit :

Le sérotype circulant est toujours le DENV 2.

L’impact sanitaire reste à ce jour faible avec 108 passages aux urgences (CHU Sud et CHOR principalement) pour syndrome compatible avec la dengue depuis le début de l’année, dont 13 en S 16 et 14 en S 16 La grande majorité des passages aux urgences était signalée au CHU sud.

L’impact hospitalier reste faible également avec 43 hospitalisations depuis le début de l’année mais est en progression, avec 12 hospitalisations en S 14 Un nouveau décès a été signalé Après investigation, celui ci a été classé comme directement lié à la dengue, portant à 2 le nombre de décès en lien avec la dengue en 2024.

Depuis le début de l’année, 35 cas importés ont été signalés au retour de voyage. La dynamique est en baisse.

Bronchiolite

Les passages aux urgences pour motif de bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans étaient en progression en S 17, comparés à la
semaine précédente. En S 17, 28 enfants âgés de moins de 2 ans ont consulté aux urgences pour une bronchiolite versus 21 en
S 16.

Les nouvelles hospitalisations étaient aussi en augmentation modérée (11) par rapport à la semaine précédente (7).

La part de passages aux urgences pour bronchiolite parmi l’ensemble des passages d’enfants de moins de deux ans était de 8% contre
7% la semaine précédente.

Concernant la surveillance virologique, le taux de positivité pour le VRS chez les moins de deux ans était en baisse, et se situait à 17%
en S 17 vs 20% en S 16 avec une circulation uniquement de VRS de type A.

Grippe

En S 17 les passages aux urgences pour motif de syndrome grippal étaient en baisse Les urgences ont enregistré 18 passages pour un motif de syndrome grippal en S 17 contre 35 la semaine précédente, soit une diminution de 48,5%.

Le nombre d’ hospitalisations pour syndrome grippal diminuait considérablement avec seulement 3 hospitalisations rapportées en S 17 contre 13 en S 16. La part d’activité des urgences pour un motif de grippe représentait moins de 1 de l ’activité totale.

La surveillance virologique identifiait en S 17 une circulation exclusive de grippe de type A(H 1 N 1 )pdm 09. Le taux de positivité baissait avec 9 des tests positifs pour les virus grippaux en S 17 contre 14 en S 16.

guest
1 Commentaires
Missouk
Missouk
2 semaines

L'exotisme a quand même quelques mauvais côtés non ?