Mémoire

Un colloque pour que l’esclavage prenne toute sa place dans les musées

  • Publié le 11 avril 2023 à 06:29
  • Actualisé le 11 avril 2023 à 06:43

Le symposium international intitulé : « Les musées face à l’esclavage : le défi de réconcilier les récits sur un héritage commun » démarre ce mardi 11 avril 2023 à La Réunion. Pendant six jours, des universitaires et spécialistes du monde entier participeront à des conférences et des tables rondes autour de cette thématique. L’occasion aussi de rendre hommage à Toussaint Louverture, figure emblématique de l’indépendance haïtienne.

« Aujourd’hui, la représentation de l’esclavage dans les musées n’est pas représentative de la réalité » estime Marie-Lyne Champigneul, présidente de Kartyé Lib.

Figures de la lutte contre l’esclavagisme, cultures ancestrales des esclaves…De nombreux pans de l’Histoire restent encore absents des musées à travers le monde. « On oublie parfois que les esclaves avaient leurs rites, leurs cultures : des choses qu’on ne voit jamais dans les musées » détaille Marie-Lyne Champigneul.

« Nous avons des invités de nombreux pays qui ont connu l’esclavagisme qui seront présents pour apporter leur point de vue, mais aussi leur expérience » ajoute-t-elle.

Par ailleurs, dans le cadre de la commémoration au 220ème anniversaire de la mort de Toussaint Louverture, l’événement accueillera Mireille Fanon-Mendes-France, la fille du Martiniquais Frantz Fanon, ou encore Jean-Marie Théodat co-auteur du livre « Haïti-France, les chaînes de la dette ».

A la suite des quatre colloques internationaux annuels sur les différents systèmes carcéraux organisés, l'association Kartyé Lib Mémoire & Patrimoine Océan indien, en partenariat avec le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, le groupe de réflexion AFROSPECTIVES, le projet Les Routes des personnes mises en esclavage de l’UNESCO, sous le patronage de la Commission nationale française pour l’UNESCO, le Musée des civilisations noires et la Coalition Internationale des Sites de Conscience, mettent l’accent sur la question de l’interprétation et de la représentation de l’esclavage dans les sociétés affectées par cette histoire afin de contribuer au débat global sur ce sujet.

« En effet, au cours des trois dernières décennies, les musées et les lieux historiques de mémoire en Afrique, en Europe, aux Amériques, dans l’océan Indien et les Caraïbes ont développé des approches diverses pour représenter la traite, l'esclavage, l’engagisme, le marronnage, les résistances et l'émancipation dans leurs collections, expositions et matériels éducatifs respectifs » détaillent les organisateurs.

L’objectif est « de mettre l’accent sur la question de l’interprétation et de la représentation de l’esclavage dans les sociétés affectées par cette histoire afin de contribuer au débat global sur ce sujet. »

Ce colloque souhaite donc  :

• Prendre en compte l’évolution de la défense des Droits de l’Homme dans l’histoire ;
• Remédier aux profondes lacunes qui subsistent dans la transmission du passé, de la recherche historique, de l’enseignement de tous niveaux en histoire et en sciences sociales, et de la muséologie ;
• Promouvoir les nouveaux rôles et fonctions attribués aux musées comme. lieux de connaissance historique, patrimoniale, de prise de conscience mémorielle, et comme espace de dialogue et de réconciliation des récits nationaux et locaux ;
• Contribuer à la guérison des traumas de l’esclavage nés des trafics et de l’exploitation d’êtres humains dans l’histoire ;
• Contribuer aux objectifs et programme d’action de la Décennie Internationale des Personnes d’Ascendance Africain (2015-2024).

- Organisation des journées -

Le colloque s’inscrit dans le cadre de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024) proclamée par les Nations-Unies. Il se déroulera comme suit :

Jour 1: Inauguration d’une exposition, discours d’ouverture et animations artistiques

Jour 2 : Conférences : Influence de Toussaint Louverture, de ses compagnons de lutte et de la Révolution haïtienne sur les mouvements d’émancipation et d’abolition dans le monde

Jours 3, 4 et 5: Tables rondes : Quelles nouvelles approches pour représenter l’esclavage
dans les musées et espaces publics ?

Conférences, échanges autour de trois axes :

1) Les compagnons de lutte du Général Toussaint Louverture
2) L’impact de la révolution sur les mouvements d’émancipation
3) Les résistances à l’esclavage dans les pays de la zone océan Indien en résonnance avec la révolution haïtienne

Tables rondes, échanges autour de trois axes :

1) Silences, ignorances et connaissances sur l’esclavage
2) Analyses critiques des expériences et pratiques existantes sur les représentations et interprétations de l’esclavage
3) Les musées comme lieu de réconciliation : nouvelles approches et pratiques muséales

Ces tables rondes seront ouvertes aux associations et aux particuliers ès qualité qui en auront manifesté la demande sous réserve du nombre de places disponibles. Une restitution des travaux sera immédiatement proposée au grand public à la fin de la manifestation.

Retrouvez tout le programme sur ce lien.

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
Jean bertrand
Jean bertrand
1 mois

Descendant d'esclave, comme beaucoup de réunionnais, je pense qu'il faudrait aussi essayer de construire le futur ensemble plutôt que de pleurer constamment sur l'esclavage.