Beaucoup de moyens, peu de résultats

Darmanin à Mayotte pour constater le maigre bilan de l'opération Wuambushu

  • Publié le 23 juin 2023 à 08:41
  • Actualisé le 23 juin 2023 à 11:44

Le ministre de l'Intérieur et des Outre-mer est attendu ce samedi 24 juin 2023 à Mayotte, pour une visite de deux jours. Deux mois après le début de l'opération Wuambushu, le ministre va faire un premier bilan de cette vaste opération d'expulsions et de destructions d'habitations illégales. Un bilan qui semble pour l'heure extrêmement faible, particulièrement aux vues des moyens démesurés déployés sur place. (Photo Darmanin photo RB imazpress)

Beaucoup de moyens pour finalement très peu de résultats. Alors que l'opération Wuambushu devait initialement durer deux mois – le temps d'expulser environ 20.000 personnes et détruire 1.000 habitations, celle-ci risque de se prolonger. Surtout si le ministre souhaite atteindre ses objectifs, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui.

Il faut dire que pour une opération d'une telle envergure, le gouvernement a largement manqué de préparations. Entre le refus des Comores d'accueillir ses ressortissants, les embûches juridiques pour lancer les travaux de démolition des habitants, l'envoi de forces de l'ordre non-formées aux spécificités de Mayotte et les divers manquements au respect des droits humains…On ne peut pas vraiment dire que l'opération partait sur de bonnes bases.

Deux mois après le lancement de Wuambushu, ce ne sont finalement que deux quartiers qui ont été détruits. La destruction de Talus 2, l’un des plus importants bidonvilles du 101e département de France, avait débuté le 23 mai après avait été suspendue par la justice. Soit un mois après le début de l'opération. Au moins 162 habitations ont été détruites, et plus de 200 personnes ont été relogées, d'après la préfecture.

Cette semaine, la démolition du quartier Barakani, situé au nord-est de Mayotte, a commencé. Une destruction qui intervient également après que la justice administrative de Mayotte ait rejeté le recours déposé par une famille du quartier qui s'opposait à l'évacuation et la destruction du bidonville où elle vit. Au total, ce sont 80 habitations qui ont été détruites. Un bilan très éloigné de l'objectif des 1.000 destructions, surtout lorsqu'on sait que de nombreuses habitations détruites étaient déjà vides.

- Les expulsions patinent -


Côté expulsions, le ministère de l'Intérieur est aussi très loin du compte. Sur un objectif de 20.000 "mesures d'éloignements" – l'équivalent d'une année d'expulsions habituellement, seulement quelques centaines de personnes ont été renvoyées vers leur pays. En sachant que nombre de Comoriens retentent la traversée jusqu'à Mayotte peu de temps après leur retour au pays, difficile d'imaginer que ces expulsions soient vraiment utiles.

On peut aussi noter l'envoi massif de forces de l'ordre, notamment la fameuse brigade CRS8, connue surtout pour son ultra-violence - ils se sont d'ailleurs démarqués dès les premiers jours en tirant à balle réelle au sol. Sur les 1.800 policiers et gendarmes supplémentaires envoyés sur place en avril, ils ne sont désormais plus que 400. Comment tenir ses objectifs dans ce contexte ? On l'ignore, mais peut-être que le ministère nous éclairera sur la question ce week-end.

Gérald Darmanin peut en tout cas se vanter d'avoir tenté quelque chose à Mayotte, territoire délaissé par la France depuis bien longtemps désormais. Que ce soit une opération préparée à la va-vite, qui ne règlera en rien les problèmes de précarité extrême, de manque d'infrastructure, de l'absence d'eau… Que de nombreux habitants soient délogés sans solution de relogement, que les droits des migrants soient bafoués, que l'opération galvanise un peu plus les tensions intercommunautaires… Peu importe, le ministre aura quand même essayé.

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

guest
2 Commentaires
Alice974
Alice974
10 mois

L'éditorialiste probablement de gauche raconte des choses très erronées la crs8 maintient l'ordre face à l'ultra violence. Mais ces journalistes woke ne savent pas ce qu'est la violence de rue, malheureusement, lorsque l'on est dans son bureau (Vous semblez parler en connaissance de cause à propos de personne qui commente à partir de leur bureau... Bonne après-midi chère Alice 974- Modérateur)

HULK
HULK
10 mois

C'étai couru d'avance. De l'enfumage, comme tout ce que fait MACRON et son gouvernement de technocrates incompétents.