Tribun libre de Yohan Cervantes

La question du statut des fonctionnaires

  • Publié le 10 avril 2024 à 09:12
  • Actualisé le 10 avril 2024 à 09:44

Après avoir détruit l'hôpital public, le rendant inapte, absurde inhumain pour les patients comme pour les professionnels de santé (Photo d'illustration : www.imazpress.com)

Après avoir détruit l'école de la Nation, pilier de la République, c'est désormais le statut des fonctionnaires qui sera la prochaine cible.

Aussi balayer la vocation de celles et de ceux qui poursuivent des études et choisissent de servir les citoyens, la population, les gens par le biais de concours exigeants.

C'est encore à la République que l'on s'en prend quand on touche au statut des fonctionnaires qui ne servent ni Dieu, ni maître.

C'est la République pleine et entière au travers la population qu'elle sert tous les jours au delà de leur appartenance politique, religieuse ou ethnique.

La République c'est le contraire de l'arbitraire du roi, du fait du prince, c'est le principe de servir des vendeurs et un idéal celui fort éloigné des prédations privées et des intérêts des puissances économiques.

Car nous le savons désormais, une fois leurs basses œuvres terminées, une fois les services publics démantelés, c'est le privé qui prend le relais : on l'a vu à EDF, chez Gaz de France, à la SNCF, on le voit à l'école qui recrute en job dating! On le voit avec les mutuelles privées qui ont détruit l'héritage du conseil national de la résistance qui voyait dans l'accès aux soins pour tous et gratuit la concrétisation d'un rêve fraternel, celui d'une société de l'entre aide et de la solidarité en réponse à ce que fût la barbarie des totalitarismes fasciste et nazie.

Ainsi désormais, le statut qui protégeait les agents et la République sera livré aux appétits féroces et eux calculs malsains de ceux qui estiment que seule la loi du plus fort compte.

Nous n'oublierons pas celles et ceux qui par leur mandat auront participé à cet effondrement.

Cervantes Yohan

Tête de liste « Imaginer et agir en solidarité »

Commune de Saint-Philippe

guest
1 Commentaires
Alé dit partout
Alé dit partout
1 mois

On appelle mettre la charrue avant les boeufs

Il ne fallait pas voter le gamin à l'Elysée, son programme était à la portée de tous les électeurs ... Arrête ton

Fais court tu veux être maire de quoi on ne sait pas , tu as le droit de rêver.. C'est gratuit ?

Un homme intelligent est parfois obligé d'être saoul pour passer du temps avec les imbéciles.
Ernest Hemingway Artiste, écrivain, Romancier (1899 - 1961)