Avec ou sans licence

La Réunion n'est pas sportive, c'est faux : les Réunionnais.es aiment (vraiment) se dépenser

  • Publié le 24 avril 2024 à 15:47

Le mardi 16 avril 2024, l'Insee de La Réunion a dévoilé une étude sur le sport qui en a fait bondir plus d'un. La Réunion serait en queue de peloton en termes de pratique sportive régulière. Les Réunionnais n'aiment-ils pas le sport ? Si les chiffres de l'Insee sont vrais, ils sont à prendre avec des pincettes, puisque l'étude se base sur l'année 2020 - en pleine période de Covid. Depuis La Réunion a bel et bien repris le chemin des terrains de sport, et ce, qu'ils aient une licence sportiveou non (Photo www.imazpress.com)

Suite à la sortie de cette étude, les Réunionnais n'ont pas tardé à réagir sur les réseaux. "À La Réunion, on vit à l'extérieur, on n'a pas besoin de s'inscrire en club."

"Tous les sports ne demandent pas de licences", lance un autre internaute.

Le Département non plus n'a pas tardé à réagir, demandant des explications. "Les Conseillers départementaux considèrent que l’étude, basée sur des données recueillies en 2020, c'est-à-dire en pleine crise sanitaire (COVID 19), n'est pas significative. En outre, elle (l'étude – ndlr) ne prend pas en compte les activités physiques et sportives en dehors des clubs et tournées vers le bien-être", explique la collectivité dans un communiqué.

Rapidement, l'Insee a apporté des éclairages, rappelant que "l’enquête sur les "pratiques physiques et sportives" est une enquête de statistique publique, réalisée tous les 10 ans, labellisée, avec un échantillon important (30 000 personnes de 15 ans ou plus avec une sur-représentation des Drom)".

"Cette dernière a été réalisée entre fin janvier et juin 2020, mais porte sur les activités physiques et sportives réalisées sur la période passée, sur les 12 derniers mois "hors confinement."

Lire aussi - Pratique sportive régulière : La Réunion décroche la médaille du plus mauvais élève

- Le Département mécontent, l'Insee s'explique -

Si l'Insee détaille le déroulé de l'étude, le Département lui reproche le fait que "ces chiffres ne reflètent pas de manière exhaustive l'ensemble des pratiques. Cette lacune dans les données montre l’importance de prendre en considération toutes les formes d’activités physiques et sportives visant à promouvoir le bien-être et la santé de notre population.

"En effet, à La Réunion, de nombreuses personnes pratiquent des activités physiques et sportives informelles, qu'il s'agisse de la simple promenade, des randonnées, des séances de jogging et des pratiques de pleine nature. Elles font donc aujourd'hui partie intégrante du mode de vie des Réunionnais."

L'Insee explique de son côté que "les résultats dans l’étude publiée prennent en compte toutes les pratiques sportives ; la marche, la randonnée, la natation, la gym, la danse, etc. Cependant, les activités physiques de baignade, de relaxation et de balade, mais aussi les échecs et les cours obligatoires d’éducation physique et sportive sont exclues".

"Ainsi, selon une définition élargie incluant les pratiques sportives tant occasionnelles que régulières, 69 % des Réunionnais pratiquent une activité physique, contre 80 % en France", poursuit l'Insee.

"Par ailleurs, cette étude se focalise sur la pratique régulière (en moyenne une séance par semaine). Or les Réunionnais ont plus souvent qu’ailleurs une pratique dite "occasionnelle", c’est-à-dire au moins une séance de sport dans l’année écoulée (19 % contre 15 % en moyenne nationale)." " La pratique sportive qu’elle soit régulière ou occasionnelle reste donc moins développée comme dans d’autres territoires ultra-marins."

Les résultats (à paraître) du baromètre national sur les pratiques sportives 2022-2023 sont convergents avec ceux de l’enquête sur les pratiques physiques et sportives pour La Réunion (49 % de pratique régulière en moyenne une fois par semaine, 58 % au moins une fois dans l’année)."

Lire aussi - Pratique du sport à La Réunion : le Département demande à l’Insee d’actualiser ses chiffres

Lire aussi - Peu de licences sportives en club à La Réunion : l'Insee s'explique

- Des chiffres qui ne reflètent pas la réalité -

Mais alors qu'en est-il réellement, les Réunionnais seraient-ils si horripilés à pratiquer le sport ?

Selon les chiffres de 2022 – en termes de licence – "le taux annuel en 2022, s’élève à 114 pour 1 000 habitants à La Réunion, contre 157 en moyenne dans toute la France. La Réunion est le premier DOM, mais derrière toutes les régions de l’Hexagone".

"Concernant le nombre total de licences par habitant, y compris fédérations scolaires et affinitaires, on dénombre 149 944 licences sportives à La Réunion, soit 172 licences pour 1 000 habitants contre 224,4 en France."

