Tribune libre de Oasis Réunion

Si l'Union européenne est "mortelle", l'île de La Réunion, elle, est déjà mourante !

  • Publié le 3 mai 2024 à 07:31

Monsieur le président de la République, représenté par monsieur le préfet de La Réunion,Mesdames et messieurs les 40 institutionnels de La Réunion. Avec un déséquilibre économique colossal de 7 milliards d'euros (qui ne fait que s’aggraver car il n'était "que" de 4,7 milliards en 2017), entre : ses exportations de 432 millions d'euros (dont 98 millions d'euros seulement pour les produits de la canne qui occupe pourtant 50% de la SAU (Surface Agricole Utilisée) soit 20 000 hectares) et ses importations de : 7,400 milliards d'euros (dont environ 3 milliards d'euros liés aux 80% d'importations alimentaires ! (Photo : sly/www.imazpress.com)

En effet, en cas de crise, voire de guerre énergétique mondiale pouvant se produire à tout moment dans le contexte géopolitique actuel, l'épée de Damoclès qui plane sur la tête des 865 000 Réunionnaises et Réunionnais peut s'abattre brutalement, provoquant de terribles pénuries pouvant aller jusqu'à la famine complète.

Car la résilience de l'île – qui ne comptait que 300 000 habitants majoritairement ruraux, dont beaucoup cultivaient leur jardin naturellement avec des petits élevages « la kour » pendant les « deux années terribles » de 1942/1943 - n’existe plus du tout au-delà de quelques semaines de réserves.

De surcroît ce déséquilibre, qui génère des taux de chômage pour les adultes comme pour les jeunes, doubles de ceux de la métropole, entraîne un taux de plus de 40% de la population en dessous du seuil de pauvreté.

Le système agroalimentaire actuel, presque totalement délocalisé, s'inscrit en trompe-l'oeil : une abondance de nourriture apparente dans les grandes surfaces partout sur l'île n'est que très illusoire. De fait c'est un colosse au pied d'argile avec seulement quelques semaines de réserves dans les différents dépôts de stockage renouvelés par une ronde incessante de bateaux venant d'Europe comme d'Afrique, d'Asie, d'Inde, de Chine, etc. (Pour mémoire : 21 personnes à l'hectare à La Réunion contre 2,3 en métropole; 400 m2 de SAU contre 4 000 m2 en métropole; 1 agriculteur pour 100 habitants à La Réunion contre 2 en métropole).

Il en outre existe un énorme et intolérable gaspillage alimentaire de l'ordre de 30% du champ à l'assiette. Pour mémoire : 1 milliard de repas sont gaspillés chaque jour dans le monde dont, hélas, à La Réunion environ l'équivalent de 10 millions de repas gaspillés par an juste dans la restauration collective scolaire (40 à 45% de gaspillage) et l'équivalent de 500 000 repas gaspillés par jour dans la restauration familiale toujours à La Réunion.

De ce fait, nous sommes en situation de société en danger de disparition !

Alors que - et c’est une grande opportunité qu’il faut saisir – la solution existe :

C’est la mise en œuvre collectivement au plus vite de la "vraie" souveraineté alimentaire durable qui n'est pas celle dont tout le monde parle comme si elle était déjà en bonne voie et déjà bien maîtrisée, alors que c'est exactement le contraire ! Elle empire chaque année et ce n'est ni le Plan AgriPéi 2030 (conçu en 2018) ni même le Plan Régional de Souveraineté Alimentaire (PRSA) présenté en octobre 2023, bien qu'allant tous deux dans la bonne direction, qui pourront l'instaurer sur l'île, car ils reposent totalement sur des évaluations inexactes et sur l'importation de tous les produits nécessaires au modèle agro-pétro-chimique actuel.

Pour éviter tout malentendu voici le plus significatif des 7 piliers de sa définition exacte issue du premier Forum mondial pour la souveraineté alimentaire qui s'est tenu en 2007 au Mali :

"La souveraineté alimentaire est le droit des peuples à une alimentation saine et culturellement appropriée, produite par des méthodes écologiquement saines et durables, et leur droit de définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles."

Ceci signifie clairement que le citoyen consommateur doit être démocratiquement et légitimement remis au centre du système - car c'est lui qui mange et c'est lui qui paie - et que c'est son choix alimentaire qui doit déterminer le modèle agricole, et non l'inverse comme c'est le cas depuis déjà plusieurs décennies avec des conséquences désastreuses pour la biodiversité, pour la santé publique, et pour l'économie à cause des "coûts cachés" colossaux correspondant à 1€ de coût caché (a minima, voire 2€) pour 1€ de nourriture produite, coûts cachés résultant des "externalités négatives" de l'agro-pétro-chimie à laquelle - scandaleusement, car il y a là une cause de concurrence très déloyale vis-à-vis de l'agriculture biologique -  le principe "pollueur-payeur" ne s'applique pas.

