Il faudra soit se lever tôt, soit rester chez soi

JO 2024 : le passage de la flamme olympique à La Réunion c'est aussi le grand bazar

  • Publié le 11 juin 2024 à 17:42

Vous avez demandé (ou pas) la flamme olympique. Elle arrive ! Elle sera là tôt ce mercredi 12 juin 2024 après un long périple dans l'Hexagone et en Guyane. La Réunion est la 29ème étape de ce relais historique dont les Réunionnais.es se souviendront... positivement et/ou négativement. Car pour "assurer le bon déroulement du passage de la flamme" disent les autorités, La Réunion va (quasiment) être mise à l'arrêt. Interdiction de circulation et de stationnement pour les véhicules, importants déploiement des forces de l'ordre, cours suspendus dans des établissements scolaires, interdiction de s'approcher de la flamme, interdiction de la filmer, presse locale écartée.... Vive le sport, vive la cohésion et bonjour le grand bazar... qui a coûté 160.000 euros pour son organisation (Photo d'illustration)

Si ce mercredi vous souhaitez voir la flamme passer… ou pas, il faudra soit se lever très tôt, soit rester chez soi (si bien sûr on en a la possibilité).

Ce mercredi 12 juin, si la flamme passe, d'autres ne passeront pas, les villes, pourtant accueillantes, étant rendues totalement "hermétiques aux véhicules". Nous voulons bien sûr parler des automobilistes et piétons, interdits de circuler dans certaines rues de l'île.

De Saint-Paul où elle arrivera par la mer, en passant par le Tampon, Saint-Pierre, Sainte-Suzanne ou encore Saint-Denis, étape finale du relais… il va falloir s'organiser.

Déjà qu'en temps normal, La Réunion frôle le coma circulatoire mais ce mercredi, le réseau routier risque d'être particulièrement tendu.

Et tant pis pour ceux qui travaillent ou on des examens, il leur est bien indiqué de : "d’anticiper les déplacements" et de "prendre leurs précautions". S'ils sont en retard, ce sera de leur faute, pas celle de la flamme.

Lire aussi - Relais olympique : une flamme de passage et de nombreuses routes fermées le 12 juin à La Réunion

Lire aussi - Mobilités : face au coma circulatoire, les Réunionnais veulent "éviter les déplacements"

Lire aussi - Pas d'armes, pas de feux d'artifice et pas d'alcool pour le passage de la flamme olympique

- La presse locale, cordialement (presque) pas invitée -

Si vous ne pouvez pas vous déplacer mais que vous souhaitez à tout prix suivre sur la presse locale le passage de cette dernière, loupé…

Autant vous dire que si le passage de cette flamme fait remuer ciel et terre aux communes et forces de l'ordre, la presse péi n'aura pas le droit (ou presque) de diffuser les images.

Priorité partout, tout le temps à France TV, détenteur des droits. Impossible de filmer dans les convois. Il nous est bien précisé : "aucune autre captation n'est autorisée à l'exception de la coproduction France Télévisions".

Pas non plus de prises de vue, d'interview de porteurs, d'accès aux chars d'animation ou aux convois.

Toutefois, il nous est permis – fort heureusement – dirons-nous, c'est quand même le minimum alors que la flamme passe sur notre île, de faire des reportages, encore faut-il qu'ils ne dépasse pas 1 minute 30 "de contenu froid par jour", pas non plus de live.

Des lives interdit pour les médias, mais certainement pas interdit pour tout à chacun qui suivra la flamme, allez comprendre.

Il est même bien précisé que " les non-détenteurs de droits ne peuvent pas diffuser d'images du Relais de la Flamme issues de la coproduction France Télévisions - Paris 2024 avant la livraison du premier ours d'images de la journée (soit 17h / 15:00 GMT)".

Même pas de droit de "reprendre les images issues de la coproduction publiées sur les réseaux sociaux de Paris 2024 avant la livraison dans la content library ".

- Une débauche de sécurité -

L'organisation du relais de la flamme est pilotée par le CIO (Comité international olympique).

La préfecture de La Réunion "assure que la fonction régalienne de sécurisation", précise les services de l'État.

