Tribune libre de Philippe Naillet

Nouvelle-Calédonie : "par son entêtement, le Gouvernement a été totalement irresponsable"

  • Publié le 16 mai 2024 à 13:54
  • Actualisé le 16 mai 2024 à 13:57

Depuis plusieurs jours, la Nouvelle-Calédonie connaît le chaos. Le bilan est déjà très lourd : 5 morts, de nombreux blessés, de nombreux bien incendiés ou dégradés. Mes pensées vont aux familles des victimes et aux Néo-Calédoniens. (Photo photo Sly/www.imazpress.com)

La responsabilité de cette situation incombe au président de la République et au Gouvernement, qui ont volontairement ignoré l’une des clés des accords de Matignon : "pas de changement institutionnel avant un accord global", en présentant de façon unilatérale un projet de loi qui modifie le corps électoral et en faisant fi de la position du congrès de Nouvelle-Calédonie, assemblée délibérante faisant fonction de parlement local. Par son entêtement, le Gouvernement a été totalement irresponsable.

L’état d’urgence a été décrété depuis hier. Si le rôle de l’État est bien de protéger les personnes et les biens, cette mesure d’exception n’est pas une réponse politique à la crise actuelle.

Il faut que le Premier ministre se saisisse du dossier comme ses prédécesseurs. Il doit avoir la lucidité de suspendre le processus de validation du projet de loi constitutionnel voté par le Parlement, texte auquel je me suis opposé - comme l’ensemble des socialistes à l’Assemblée nationale et au Sénat. Ce serait un geste fort d'apaisement qui permettra de retrouver le chemin du dialogue et de la recherche du consensus.

Philippe Naillet

Député de la 1ère circonscription
de La Réunion

guest
2 Commentaires
Kunta Kinté
Kunta Kinté
3 jours

Le dormeur s'exprima ...

Il est temps qu'il reparte sommeiller, d'une tristesse le scribe

Dom
Dom
3 jours

En attendant Nouméa brûle. La population est terrée. Des exactions sont commises.
En attendant, si l'état d'urgence peut contribuer à arrêter pillages et incendies et permettre aux Calédoniens un retour à une vie normale (quoique difficile vu les conséquences) c'est bon à prendre. Les calculs électoraux peuvent attendre.