Les produits retirés dans l'Hexagone

Suspension des ventes de la marque Pepsico : Carrefour Réunion ne "souhaite pas s'exprimer"

  • Publié le 5 janvier 2024 à 16:15
  • Actualisé le 5 janvier 2024 à 16:18

Depuis ce jeudi 4 janvier 2024, l'enseigne Carrefour a déployé dans ses magasins de l'Hexagone des affiches pour expliquer qu'elle ne vendra plus les produits du groupe Pepsico "pour cause de hausse de prix inacceptable". Sont concernées toutes les marques du groupe : Pepsi, les boissons Lipton et 7 Up, les chips Lay's, les Doritos, la marque Bénenuts et Quaker. On ignore pour l'heure si cette décision sera appliquée à La Réunion. En effet, interrogé par Imaz Press Réunion, Carrefour Réunion a indiqué "ne pas souhaiter s’exprimer sur cette question" (Photo d'illustration sly/www.imazpress.com)

Depuis ce jeudi, l'enseigne de grande distribution a déployé dans ses magasins des affiches pour informer le consommateur de ce déréférencement: "Nous ne vendons plus cette marque pour cause de hausse de prix inacceptable. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée". "Carrefour, engagé pour faire baisser les prix" y est aussi ajouté.

En tout cas, cela est le cas dans ses magasins de l'Hexagone. A La Réunion, le groupe Carrefour, qui appartient à GBH, n'a pas souhaité commenter cette décision, ni préciser si elle sera aussi appliquée dans l'île. Pour l'heure, il semblerait que les employés n'aient en tout cas pas été mis au courant d'une telle mesure.

Cette suspension de vente a été motivée par une "hausse des prix inacceptable". Les prix de l'alimentaire étant de toute façon 37% plus élevés dans les grandes surfaces réunionnaises selon l'Insee, on peut comprendre que Carrefour Réunion ne souhaite pas forcément suivre le pas de son homologue de l'Hexagone.

- Baisse des prix au niveau mondial -

A noter que les prix mondiaux des denrées alimentaires ont baissé de 13,7% en 2023 par rapport à l'année précédente, avec un repli marqué pour les huiles végétales et les céréales, a indiqué vendredi l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice des prix des denrées alimentaires calculé par la FAO, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, est en baisse de 15,4% sur l'année pour les céréales, "reflétant des marchés mondiaux bien approvisionnés", contrastant avec la flambée des prix de 2022 liée à la guerre en Ukraine.

Ce repli est d'autant plus notable pour les céréales, blé et maïs en tête, que l'indice FAO des prix du riz a lui augmenté de 21% sur cette période, en grande partie en raison des inquiétudes concernant l'impact potentiel du phénomène climatique El Niño sur la production mondiale et du fait de restrictions à l'exportation imposées par l'Inde.

La plus forte baisse vient des huiles végétales, qui chutent de 32,7% en 2023, par rapport à 2022. Un repli qui se poursuit en décembre, "l'huile de soja en particulier étant affectée par un ralentissement de la demande du secteur du biodiesel ainsi que par l'amélioration des conditions météorologiques dans les principales zones de culture du Brésil", précise la FAO.

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com avec l'AFP

 

guest
2 Commentaires
HULK
HULK
1 mois

Industriels,distributeurs,intermédiaires,chacun joue sa partition et c'est normal d'un point de vue économique. Le décideur, c'est le consommateur final qui paye. S'il estime, après avoir été bien informé, que l'un a abusé, alors qu'il n'achète pas et c'est tout.

Dom
Dom
1 mois

Les dividendes des actionnaires n'ont pas diminué, j'espère....