L'autorité partout, pour tous

Emmanuel Macron veut son "Grenelle" sur la violence des mineurs

  • Publié le 18 avril 2024 à 05:21
  • Actualisé le 18 avril 2024 à 08:28

En Conseil des ministres ce mercredi 17 avril, le président de la République a demandé le lancement d’une grande concertation sur les violences des mineurs.

À l’occasion des 100 premiers jours de Gabriel Attal à Matignon, le Premier ministre devrait, ce jeudi 18 avril, à la suite de la visite d’une Maison des jeunes et de la culture de Viry-Châtillon (où un adolescent de 15 ans est mort après un passage à tabac près de son collège), en Essonne, prononcer un discours régalien sur l’autorité.

Il devrait en profiter pour annoncer une "grande concertation sur les violences des mineurs", de la même manière que son Grenelle sur les violences conjugales réalisé en 2019. Une annonce qui ferait suite à une demande du président, lors du Conseil des ministres de ce mercredi.

"Le surgissement de l'ultraviolence dans le quotidien, chez des citoyens de plus en plus jeunes, exige un travail de temps long et qui engage tous les acteurs", a déclaré le chef de l'Etat lors du conseil des ministres, selon un participant qui confirmait des informations du Parisien.

"C’est seulement ainsi que nous pourrons mettre fin au processus de décivilisation que j’ai dénoncé. Le Premier ministre lancera demain ce cycle de concertations", a-t-il ajouté, citant les maires, les associations, les parents, les professeurs.

- "L'autorité doit s'appliquer partout, pour tous" -

Le chef du gouvernement se rend jeudi matin à Viry-Châtillon, ville de l'Essonne endeuillée récemment par la mort d'un adolescent de 15 ans, Shemseddine, passé à tabac à proximité de son collège. Il doit y prononcer un discours sur "l'autorité au coeur de la République" qui marquera également ses 100 jours passés à Matignon.

"L'autorité doit s'appliquer partout, pour tous", a déclaré mercredi la porte-parole du gouvernement Prisca Thevenot, en annonçant ce déplacement. Le Premier ministre doit "détailler un plan d'action bien précis sur cet enjeu qui est attendu de tous, dans la continuité de notre action depuis 2017", a-t-elle dit.

Au cours du conseil des ministres, Emmanuel Macron a établi un parallèle avec l'action qui est menée pour lutter contre les féminicides. "Quand l'horreur des féminicides a saisi la société, grâce à la mobilisation des associations, nous avons lancé le Grenelle des violences conjugales qui nous a permis de mettre tout le monde autour de la table et de produire des résultats majeurs sur lesquels nous travaillons aujourd'hui encore", a-t-il dit, selon ce participant.

Les violences des mineurs et le durcissement des sanctions à leur égard est l’un des sujets pointés actuellement par l’exécutif. Selon "L’Opinion", un projet de loi "relatif à la responsabilité parentale et à la réponse pénale en matière de délinquance des mineurs" est également en préparation.

AFP

guest
1 Commentaires
Grenouss
Grenouss
1 mois

A quand un Grenelle sur la corruption ?