Entretien avec Joseph Bréma, président du directoire

Air Austral : "une belle compagnie" qui doit faire face à des difficultés mais "confiante" en son avenir

  • Publié le 15 février 2024 à 11:26

Avions immobilisés, situation financière compliquée, contexte international tendu, depuis quelques mois, Air Austral traverse une zone de turbulences. Pour faire le point sur cette compagnie aérienne réunionnaise et son avenir, Imaz Press s'est entretenu avec Joseph Bréma, président du directoire de l'entreprise. Il parle d'"une belle compagnie avec des atouts indéniables", ne cache pas les difficultés auxquels il a dû faire face et assure "être confiant". Entretien (Photo rb/www.imazpress.com)

• Air Austral semble être en pleine zone de turbulences, qu'en est-il ?

- Air Austral est une belle compagnie avec des atouts indéniables, elle a su montrer qu’au niveau commercial elle pouvait présenter des résultats en ligne avec la trajectoire qu’elle s’était fixée. Cela démontre qu’elle a des bases solides et un bel avenir devant elle.

Nous rencontrons certes une phase de turbulences, mais j’ai foi en l’ensemble du personnel de la compagnie pleinement mobilisé pour que nous soyons transparents vis-à-vis de nos clients. Aujourd'hui toutes nos énergies sont dirigées vers le maintien de notre activité opérationnelle pour que cela n'impacte ni les voyages, ni la qualité de service proposés à nos passagers.

Nos clients et nos partenaires ont placé leur confiance en nous, et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour la faire perdurer.

Le directoire de la compagnie finalise en parallèle un plan de sortie de crise, qui sera présenté rapidement aux actionnaires. Nous sommes confiants quant à son issue.

• Reste que la compagnie est souvent décrite comme étant au bord du gouffre. Quelle est la situation financière réelle de l'entreprise à ce jour ?

- L’expression "au bord du gouffre" me semble exagérée. On ne peut pas parler de la situation financière de la compagnie sans évoquer son environnement opérationnel et ses résultats économiques.

Comme toutes les compagnies aériennes dans le monde, Air Austral a su tirer partie de la reprise confirmée de la demande de voyage, prévue initialement en 2024. Sur le plan commercial, l'exercice 2023-2024 qui court, jusqu’au 31 mars 2024, suit actuellement la trajectoire fixée par le plan d’affaires initial de la compagnie.

Les résultats commerciaux sont plus que satisfaisants. Nous avons retrouvé le niveau d’activité d’avant la crise Covid et nous devrions clôturer l’exercice budgétaire en cours avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 438 millions d’euros. C’est le plus haut chiffre d’affaires jamais atteint par l’entreprise.

• La compagnie n'aurait donc pas de problèmes particuliers, ce n'est pas ce qui ressort aux yeux du grand public, ainsi vous êtes obligés de restituer des avions

- Il est vrai que ces bons résultats commerciaux ne s’accompagnent pas de bons résultats sur le plan économique et cela est dû à une conjonction de facteurs exogènes.

Il y a tout d’abord les facteurs géopolitiques. Je pense à l'interdiction de survol du Soudan et du Niger, entrainant des temps de vol prolongés induite d’une augmentation de la consommation carburant et des frais de maintenance.

Nous devons aussi faire face à une chute du global du trafic du fret aérien, s’accompagnant d’une baisse de la recette unitaire.

Nous avons aussi des difficultés d’approvisionnement en fournitures et équipements aéronautiques et le contexte inflationniste en découlant sur les coûts de réparations et de remises en état des avions. Et oui, Air Austral se trouve actuellement dans l’obligation de restituer 2 Boeing 737 800 à ses propriétaires.

• Ce sont les seules difficultés de la compagnie ?

- En fait, à ces contraintes s'ajoutent des difficultés opérationnelles affectant les opérations de la compagnie depuis des mois. Le Service de la navigabilité aérienne (S.N.A) à Mayotte a du mal à assurer sa continuité de service.

Les problématiques mondiales des moteurs Pratt and Whittney qui équipent nos Airbus A220 300 entrainent par ailleurs une immobilisation prolongée de ces appareils.

Aujourd’hui, à la veille d'une période de pointe, la compagnie se trouve confrontée à l’immobilisation de deux avions sur trois, pour une durée indéterminée. Air Austral est éloignée des grands centres de maintenance européens et doit redoubler d'efforts pour répondre à ses obligations s’agissant des phases de maintenance moteur de ses appareils.

