Territoire zéro chômeur

La lutte contre le chômage de longue durée s'intensifie au Port

  • Publié le 3 août 2023 à 02:58
  • Actualisé le 3 août 2023 à 14:26

Ce mercredi 2 août 2023, Olivier Hoarau, maire de la ville du Port a présenté l'état d'avancement des projets Territoire zéro chômeur longue durée et Hub de l'Économie Sociale et Solidaire (ESS) en présence de la sous-préfète en charge de la cohésion sociale et de la jeunesse, Christine Torres. Ces deux projets visent à lutter contre le chômage dans la commune qui concerne 7.103 demandeurs d'emploi dont 3.579 de longue durée en facilitant l'insertion durable (photos : sly/www.imazpress.com)

Le 16 novembre 2022, le Port a obtenu l’habilitation pour intégrer le dispositif de lutte contre le chômage de longue durée. La ville a ainsi rejoint les 42 territoires de l’équipe expérimentale nationale. À La Réunion, elle est la seule à en faire partie.

L'objectif du dispositif d'accompagnement à l'emploi est d'identifier les personnes éligibles, connaitre leur compétences et leurs envies professionnelles pour les accompagner dans une insertion qui durera dans le temps.

Pour ce faire, plusieurs associations et acteurs portois œuvrent depuis plusieurs mois.

"Aujourd'hui on a voulu montrer que travailler ensemble peut apporter des réponses aux jeunes et aux moins jeunes pour trouver un emploi et connaître un mieux-être social" a exprimé Olivier Hoarau.

Au cours de sa visite, la sous-préfète a donc rencontré l’entreprise à but d’emploi (EBE) Synergie Péi ainsi que les membres des associations Agame et Académie de l'Egalité des chances, tous acteurs du projet Territoire zéro chômeurs. "Des exemples concrets de ce qu'on fait au Port pour aider les familles" a précisé le maire.

- Des associations en soutien -

Depuis 9 mois, l'Académie de l'Égalité des chances a développé un atelier chantier d'insertion près du rond-point Rose des vents.

Ici, des vélos collectés au préalable dans les déchèteries sont réparés pour être réutilisés. L'idée est d'offrir un vélo sécurisé à tous, tout en offrant de l'emploi aux techniciens de l'atelier.

Depuis le mois de novembre, 170 vélos ont été pris en charge, 70 ont été réparés, les autres attendent leur tour. En cas d'une réparation impossible, les pièces peuvent être proposées en détaché.

Tous les mercredis, l'association se rend dans les quartiers pour essayer de définir le format d'utilisation de ces vélos remis quasi à neuf.

"Ce chantier d'insertion fonctionne bien. On récupère des vélos, on les répare, et on peut les mettre à disposition des jeunes qui vont en stage ou qui trouvent un emploi et ont besoin d'un moyen de locomotion" a commenté Olivier Hoarau.

- La halle des manifestations, futur centre de ressources -

En plus de l'action des associations, le projet du Hub de l'économie sociale et solidaire poursuit son développement.

Pour rappel, le Hub est le futur pôle de référence du Port en matière de soutien au développement des activités de l'économie sociale et solidaire dans les domaines de l'économie circulaire, de la réutilisation et du développement durable.

Pour mener à bien ce projet, les élus ont voté ce mardi 1er août la création d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) qui accompagne à la fois les entreprises à but d'emploi et les demandeurs d'emploi éligibles.

Situé à la halle des manifestations, le Hub offrira un lieu d'accueil pour des évènements et manifestations culturelles, économiques et professionnelles mais aussi un centre de ressources pour l'économie sociale et solidaire en accompagnant les porteurs de projets.

Un restaurant inclusif sera également mis en place ainsi que des activités de production et de vente qui seront un outil pour l’expérimentation "Territoire contre le chômage de longue durée".

À partir du mois de novembre 2023, l’association « La halle du réemploi » mettra en œuvre des activités logistiques, de prestation de service et un atelier dédié au bois et devrait employer une quinzaine de personnes volontaires.

Tous les ans, une quinzaine de personnes supplémentaires pourraient être employées.

"On propose des produits et matériaux pas cher à des familles qui en ont besoin et en parallèle on met en emploi les personnes qui ont préparé ces matériaux. La boucle est bouclée" a lancé Olivier Hoarau.

Tous ces avancements ont été salués par la sous-préfète Christine Torres.

"L'État soutient la ville du Port dans son expérimentation. On en attend beaucoup donc c'est intéressant de voir ce que cela donne au fur et à mesure. En tout cas, ces initiatives participent à la réduction des inégalités et à une meilleur cohésion sociale. Ce travail en commun est une belle réussite" a-t-elle souligné.

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
Lavalette
Lavalette
3 mois

On peut faire plein de choses...une partie des vélos peut être prêtée (pour un € symbolique) à des demandeurs d'emploi qui n'ont pas de moyens de transport pour les aider à accéder à l'emploi; la régie de quartier avec Emmaüs peut embaucher les habitants de logements sociaux afin de rénover leurs logements...on peut créer des lieux de restauration ou les personnes de divers horizons pourront venir réaliser des plats typiques en valorisant les produits locaux, le compost...on peut faire de même pour des activités de couture en lien avec la récupération textile et le réemploi mais aussi en "vitrine" pour des gens qui souhaitent limiter leurs achats dans ce domaine avec le souci de réparer, rénover etc.le domaine du numérique doit aussi être mieux investi en lien avec la lutte contre l'illettrisme ...Il y a aussi à faire pour les personnes qui veulent s'investir auprès des enfants, des personnes âgées et des handicapés en commençant par mettre en place des formations de base des métiers du service à la personne. Il y a aussi bcp à faire en formation pour le jardin qui n'est pas juste "tailler des arbres ou arbustes à l'aveuglette " !...les idées ne manquent pas : qui va les mettre en oeuvre ? A suivre...