Il veut être fin prêt

Jeux paralympiques : Dimitri Pavadé lancé dans une course contre-la-montre

  • Publié le 22 janvier 2024 à 02:59
  • Actualisé le 22 janvier 2024 à 10:36

Gravement blessé en juin dernier, Dimitri Pavadé a entamé une course contre la montre pour être fin prêt pour les Jeux Paralympiques de Paris (28 août-8 septembre), où il se verrait bien rééditer son exploit de Tokyo 2021, à savoir une médaille d’argent au saut en longueur (Photo rb/www.imazpress.com)

Fin juin dernier, Dimitri Pavadé se blesse. Gravement. Victime d’une rupture des ligaments croisés antérieurs du genou droit "côté prothèse", le vice-champion paralympique de la longueur (T64) avec un saut à 7,39m à Tokyo, est sous le choc. Il n’a jamais été blessé. Et c’est d’autant plus terrible pour lui, que les championnats du monde sont programmés quelques jours plus tard, à Paris, devant le public français.

Forfait à la maison, le Réunionnais doit se résoudre à passer sur le billard le 17 juillet, pour caresser l’espoir de revenir vite. Car déjà, une autre échéance se profile.

Dans un an, les Jeux paralympiques doivent se tenir, à Paris, là encore. Et le Possessionnais ne veut surtout pas rater ce rendez-vous incontournable.

Commence alors pour lui une longue course contre la montre pour être prêt à temps. Et, pour l’instant, les temps de passage sont bons. L’athlète est "en phase de réathlétisation", selon ses propres termes. Et c’est à la Réunion, en faisant "une belle surprise" à sa famille qu’il est arrivé le 31 décembre dernier sur son île natale, pour continuer sa reprise en douceur.

- "Je recommence à courir" -

Des vacances studieuses où il a alterné les entraînements au stade olympique de Saint-Paul et des opérations de soutien au monde du handicap en partageant son expérience avec des athlètes handisport et des traileurs valides, lors d'un entraînement organisé par le COSPI dans les hauts de Petite-Ile, dans le cadre d’un partenariat entre la Ligue réunionnaise d’athlétisme et le CRC (caisse réunionnaise complémentaire).

Une action d’inclusion en direction des personnes porteuses d’handicap, qui a touché l’athlète, victime lui-même d’un grave accident en 2007, alors qu’il était docker, et qui lui vaudra une amputation au niveau du tibia de la jambe droite. "J’ai rencontré des gens merveilleux lors de cette journée, qui se sont mis au trail et l’ont adopté définitivement, raconte-t-il. Je les ai vus épanouis dans leur nouvelle activité et ça m’a fait chaud au cœur."

Le vice-champion du monde de la longueur a ensuite repris le chemin de ses séances. "Pour l’instant, je recommence un tout petit peu à courir, confie-t-il. En février, je passerai à trois séances par semaine, avec un sprint réel cette fois-ci. Je me suis vraiment lancé dans une véritable course contre la montre. Car, en avril, si tout va bien, j’attaquerai les entraînements spécifiques de saut en longueur. Et si je me sens vraiment bien, j’irai aux championnats du monde à Kobé en mai."

- "J’ai envie d’aller chercher une médaille" -

Le Japon serait alors dans son esprit une simple « mise en bouche » avant les Jeux, son défi ultime, celui pour lequel il se bat tous les jours pour revenir au sommet. "C’est l’objectif final, acquiesce-t-il. Ma blessure m’a retardé. Mais j’ai envie d’aller chercher une médaille. Conserver l’argent que j’ai remporté à Tokyo serait déjà une belle satisfaction. Car l’Allemand Markus Rehm me semble hors de portée (il avait gagné avec 8,18m aux Jeux de Tokyo et a réalisé 8,49m aux derniers Mondiaux à Paris, ndlr). Sans compter que je ne sous-estime pas non plus les deux Américains qui ont empoché l’argent et le bronze à Charléty en juillet. Ils sont en effet dans les mêmes eaux que mon record personnel."

Quoiqu’il en soit, il faudra d’abord réaliser les minima (6,91m). Mais sur sa valeur intrinsèque, il ne fait aucun doute que Dimitri les réussirait. Reste juste à savoir s’il sera dans les temps pour parvenir. Car le chronomètre tourne déjà.

fp/www.imzpress.com/redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
Jenine
Jenine
1 mois

Courage à lui.
Merci de mettre en avant le sport para.
Et bravo pour la qualité de vos articles sur le sport.