Pour Alain Lan Yeung, directeur du Comité Régional Olympique et Sportif (Cros) de La Réunion, contrairement à ce que dit l'Insee, "nous avons une remontée des licenciées en 2022, que cela soit pour les ligues ou les comités".

"En 2022 on a eu une remontée spectaculaire. On est passé de 124.000 à plus de 149.000 licences sur toutes les fédérations."

Des chiffres qui devraient encore augmenter avec les données de 2023. "Je pense qu'on sera au-delà des 150.000 licenciés, d'autant que l'on travaille avec le Département sur le plan 5.000 licences", dit-il.

Une hausse des inscriptions "que les fédérations ressentent et que l'on a pu constater lors de la Conférence régionale du sport".
Dominique Alincourt, président de la ligue réunionnaise de voile l'a lui-même constaté dans sa discipline. "Nous avons constaté une augmentation dans de très nombreuses disciplines, que cela soit en voile comme en basket."

En voile, "les compétitions réunissent de plus en plus de monde". "On va même accueillir le tour du monde à la voile, ce qui montre bien que l'on n'est pas en perte de vitesse."

- Les Réunionnais courent, marchent, suent -

Dans la réalité, on ne peut que le constater, les Réunionnais aiment le sport. En salle, sur les sentiers en montagne ou le long du littoral. Crossfit, marche, vélo, trottinettes… nombreux sont ceux que l'on croise chaque jour suer à grosses gouttes.

"On le voit à La Réunion, la pratique libre et sportive se partout aux quatre coins de l'île", note Alain Lan Yeung. "Les salles privées n'arrêtent pas d'ouvrir."

"À La Réunion, le nombre de non licenciés est en nette hausse. Et pour pleins de raisons. Il y a plusieurs sports comme marche, la course où les gens qui ne font pas de compétitions ne prennent pas de licence", explique Dominique Alincourt.

Le président de la ligue de voile le constate : "on le voit sur l'eau avec le nombre de bateaux qui sont là toute la journée".

Pour "avoir un vrai recul, il faudrait un observatoire plus poussé pour évaluer la pratique sportive à La Réunion et ce dans tous les secteurs".

Lire aussi - Le crossfit a (largement) le vent en poupe à La Réunion

Lire aussi - À La Réunion, le trail se développe à grande vitesse

Lire aussi - Fitness, yoga, street workout... alon fé spor dann shomin

- Peut-être moins de licences... car moins d'équipements -

Si la pratique libre attire, il est vrai que le nombre de licences reste en deçà des chiffres de l'Hexagone.

La faute à qui ? À quoi ?

Pour le directeur du Cros, "on a repéré deux choses". "Premièrement, il y a un vrai problème d'équipements sportifs qui sont soit vieillissants ou en saturation pour accueillir les sportifs, l'autre problème c'est qu'il n'y a pas assez de places ou d'encadrants", explique Alain Lan Yeung.

"On a des demandes, des besoins, mais pas suffisamment d'équipement." "La Réunion est l'une des moins dotées en matière d'équipements", dit-il.

Sur les stades, "avec l'urbanisation on ne peut plus créer de terrains". Concernant les piscines, "il y a des efforts de fait mais certaines ne fonctionnent pas comme celle de Sainte-Suzanne". Dans d'autres villes, "c'est le manque de maîtres-nageurs qui freine".

Alors non La Réunion n'est pas moins sportive que les autres régions, peu importe les chiffres.

D'autant qu'on le sait – et à l'approche des JO cela se voit – La Réunion est une véritable "terre de champions".

ma.m/www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
4 Commentaires
Kfrine
Kfrine
1 mois

Les chiffres de l'obésité et du diabète sont aussi très mauvais par rapport à l'hexagone. Je ne sais pas s'il existe un classement pour ces thématiques, mais le lien avec la pratique sportive peut être rapidement fait et raccourci. L'alimentation joue aussi un rôle. De mon point de vue, on mange certes moins bien qu'avant à la Réunion, mais on mange plus du fait maison qu'en métropole. Y a qu'à voir dans les grandes surfaces la part des rayons consacrée aux plats surgelés par rapport aux produits bruts, c'est effarant. La consommation de produits frais dans les marchés et les boucheries restent accessibles à la Réunion, alors qu'en métropole, c'est réservé aux portes monnaies bien remplis. Par rapport à la Réunion, on constate de simple visu que les pratiques alimentaires sont différentes. Bref, une étude beaucoup plus globale et fine est à faire. Les chiffres ne sont pas assez parlant sur ce coup là. Ce n'est que mon ressenti.

AMAZONUS
AMAZONUS
1 mois

C'est vrai, les réunionnais aiment se dépenser pour courir au MC DO!

letrainpourtous
letrainpourtous
1 mois

bon à part dire non c'est pas vrai par égo d'être dernier et pas vouloir se remettre en cause des 2 côtés... quel est le vrai constat objectif et non biaisé?

Steevy
Steevy
1 mois

Heu…il suffit de regarder autour de soi pour voir simplement la réalité en face…et les fast food qui ouvrent à tour de bras ça n’aident pas non plus!