Un métier qui attire peu

Prisons surpeuplées à La Réunion : face au manque d'effectifs, l'administration pénitentiaire recrute

  • Publié le 5 avril 2024 à 15:11

Dans les prisons de La Réunion, ce n'est un secret pour personne – Imaz Press l'avait déjà largement évoqué – il y a trop de monde. Sur les trois établissements pénitentiaires de l'île (Saint-Denis, Saint-Pierre et Le Port) on compte 1.100 détenus pour 860 places. Un nombre de prisonniers en hausse et des effectifs toujours en baisse. Raison pour laquelle ce vendredi 5 avril, a lieu la journée nationale des métiers de l'administration pénitentiaire. Objectif : faire connaître ces métiers qui attirent peu (Photo : www.imazpress.com)

Vincent Pardoux, représentant du syndicat FO pénitentiaire l'a répété, "on dénonce la surpopulation carcérale sur les trois établissements de La Réunion. 800 à Saint-Denis pour 560 places, 150 à Saint-Pierre et au Port pour à peine 114 places".

De plus "on a des effectifs au plus bas. Du jamais vu dans le Département", déclare-t-il à Imaz Press.

"Sur Saint-Denis, 85 détenus sont à trois dans des cellules causant de la promiscuité, des violences et les premiers en ligne pour faire face sont les surveillants."

"Les collègues – faute d'effectifs – sont rappelés sur les jours de repos et font face à une surpopulation record."

Lors du dernier comité social de l'administration, "le syndicat FO justice a mis en garde l'administration en cas de non arrivée de personnels". Vincent Pardoux qui invite d'ailleurs "à une mobilisation et un blocage devant les établissements en cas de non mutations".

Mais pourquoi n'y-a-t-il pas de mutations à La Réunion ? "Tout simplement car nous avons du mal à recruter", précise Vincent Pardoux. "Ce qui empêche les collègues de pouvoir muter sur le département."

"FO a participé activement à la mise en place d'une réforme qui a pris effet le 1er janvier 2024, faisant passer les surveillances en Catégorie B et les officiers en Catégorie A. De nouvelles grilles indiciaires plus intéressantes et des avancées statutaires considérables devraient permettre de favoriser de nouveaux recrutements", ajoute Vincent Pardoux.

Lire aussi - À La Réunion, les prisons sont surpeuplées et les surveillants sont en sous-effectif

- Pour recruter, il faut attirer -

Pas ou peu de candidats… pour attirer les plus jeunes sur les métiers de l'administration pénitentiaire, a lieu ce vendredi la journée nationale des métiers de l'administration pénitentiaire.

À cette occasion, les services pénitentiaires de La Réunion organisent à la prison de Domenjod une journée dédiée.

L'objectif est de faire connaitre tous les métiers, des personnels de surveillance aux personnels d'insertion et de probation en passant par les personnels administratifs et techniques, afin de répondre au défi de l'attractivité auquel l'administration pénitentiaire est aujourd'hui confrontée.

Le service public pénitentiaire est indispensable à l'équilibre de la société afin de défendre les valeurs de la République, d'assurer la promotion du droit, de préserver la sécurité de nos concitoyens et de mieux prévenir la récidive en favorisant l'insertion ou la réinsertion des publics qui lui sont confiés.

Ce vendredi après-midi, de 13h30 à 16 heures, auront lieu des rencontres avec les différents corps de métier, des présentations de matériel utilisé ainsi que des démonstrations.

L'administration pénitentiaire qui annonce également l'ouverture des inscriptions pour deux concours à venir. Des inscriptions possibles jusqu'au 2 mai 2024 :

- Un concours national avec 1.050 postes à pourvoir. À l'issue de leur formation, les lauréats de ce concours choisiront leur affectation parmi l'un des 186 établissements de France, en fonction de leur rang de classement et des postes proposés par l’administration pénitentiaire.

- Un concours spécial en Île-de-France avec 200 postes à pourvoir : les lauréats de ce concours exerceront en Île-de-France dès leur sortie de formation et s'engageront à exercer pendant six ans dans leur établissement d'affectation. Ils percevront une prime de fidélisation de 8.000 euros versée en 3 fois, dont 4.000 euros dès le premier mois.

Plus d'informations sur ce lien.

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
4 Commentaires
Pierrot 974
Pierrot 974
1 mois

On mélange allègrement deux problèmes qui n'ont pas grand chose à voir : la surpopulation pénitentiaire et le manque d'effectif pour le personnel.
Recruter va-t-il résoudre le premier problème ?

Templier974
Templier974
1 mois

Le Tromelin est apte à recevoir 500 prisonniers. Le poisson est bon.

Albator
Albator
1 mois

Combien de temps pour un réunionnais pour revenir exercer à la Réunion? Arrêtez de donner de faux espoirs.

Kunta Kinté
Kunta Kinté
1 mois

Il faut être à l' est pour faire carrière " faire connaître ces métiers qui attirent peu "

Commencez la révolution sans nous. On préfère être cons et vivants que morts et pleins d'idées.
Coluche
Artiste, Comique (1944 - 1986)