Six hommes écroués

Pédocriminalité : un important réseau démantelé, plus de 120 victimes identifiées dont 22 françaises

  • Publié le 22 février 2024 à 16:15
  • Actualisé le 22 février 2024 à 16:32

Plus de 120 victimes identifiées, dont 22 Français, enfants et adolescents, 930.000 fichiers pédopornographiques trouvés, six personnes interpellés et placées en détention. Les gendarmes de la section de recherche d'Orléans ont mis fin à un réseau de pédopornographie après un an et demi d'enquête (Photo d'illustration : www.imazpress.com)

Les gendarmes de la section de recherche d'Orléans viennent de démanteler deux groupes de messagerie cryptée dans lesquels des hommes s'échangeaient des fichiers pédopornographique.

Après un an et demi d'enquête, ils ont arrêté entre avril 2023 et début février six suspects, des hommes de 36 à 61 ans, certains pères de famille, mis en examen et placés en détention provisoire, selon une enquête de France inter révélée ce jeudi. Au moins 120 enfants et adolescents victimes, dont 22 Français, ont déjà été identifiés.

Selon les éléments de l'enquête, les gendarmes estiment aujourd'hui que les six suspects ne sont pas allés chercher des images qui existaient déjà, mais ont eux-mêmes créé de nouveaux fichiers, des images sur lesquelles on voit des enfants âgés de 3 ans à 15 ans.

Ils sont donc soupçonnés d'avoir commis les viols et agressions sexuelles montrées sur certaines images. Le matériel informatique est toujours en cours d'analyse. À ce jour, les gendarmes ont trouvé plus de 930.000 fichiers pédopornographiques.

- 930.000 fichiers pédopornographiques trouvé sur les ordinateurs -

L'enquête des gendarmes du Loiret a démarré en août 2022. Ils ont commencé à travailler sur une page internet sur laquelle des photos de mineurs, ambigües mais pas illégales, étaient partagées. Ils ont pris contact discrètement avec ceux qui alimentaient cette page internet. On leur a alors proposé de basculer vers une messagerie sécurisée sur laquelle "les fichiers sont illicites" explique l'adjudant Damien, spécialiste en investigation numérique.

Dans cette affaire, certains des mis en cause, déjà connus pour des faits similaires, sont soupçonnés de s'en être pris à des enfants de leur entourage, d'autres à des prostituées mineures. Toujours d'après les investigations des gendarmes, d'autres se sont fait passer pour des adolescents sur Internet, et ont séduit les victimes jusqu'à obtenir des photos dénudées.

AFP

guest
1 Commentaires
HULK
HULK
4 mois

Trop faiblement condamnés à chaque fois. Trop de "personnalités" impliquées. Sexe et argent sont liés et pas assez sanctionnés. Par contre,ne volez pas un sandwich ou ne décrochez pas le portrait de MACRON. Là çà va morfler. Mais c'est la justice