Conseil départemental

Cyrille Melchior a reçu Pierre Moscovici, président de la Cour des comptes

  • Publié le 29 mars 2024 à 14:14
  • Actualisé le 29 mars 2024 à 16:22

Ce vendredi 29 mars 2024, Cyrille Melchior, président du Conseil départemental, a tenu une réunion avec Pierre Moscovici, président de la Cour des comptes. Au cours de leur entretien, ils ont discuté de la prochaine réforme de l'octroi de mer ainsi que de la situation socio-économique de l'île (photo : Conseil départemental)

Cyrille Melchior, Président du Conseil départemental, a reçu en entretien, vendredi 29 mars, Pierre Moscovici, Président de la Cour des comptes. L’échange, direct et cordial, a permis d’aborder brièvement la future réforme de l’octroi de mer. Mais surtout, la situation sociale et économique de l'île, et, au regard de l’actualité récente, la citoyenneté et la nécessaire restauration du pacte républicain.

Cyrille Melchior et Pierre Moscovici ont également échangé sur la création de l’Institut Citoyen d’Apprentissage de la vie Publique (ICAP) et de sa pertinence dans le contexte actuel, sur l’agriculture réunionnaise et les futures transformations de la Zone arrière portuaire (ZAP), essentielle à la croissance de l’activité portuaire. Ils ont évoqué la situation clé de La Réunion au sein de l’Océan Indien et les enjeux de coopération et de développement.

Le Président de la Cour des comptes a aussi pu apprécier la situation financière de la Collectivité, qui présente, malgré un contexte difficile et un niveau d’investissement élevé, un taux d’épargne brute proche de 10 % et une capacité de désendettement de 3 ans.

Alors que le Conseil départemental a expérimenté la certification de ses comptes depuis 2017, et plus encore sur les exercices 2020 à 2023, Cyrille Melchior a, enfin, souligné la valeur ajoutée de cette démarche et émis la proposition qu’elle soit pérennisée et généralisée pour les plus grandes collectivités.

 

guest
1 Commentaires
Missouk
Missouk
3 semaines

Entre un socialiste passé à droite et un LR proche de Renaissance, ils ont du s'entendre comme larrons en foire !