Pour faire face à ces défis opérationnels, la compagnie a été contrainte de puiser dans ses liquidités et de recourir à des affrètements auprès d’autres opérateurs, pour que la situation soit la moins pénalisante possible pour sa clientèle.

Toutes ces difficultés font que l’entreprise s’est retrouvée dans une situation de crise quasi permanente avec un retard pris dans la mise en place de son plan de restructuration lequel comportait un volet maîtrise et réduction des coûts dans un objectif de renforcement de notre compétitivité.

• Qu’en est-il du niveau réel de la trésorerie de votre compagnie ? Vous craignez un défaut de paiement ?

Les caractéristiques intrinsèques à notre secteur d’activité notamment la cyclicité font qu’au cours de cette période de l’année, nous passons habituellement par un point bas de trésorerie.

Ce point bas a été amplifié par les difficultés opérationnelles dont je viens de parler. Elles nous ont impacté dès octobre 2023. Tout cela nous place dans une situation de trésorerie tendue, nous obligeant à une gestion des priorités notamment concernant nos décaissements opérationnels.

• Vous confirmez qu'Air Austral a besoin d’une aide financière de plusieurs millions d’euros ?

- Nous devons sortir de cette situation complexe et reconstituer notre trésorerie. Nous travaillons avec l’ensemble des parties prenantes, les actionnaires publics, les nouveaux actionnaires privés, les créanciers, les partenaires bancaires, sur les modalités d'aide. Pour cela le management de la compagnie doit présenter aux actionnaires un plan de sortie de crise au plus tard début mars.

• Qu’en est t-il de la possible ouverture d’un plan de sauvegarde ?

- Ce sujet n’est pas à l’ordre du jour

• La compagnie a bénéficié d’un effacement de dettes de 185 millions d’euros. Elle n’est pourtant toujours pas en mesure de faire face à ces obligations qu’en est-il ?

Pour être précis l’effacement de la dette a été exactement de 116 millions d’euros assortie d’une clause de "retour à meilleur fortune". Cet effacement allège le service de la dette future.

La situation de trésorerie actuelle de la compagnie est liée à nos difficultés opérationnelles et au retard pris dans la mise en œuvre de notre plan de restructuration, ce sont là deux choses différentes.

• Qu’en est t-il des partenariats - échanges entre Air Austral et Tsaradia, la compagnie malgache, l'entreprise va-t-elle obtenir des compensations pour les ATR qui ont été loués pour la desserte des lignes intérieures malgaches et qui auraient été mis à mal par Tsaradia ?

- Dans le cadre du partenariat stratégique mis en place en 2017 avec la compagnie Air Madagascar, qui a pris fin en 2019, Air Austral avait conclu un contrat de sous location de 2 ATR 72 500 avec la société Tsaradia, filiale contrôlée par Air Madagascar.

Un avion a déjà été restitué, le second le sera au mois de juillet prochain. La compagnie Air Madagascar a elle aussi rencontré des difficultés découlant de la crise Covid avec un plan de restructuration en cours de négociation avec le gouvernement malgache et la banque mondiale.

Les obligations financières découlant de ce contrat n’ont ainsi pas été honorées par Tsaradia et le montant de la dette due à Air Austral qui supporte encore aujourd’hui les impayés, est assez conséquent, elle se chiffre à plusieurs millions d’Euros.

• Parlons d’Ewa, qu’en est t-il de la situation financières de cette compagnie filiale d’Air Austral

- La situation est contrastée pour Ewa, malgré une forte progression de son chiffre d’affaires sur l’exercice 2022-2023 elle devra pour cet exercice faire face à un déficit d’exploitation.

Le modèle adopté pour l’exploitation de la ligne Mayotte Réunion en Boeing 737 800 mono classe n’a pas été probant. L’exploitation de cette ligne a été suspendue en septembre 2023 et Ewa devra maintenant envisager son développement dans le canal du Mozambique comme cela a été prévu initialement.

• Plus globalement combien de filiales Air Austral compte t-elle entre Paris, Mayotte et La Réunion et quel est le poids cumulé dans les résultats de la compagnie

- Nos filiales contrôlées exerçant une activité commerciale sont basées à Mayotte avec Ewa Air, et à La Réunion : Austral voyages, Mascareignes développement, Run Aviation. Ces filiales contrôlées n’ont pas de poids importants dans les résultats de la compagnie, nous parlons de moins de 1%.

• Quelques mots sur Gérard Ethève, récemment disparu. Air Austral prévoit t-elle un hommage ?

