Enquête pubique

États généraux de la mobilité : déjà plus de 8.650 contributions contre le coma circulatoire

  • Publié le 19 juillet 2023 à 13:01

Depuis le 9 mai 2023, la Région Réunion ainsi que ses partenaires ont lancé les États généraux des mobilités. Une vaste consultation citoyenne qui se déroule sur l'île et qui s'achèvera le 23 juillet. Durant cette période, les Réunionnais ont été invités et le sont toujours, à donner leur avis. Ce mercredi 19 juillet, à quelques jours de la fin de la consultation, la Région a tenu à faire un premier bilan (Photo : sly/www.imazpress.com)

Sont présents ce mercredi matin autour de la table et aux côtés d'Huguette Bello, les autorités organisatrices de transport (AOT, EPCI), Casud, Cinor, Cirest, Civis et TCO, le Syndicat mixte de transports de La Réunion (SMTR) et le collège des garants de la Commission nationale du débat public (CNDP).

"Ils ne faut pas oublier les progrès qui ont été faits en matière d'infrastructures routières depuis des années, note Huguette Bello. Des infrastructures qui restent à développer. Et "ces enjeux ont un impact sur le quotidien des Réunionnais". "Il y a urgence à agir", ajoute-t-elle.

Koman nou déplas a nou domin su La Rényon ? Telle est donc la question qui a été posée aux Réunionnais durant trois mois.

La première phase étant sur le point de s'achever, la présidente de la Région a souhaité revenir sur cette grande consultation. "Ce grand rendez-vous citoyen a suscité plus de 8.650 contributions dans l'île, symbole des grandes attentes des Réunionnais pour améliorer les déplacements."

La richesse de cette consultation découle de la diversité des propositions apportées.

"Avec cette consultation, le défi est de taille. C'est la première fois qu'une consultation de cette ampleur est organisée sur le territoire".

Dès la semaine prochaine, s'ouvrira une nouvelle étape de la consultation avec la publication d'un rapport des garants de la CNDP pour tirer le bilan précis. Un bilan qui orienta les travaux des EGM qui se réuniront dès octobre 2023.

Mais c'est en septembre que la présidente de Région donne rendez-vous pour faire le bilan des enseignements de ce rapport afin d'ouvrir la deuxième phase et "d'établir une feuille de route pour la mobilité".

Pour Patrice Boulevart, vice-président de la Région, "la mobilisation a été au rendez-vous sur un sujet qui touche le quotidien des Réunionnais et Réunionnaises". Il y a "une solide volonté collective d'agir pour changer les choses en matière de mobilité".

- Voiture, train, bus, vélo, marche, co-voiturage… au cœur des échanges -

Il faut savoir que depuis le début des consultations, de nombreuses réunions publiques ont eu lieu, que cela soit à Saint-Denis pour imaginer les déplacements de demain, sur le territoire de la Cinor afin de faire le point sur nos usages et nos attentes.

Au cours de ces trois derniers mois, plus de 130 rendez-vous ont été organisés et huit réunions publiques. 5.760 personnes ont participé à ces réunions et rencontres de terrain.  Lors de ces rendez-vous, plusieurs sujets ont été abordés pour améliorer la mobilité à La Réunion.

"La caravane des mobilités a d'ailleurs été l'outil clé qui a assuré dans chaque commune et même à Mafate pour aller vers les habitants", note Patrice Boulevart, délégué aux mobilités durables.

"On voit à travers cette concertation que les Réunionnais se sont emparés de la question et que le tout voiture est terminé", souligne Camille Clain, vice-présidente du Département. 

Sur les idées – si un rail était évoqué – il pourrait être intégré aux contrats de convergence. "On veut nous aussi notre part des 100 milliards pour le rail", indique Huguette Bello. "L'horizon c'est le ferré."

Sur la NRL, "on le fera". "On le fera pour 2028 et on est sur la bonne route de l'édification de la dernière partie de la route."

Ce qui est certain, "c'est que ce qu'attendent les Réunionnais, ce sont des réponses immédiates", souligne Maurice Gironcel. Mais "le débat va apporter des solutions à court terme, à moyen terme et à long terme".

Lire aussi - États généraux des mobilités : la Région lance une consultation citoyenne pour lutter contre le "coma circulatoire"

- Prochaine étape -

Dès le 24 juillet, les garants de la CNDP rendront leur rapport et identifieront les priorités.

Dany Gicquiaud, membre de la CNDP explique que ce dispositif était "tout à fait inédit". "La première phase arrivant à échéance", elle tient à rappeler le rôle de la Commission citoyenne de débat public. "Les professionnels, le publics, jeunes, moins jeunes… ont a vérifié à ce que le public puisse être le plus accessible."

