Education

Prise en charge des enfants en situation de handicap : Ericka Bareigts et le recteur veulent des solutions

  • Publié le 23 mai 2024 à 09:17

Ce mercredi 22 mai 2024, Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis, s'est entretenue avec Pierre-François Mourier, recteur de l'Académie de La Réunion. Au cœur de leurs échanges, la prise en charge des enfants en situation de handicap. L'élue du chef-lieu n'a eu de cesse d'alerter sur le combat que mènent de nombreuses familles. La maire avait d'ailleurs rencontré le 27 mars 2024 le directeur de la Maison départementale des personnes handicapées (MDHP) sur ce sujet. Une rencontre "qui ne s'était pas très bien passée" selon Ericka Bareigts (Photo : rb/www.imazpress.com)

"Nous avons évoqué il y a quelques semaines la difficulté pour certains parents d'avoir accès à des AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap)", déclare la maire.

Une rencontre peu fructueuse pour l'élue de Saint-Denis. "Quand on vient voir les institutions pour dire qu'il y a des problèmes sur des dossiers mal instruits on n'aime pas." "On nous renvoie au Rectorat mais ce n'est pas le Rectorat qui instruit les dossiers", s'indigne la maire.

"Si ce n'est pas le Rectorat, ce n'est pas la MDPH, on doit poser les questions pour apporter des solutions aux parents."

"On a les moyens, des Atsem, des AESH, mais la vérité c'est qu'il y a encore beaucoup de frustration car ce n'est peut-être pas suffisamment coordonné."

Lire aussi - Saint-Denis : une situation critique pour les enfants scolarisés porteurs de handicap

- Une situation difficile pour les enfants porteurs de handicap -

Parmi les pistes évoquées, Ericka Bareigts évoque : "j'aimerais pour ma part des modifications concrètes. C'est simple. Il y a un petit problème pour nous qui est immense pour les familles et il leur faut des solutions. En dépouillant le dossier on trouvera des solutions".

"Avec Madame la maire on est parti du constat que l'on faisait énormément de choses pour l'école inclusive ou l'école pour tous. Et en même temps on avait un système qui ne donnait pas satisfaction", note Pierre-François Mourier, le recteur. 

"Nous avons convenu d'être encore plus efficaces. On a tous les dispositifs, les équipes pédagogiques, des agents. Il faut mettre la bonne volonté ensemble pour faire encore mieux", dit-il.

"Nous souhaitons aussi faire en sorte que l'ensemble des acteurs nous rejoignent et soient encore plus présents pour faire de l'école du 21ème siècle, une école pour tous."

- Une réunion à venir -

Dans les semaines à venir, la Rectorat et Ericka Bareigts promettent la tenue d'une réunion "pour pouvoir dire aux institutions (MDPH, Département) qu'il faut accompagner les parents."

"On ne peut pas se renvoyer la balle sinon il n'y a jamais d'école pour tous."

Une réunion à laquelle pourraient être conviés d'autres élus de La Réunion. "On se doit d'être collectifs. Il ne peut pas y avoir de travaux dans son coin. Là on est sur l'école de la République."

Dans notre département, "il y a une augmentation chaque année du nombre de familles en demande d'aides", indique le recteur.

"Cela veut dire que malgré tout on arrive à faire sortir la plupart des familles du démêlé administratif mais il y en a encore qui n'ont pas accès au droit. On doit travailler sur cette petite frange de familles fragiles et éloignées de l'école."

À La Réunion, l'on compte 2.904 AESH.

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
Handireunion
Handireunion
3 semaines

La solution est simple : embaucher des AESH toute l'année en fonction des besoin plutôt que d'enfumer la population avec ce discours incompréhensible. La MDPH notifie des droits pour ces enfants, ce n'est pas difficile à comprendre. Certes, les délais de passage en CDAPH sont très longs. Mais une fois que ces droits ont notifiés, c'est au rectorat (l'Etat) à faire son boulot. La Maire devrait encourager les familles à déposer plainte contre l'Etat. Car ce problème ne touche pas que Saint-Denis. En novembre 2022 un groupement d'associations dénonçait le non accès aux droits des personnes bénéficiant d'une notification MDPH. Au 31 décembre 2021, 58 % des enfants bénéficiant d'une notification MDPH, n'avaient pas accès à leurs droits.
Pour mémoire : https://imazpress.com/actus-reunion/le-gardph-demande-audience-au-ministre-de-la-sante-francois-braun