Un hommage sera bien évidemment rendu à Monsieur Ethève par Air Austral. Cela se fera au cours des prochains mois en concertation avec sa famille à qui j’adresse mes plus respectueuses pensées car elle traverse une période particulièrement douloureuse avec la disparition d’un époux, d’un père et d’un grand-père.

La Réunion a aussi perdu un grand homme, il a tant fait pour le département au niveau du transport aérien.

C’était un passionné qui n’avait qu’un objectif en tête, travailler au désenclavement de La Réunion et positionner une compagnie réunionnaise dans le paysage aérien français.

La desserte des iles Eparses c’est lui, la création de Réunion Air Service c’est lui, la desserte Réunion Mayotte c’est encore lui, la création d’Air Austral et la mise en place des liaisons aériennes avec les pays de la commission Océan Indien fait aussi partie de son œuvre, le positionnement d’une compagnie basée à la Réunion sur la desserte Réunion France hexagonale avec toutes les conséquences positives pour l’économie de la Réunion est également à mettre à son crédit sans parler de l’Asie et de l’Océanie.

Alors vous pensez bien que diriger la compagnie qu’il a créé puisse être un honneur pour moi et je lui dois énormément.

En 2011, lorsqu’il avait pris la décision de quitter la compagnie, j’ai eu la chance de pouvoir échanger avec lui sur le devenir d’Air Austral. Je sais que ce fut un moment particulier pour lui, et malgré son départ programmé et le ressenti qu’il pouvait avoir,  il est resté toujours positif sur cette compagnie.

J’ai alors compris que le lien qui l’unissait à Air Austral était un lien que personne ne pouvait effacer ou remettre en cause. 

Il existait entre lui et Air Austral, le lien qui peut exister entre un artiste et son œuvre. L’artiste se sait mortel mais a conscience que son œuvre perdurera au-delà de son vivant. C’est tout le bien que nous pouvons souhaiter à Air Austral en ces moments compliqués. 

Lire aussi - Air Austral réfléchit à des solutions pour fixer un nouveau programme de vol

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

guest
13 Commentaires
Léon
Léon
2 mois

Cette compagnie étrangle les Réunionnais. Les prix sont exorbitants et elle n'assume pas ses missions sur la zone océan Indien. A quand une vraie ouverture à la concurrence ?

THOR
THOR
3 mois

"Une situation de trésorerie tendue, nous obligeant à une gestion des priorités notamment concernant nos décaissements opérationnels" ☹️

Vraiment des propos de technocrate 😡 on sait très bien qu'avec les chiffres on peut tout et rien dire.

"Une trésorerie tendue" que la phrase est belle 😊

Cela veut dire tout simplement que l'entreprise n'a pas suffisamment de fonds
pour couvrir des dépenses, donc emprunts ou découvert bancaire pour couvrir ses dépenses donc au final intérêts bancaires coûteux donc.....la galère ☹️
Soyez plus clairs messieurs les dirigeants, n'employez pas des mots laissant entendre que la situation financière n'est pas dramatique alors qu'elle l'est.

Grondin Joseph
Grondin Joseph
3 mois

Une compagnie aérienne c'est compliqué à gérer, vous n'avez pas le droit à l'erreur quand il s'agit de la sécurité des passagers. Un avion c'est très cher à acheter et à entretenir, le carburant c'est le premier poste de dépense et la situation internationale n'aide pas les compagnies. Quand en plus une crise mondiale de santé immobilise tous les avions, vous avez des chances de voir ces compagnies faire faillite. Ce qui est arrivé à certaines d'entre-elles, même des compagnies nationales en Namibie et au Burundi. D'autres s'en sont sorti grâce à l'aide d'un État comme Air France ayant bénéficié de 4 milliards d'euros par une montée au capital de l’État français à hauteur de 30%. Peut-on reprocher à une petite compagnie réunionnaise de rencontrer des difficultés dans ces conditions ? L’État français est-il actionnaire d'Air Austral pour l'aider dans cette tourmente ? Non. Les avions Airbus A220 ont des problèmes avec leurs moteurs et ce, partout dans le monde. Ils devaient remplacer les Boeing 737 chez Air Austral mais ils sont immobilisés. C'est de la faute à qui, aux dirigeants de la compagnie aérienne ou au constructeur ?