Pour la venue de flamme à La Réunion, ce sont "plus de 1.000 personnes mobilisées sur l'ensemble de la journée du 12 juin, avec environ 400 policiers, 130 Policiers municipaux, 200 gendarmes, 260 pompiers, 70 secouristes de la sécurité civile et le reste en sécurité privée", indique la préfecture.

À Saint-Paul où tout va commencer, "une centaine d'agents seront déployés pour garantir un périmètre sécurisé autour de la flamme", précise Sébastien Guyon.

"Une sécurité mise en place pour permettre à ceux qui vont faire cette course et au public de venir encourager et féliciter en toute quiétude partout où la flamme passe", indique le sous-préfet de Saint-Paul, Philippe Malizard.

"Car comme on le voit dans l'Hexagone, c'est un succès qui dépasse ce que l'on supposait."

- Une flamme bien peu préoccupée par la vie chère -

Une flamme qui passe mais dont le passage ne passe pas forcément auprès de certains Réunionnais.

"Arrêter l'activité économique à cause de ça. On n'a rien demandé", "vive la galère", peut-on lire sur nos réseaux sociaux.

Il est vrai qu'un tel déploiement d'argent - le passage de la flamme coûte 160.000 euros -, et de sécurité pour une flamme peut paraître démesuré à l'heure où les Réunionnais comptent chaque sous pour vivre.

Certains se préoccupant plus de ce qu'ils vont mettre dans leur assiette, s'ils pourront payer leurs factures… plutôt que de voir la flamme olympique sous leur fenêtre.

D'autant qu'à La Réunion, en 2021, 36 % des Réunionnaises et Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté. Les revenus des plus modestes sont bien plus faibles que dans l’Hexagone.

Lire aussi - En 2021, 36% de la population réunionnaise vivait toujours sous le seuil de pauvreté

- Un moment de fête tout de même -

Toutefois, si un tel déploiement peut sembler disproportionné, nul doute que nombreux Réunionnais seront au rendez-vous pour l'acclamer.

Une flamme synonyme de Jeux Olympiques et Paralympiques, synonyme de sport, de cohésion. Le sport, vecteur de lien social et d'inclusion.

"Il s’agit bien, à travers la présence de la flamme olympique, de célébrer le sport dans toute sa richesse, sa diversité et son excellence", soulignait Cyrille Melchior en conférence de presse.

La flamme vecteur de partage également puisque ce n'est pas une mais deux flammes qui sillonneront l'île ce mercredi, afin de permettre au plus grand nombre d'en profiter.

D'autant plus que des concerts et animations gratuits seront prévus tout au long de son parcours, avec un point d'orgue, l'allumage du chaudron au Jardin de l'État, précédé d'un grand concert.

Un bon moyen de sortir la tête du sac et des problèmes du quotidien le temps d'une seule journée.

Le passage de la flamme doit être une fête pour tous.

Lire aussi - Le programme du relais de la flamme à La Réunion dévoilé

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
9 Commentaires
Pierrot 974
Pierrot 974
4 jours

100 fois plus le cirque que pour une visite présidentielle.
Et tout ça pour une vulgaire torche qui représente le centième des soucis pour les Réunionnais (en temps normal... Car là, continuer à vivre normalement avec ce délire sera bien notre premier souci !)

HP
HP
5 jours

Le commentaire de Dom ,dit j'attend la pluie, moi je rajoute le vent ça suffit.

Lili
Lili
5 jours

Et pendant ce temps on n’a plus de savon dans une certaine école dyonisienne depuis des mois…

Alain
Alain
5 jours

Selon certains la vie serait moins chère à La Réunion sans le passage de la flamme, sérieusement? Le populisme a vraiment de beaux jours devant lui....
18 centimes par habitant, quelle dépense de dingue!

Missouk
Missouk
5 jours

Je résume les infos données par la Préfecture : "dém... vous!"

Dom
Dom
5 jours

J'attends la pluie

taz
taz
5 jours

Eh Macron ! On s'en bat les c.... de ta flamme !

Dom
Dom
5 jours

Beaucoup d’argent pour pas grand chose. Nos politiques sont -ils devenus fous?

bo BAM
bo BAM
5 jours

tout in tra la la, pou in feu !
Prépar à nou moralement pou l'embouteillaz mercredi