Alors sans plus perdre de temps, pour déterminer et adopter une stratégie d'action collective à faire planifier politiquement d'urgence, et parce que notre avenir sur l'île est désormais entre nos mains, retrouvons-nous :

• Le samedi 4 mai à partir de 14H30 à la Médiathèque du Tampon, là même où le Manifeste d'Oasis Réunion a été plébiscité il y a déjà 7 ans par une salle comble avec la volonté ambitieuse de rassembler au moins 20 000 signataires... il y en a plus de 42 000 à ce jour et le nombre ne cesse de s'accroître ! L'entrée est gratuite sur inscription par courriel à : inplas@luniversitemaron.re (sans tarder car les places sont limitées). Plus d'infos ici.

• Le jeudi 9 mai à la Foire Agricole de Bras-Panon pour l'attribution à Oasis Réunion du 1er Prix toutes catégories récompensant l'objectif de « la «vraie» souveraineté alimentaire durable pour La Réunion », remis par le Maire de Bras-Panon président de la Foire et par le Président de l'association Energie environnement sur le podium central. Le collectif Oasis Réunion y sera présent de 10H à 12H avec un temps de rencontre - débat - concertation ainsi que d'animation - dégustation pour joindre l'utile à l'agréable et faire (re)découvrir aux visiteurs les fruits et légumes lontan / péi à la base de l'alimentation réunionnaise traditionnelle durable et résiliente.

• Le jeudi 23 mai pour une participation d'Oasis Réunion à la Journée du « Développement Durable » de l'E2C La Réunion avec des ateliers spécifiques de sensibilisation et de démonstration autour de l'alimentation durable et équilibrée, détaillés sur la page facebook d'Oasis Réunion ici.

Plus que jamais, répétons-le en boucle : Notre Présent et notre Avenir sont entre nos mains, de façon individuelle, certes mais aussi collective.

Solidairement et activement.

Le Comité de pilotage

guest
4 Commentaires
Collectif Oasis Réunion
Collectif Oasis Réunion
6 jours

@Bruno Bourgeon
Cher lecteur. Merci pour avoir réagi. Sachez que notre courage est grand, depuis sept années de travail quotidien; il est inversement proportionnel à l'inconséquence de vos propos, qui n'engagent que vous c'est-à-dire une personne qui est très mal informée et qui, en l'occurrence, écrit comme elle parle, par esprit de contradiction, sans aucune référence sérieuse, face aux études faites avec et pour le Collectif citoyen Oasis Réunion qui viennent d'être publiées dans une revue scientifique internationale Regional Environmental Change sous le titre « Is food self-sufficiency possible for Reunion Island ? » . À lire (en anglais) sur https://link.springer.com/article/10.1007/s10113-024-02226-3 (Un résumé de l'article en français « L’autosuffisance alimentaire est-elle possible à La Réunion ? » est disponible sur simple demande à : contact @oasis-reunion.bio).
Nous vous conseillons de lire cet article qui a été validé dans sa méthodologie par un comité scientifique de lecture. Et nous nous engageons à publier votre avis, s'il est formulé avec autant de rigueur. À nous de vous souhaiter « bon courage » si toutefois vous avez déjà celui de relever notre défi. Sachez que nous sommes toutes et tous animés par et pour l'intérêt général de La Réunion... tout comme vous, nous l'espérons.

Collectif Oasis Réunion
Collectif Oasis Réunion
6 jours

Bonjour. Sincèrement grand merci pour cette belle citation de Victor Hugo que nous adossons à celle (assez inattendue) d'Albert Einstein : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire. ». Quant à vos propos assez (trop !) sibyllins autour du « comité de pilotage » pouvez-vous préciser en quoi il serait « un arbre qui cache la forêt » et surtout, de quelle forêt il s'agit ? De celle qui serait justement à l'opposé de la fertilité naturelle des sols et que nous dénonçons avec souci de précision et de vérité : celle de l'agro-pétro-chimie ?
Si vous souhaitez continuer cet échange, ou que nous vous communiquions nos documents de travail, écrivez-nous à contact@oasis-reunion.bio
Et en attendant, lisez aussi notre réponse au commentaire suivant.

le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cat
le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cat
1 semaine

Comme le nom l'indique " Le Comité de pilotage " un beau dessin animé où le constat est fait, au final c'est l'arbre qui cache la forêt ...

Mes amis, retenez bien ceci .
Il n’y a ni mauvais herbes, ni mauvais hommes
Il n’y a que de mauvais cultivateurs Victor Hugo

Bruno Bourgeon
Bruno Bourgeon
2 semaines

Petite contradiction : la France n'est déjà plus auto-suffisante sur le plan alimentaire. Pourtant il y a dix fois moins d'habitants par SAU qu'à La Réunion. Or cette SAU n'est pas extensible dans notre île. Question : comment nourrir bientôt 1 millions d'habitants avec 40000 ha de SAU, qui se réduit comme peau de chagrin à mesure que les terres agricoles cèdent la place au bétonnage intensif? Courage pour votre réponse.