Personnellement j'aime bien cette compagnie parce que je m'y sent un peu comme à la maison. Le personnel est majoritairement créole, donc gentil, aimable, on est accueilli avec un petit verre de punch, on peut manger un cari dans l'avion. C'est un peu de notre terre natale qu'on retrouve quand on voyage et ce n'est pas rien. C'est dans la tourmente qu'on reconnait ses amis et ce n'est pas parce que notre compagnie rencontre quelques problèmes passagers que nous devons la laisser tomber. Au contraire nous devons la soutenir, elle et ses dirigeants réunionnais.

Roro
Roro
3 mois

Il serait bon qu'on arrête dilapider indéfiniment l' argent public pour une compagnie régionale dont l' école x président de région a contribuer à sa mise à mort en organisant un déplacement a Seattle pour acheter des appareils dont les américains n en voulaient plus il est en grande partie coresponsable en toute impunité et ses adjoints.

Grondin isabelle
Grondin isabelle
3 mois

Vos propos sont si détachés !!!! Je vais parler en mon nom et en beaucoup d’autres de CHEZ NOUS AIR AUSTRAL !!! une salarié qui a été ailleurs et qui est revenu sur son île depuis plus de maintenant 20 ans !!!
Air austral est une compagnie de cœur ♥️ pour ses passagers !!!! Notre dévouement notre écoute notre proximité au service de nos passagers !!!un service upgrader pour le confort du passagers et reconnu par les remerciements et sourire des passagers !!!
La mise en avant du produit réunionnais la saveurs de nos plats, le rougail , les vins réunionnais , les rhum arrangé , le wisky réunionnais …. Un travail sans relâche pour le contentement de nos passagers !!!!
Peu importe la situation d air austral et du mépris de beaucoup sans avoir conscience des conséquences nous nous batterons jusqu’au bout et nos sourires seront toujours existant pour nos passagers !!! NOUS TENONS À CŒUR NOS PASSAGERS ET NOTRE MÉTIER !!! Voilà la différence Monsieur heureusement perçu par nos passagers à la sortie de l’avion qui sont nos vrais récompenses. !!!! Bien CDT.

Vincent
Vincent
3 mois

Peut être mais AF dépasse maintenant air austral. Salon AF a Gillot de loin supérieur à ceux d air austral surtout en prestations. Les cabines vieillissent chez air austral sans grande maintenance et le divertissement à bord d AF sans comparaison €ans toutes les classes. Si on rajoute la fidélisation. Vous serez bientôt en 2 nde classe.

charif
charif
3 mois

il serait temps de se faire une raison.Depuis des années cette compagnie a bénéficié de multiples aides publiques,effacement de dettes de plusieurs millions et elle est toujours en difficultés financières.

Dado
Dado
3 mois

Quelqu'un a vu le vice-président de la région chargé d'Air Austral Norman Omarjee ?
Il a disparu.

Ingénieur
Ingénieur
3 mois

Huguette BELLO a fait un choix stupide et uniquement idéologique. Appliquer le plan de fusion avec Corsair proposé par l'Etat aurait fait baisser le prix des billets et protégé les salariés.

JPA
JPA
3 mois

La taille et l'actionnariat public de cette compagnie sont des freins qui ne sont tjs pas levés malgré la.prise de participation majoritaire du groupe Deleflie depuis peu.
Ce pôle d'investisseurs est sans doute enclin de décider d'un inévitable plan social pour redresser la compagnie mais la présidence de la région refusera catégoriquement cette solution pour des raisons politiques totalement insensées.
L'existence de 4 compagnies aériennes sur ce marché réunionnais est une hérésie économique qui ne pourra pas perdurer. L'Etat ne viendra plus au secours d'Air Austral et contraindra ses dirigeants à une fusion au sein d'une compagnie aérienne ultramarine avec la compagnie Corsair également dans une situation financière très préoccupante.
Le temps des illusions est achevé et tous les dirigeants de la compagnie devraient s'en convaincre pour cesser cette gabegie des deniers publics qui manquent aux Réunionnais réellement dans le besoin...

HULK
HULK
3 mois

Que certains arrêtent de se gaver aux frais de la compagnie ,comme celà a toujours été le cas,en sachant que le contribuable renflouera.

leon
leon
3 mois

La compagnie n'offre plus le même qualité de services qu'autrefois. Autant voyager sur French bee moins cher et dont les avions sont neufs. Les nombreux salaires mirobolants aux nombreuses codirections ne doit pas arranger les finances de cette compagnie inexplicablement dans le rouge malgré les renflouements.

ZembroKaf
ZembroKaf
3 mois

le retour en "catimini" des frais de modifications de date ... à 250 euros + ajustement tarifaire !!! ... sinon à part quelques petits détails...Air Austral a un très bon niveau de service !!!