Tribune libre de Frédéric Maillot

Courrier au ministère de la Culture : censure d'une fresque au Lycée de Vincendo

  • Publié le 12 avril 2024 à 20:56
  • Actualisé le 12 avril 2024 à 21:00

Madame la Ministre, vous avez déclaré le 6 février : "Moi, je suis pour la liberté de l’art. Je suis pour la liberté de la création. Je ne suis pas pour la censure." . À La Réunion, une fresque a été créée par l’artiste Méo dans l’enceinte du lycée de Vincendo, située au sud de l’île. (Photo photo Sly/www.imazpress.com)

Cette fresque s’intitulant “Celui qui oublie ses racines n’atteint jamais sa destination” dépeint un enfant entouré d’éléments forts de la culture réunionnaise : un roulèr, un bertèl, un cardinal et des livres. Un des livres supplante la mention « Histoire de France » à « Zistwar La Rényon » en référence au besoin de mieux connaître l’histoire régionale, celle de l’île qui n’est que peu ou pas enseignée dans nos établissements scolaires.

La fresque s’inscrit dans une quête identitaire afin d’aller vers une meilleure compréhension et un meilleur apprentissage de nos origines et notre histoire. Ainsi, la décision de l’établissement de saisir le Comité des Experts Nationaux des Valeurs de la République pour une éventuelle censure choque non seulement les élèves, la population réunionnaise mais également toute la classe militante au regard du message pacifique porté par l’artiste.

Cette œuvre est le continuum d’une pensée artistique soutenue par la Présidente de la Région Réunion et nous ne pouvons que soutenir Meo qui en viendrait à s’auto-censurer si le Comité des Experts Nationaux des Valeurs de la République juge son œuvre inappropriée. L’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 trouve tout son sens aujourd’hui : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi."

Je compte sur votre bienveillance et votre compréhension de nos histoires culturelles respectives pour que cet artiste ne craigne pas la censure car il cristallise le talent et le vivre-ensemble réunionnais grâce à des œuvres dont le renom n’est plus à vanter.

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma considération la plus sincère.

Frédéric MAILLOT

Lire aussi : Lycée de Vincendo : polémique (ridicule et absurde) autour d'une fresque sur le respect de l'identité

 

guest
9 Commentaires
Daniella
Daniella
1 mois

Merci pour cette lettre !

BOURD'DAN
BOURD'DAN
1 mois

Byin kozé. Nou na pi pou largé. Tyinbo

PINKY974
PINKY974
1 mois

Je dirais plutôt que ça l’ occupe en avion entre l’ hexagonal et la colonie

PINKY974
PINKY974
1 mois

Réponse de la ministre :
Mr le député ex gratte guitare ne m’envoyez plus de lettre que je ne lis pas .Ma corbeille est pleine. L’ un de votre 4 collaborateurs écrit très bien le français qui semble ne pas être votre langue maternelle.

Couconou
Couconou
1 mois

Maillot élevé le débat kamarad

Marécage
Marécage
1 mois

Il a raison de défendre notre patrimoine reunionnais. En ce moment, nous peut rien dire, rien faire, là c dessiner, tout est interdit et vous trouvez çà normal. Nous le pu chez nous, pu reunionnais quoi.

Saturin
Saturin
1 mois

Il me sature celui là

Maria
Maria
1 mois

Marre de maillot et de ses pseudo artistes. Guitare oui pour lui, politique non ! Ça fait rire. Ou pleurer

Yoyo
Yoyo
1 mois

Allez gratte out guitare c est tout ce que ou connait faire ,pour être député ou la vende a ou a marie Antoinette PO gagné un gros indemnité et voyage .arrêté fait honte la reunion