En même temps, a lieu la constitution de l'Assemblée citoyenne des mobilités jusqu'au 23 juillet sur le site www.consultation-mobilites.re

Une Assemblée composée d'une centaine de personnes, des élus, des représentants des collectivités, des citoyens volontaires tirés au sort.

Plusieurs groupes seront constitués pour travailler sur les grandes thématiques issues des enseignements de la première étape de consultation citoyenne.

Étape 2 de ces États généraux des mobilités, en octobre 2023 où l'Assemblée citoyenne travaillera sur des propositions qui seront soumises à la Région et ses partenaires. En décembre aura lieu la restitution finale.

Début 2024, c'est l'avis de la Région et de ses partenaires sur les propositions de l'Assemblée citoyenne qui sera rendu.

- De vaste chantier avant que le "tout voiture" soit terminé -

"Sur le territoire de la Cinor, on le sait, l'automobile a une place prépondérante", note Maurice Gironcel, président de la collectivité. "Mais nous devons améliorer les aménagements pour améliorer la mobilité, notamment dite douce", dit-il. Cela ne pouvant être dissocié de la question de la transition écologique.

À La Réunion, selon Maurice Gironcel, le transport concourt à 40% des émissions de gaz à effet de serre. "Il faut donc trouver des solutions nouvelles."

Concernant les transports en commun, la Cinor a été le premier réseau à se doter d'un TCSP et d'un Papangue – qui vient de dépasser ses deux millionièmes passagers.

De son côté la Casud et son représentant Jacquet Hoarau, déclare, "la mobilité c'est l'affaire de tous".

Concernant les défis des déplacements, "aujourd'hui le Tampon et Saint-Pierre -qui se valent en termes de population – on ne peut plus circuler sur certains créneaux. On mène donc une réflexion pour créer un rail pour avoir un mode doux entre ces communes".

En attendant, "on peut décongestionner par l'aménagement d'échangeurs entre le Tampon-Saint-Pierre mais également les villes de notre intercommunalité", ajoute Jacquet Hoarau.

Mais sur ces sujets il reste encore à faire, quelle que soit la collectivité. Il est donc encore temps de donner son avis. La consultation n'est pas terminée, il reste encore jusqu'à dimanche "pour faire entendre la voix des Réunionnais et Réunionnaises".

- États généraux de la mobilité : mode d'emploi -

Le site de la démarche regroupe toute l’information nécessaire sur la consultation citoyenne, son déroulé et ses grands rendez-vous. L’ensemble des documents réalisés dans le cadre des États Généraux des Mobilités ainsi que des études y sont également mis à disposition dans l’espace médiathèque.

Le site permet également de déposer une contribution via les outils suivants, accessibles librement dans la rubrique "Participer":

• le questionnaire : quelques minutes pour participer et donner son avis ! Le questionnaire porte sur les habitudes et motifs de déplacement, les différentes mobilités utilisées, les investissements à engager prioritairement ou encore sur les propositions concrètes qui pourraient améliorer et fluidifier les déplacements sur le territoire ;

• le mur de contributions : pour partager ses idées, questions ou suggestions en matière de déplacements. Interactif, cet outil permet également de réagir aux contributions des autres participants ;

• la carte participative : un moyen de localiser précisément ses remarques ou ses idées. Cette mise en perspective des contributions sur une carte interactive de La Réunion permet ainsi de visualiser rapidement les attentes et propositions en fonction des différentes zones géographiques ;

• le cahier d’acteurs : à destination des personnes morales, un gabarit de cahier d’acteurs est mis à disposition en téléchargement.

Les Ron Kozé des Mobilités sont également un moyen simple d’organiser son propre évènement des États Généraux des Mobilités chez soi, à n’importe quel moment (avant le 23 juillet), avec sa famille, ses amis, ses voisins, ses collègues, son association, …. Ce dispositif permet ainsi de partager une contribution collective.

Lire aussi - États généraux des mobilités : le mode d’emploi de la participation

ma.m/www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
3 Commentaires
Mme Lebon
Mme Lebon
7 mois

Je demande à Monsieur Lebreton,si la circulation des piétons et des mères de famille avec leurs poussettes peuvent se faire sans encombres,sur ses trottoirs mis en place rue des jacques ,je lui invite, accompagné du préfet,de la présidente de région et du département de l accompagner pour qu il se mette à notre place ? a bon entendeur salut.

Mélenchon
Mélenchon
7 mois

Des politiques en mal d'idées,très bon dans la critique , très mauvais qu
and il s'agit de prises de décisions ,ne fait pas mieux que leurs prédécesseurs.

jaco
jaco
7 mois

ces états généraux ne serviront à rien !!!! toutes les solutions sont connues et il manque des prises de décisions politiques ..... LA REGION SE DONNE BONNE CONSCIENCE!!!!!!!!