Interdiction du port d’armes et des combats de rue

Violences urbaines : deux blessés par arme à feu à Bras-Fusil ce week-end, le préfet hausse le ton

  • Publié le 28 mars 2024 à 18:07
  • Actualisé le 28 mars 2024 à 18:24

Pour prévenir les troubles à l’ordre public suite aux récentes violences urbaines dans plusieurs communes du département, qui ont fait deux blessés dont un grave par arme à feu à Bras-Fusil ce samedi, le préfet de La Réunion hausse le ton. Il interdit donc le port et le transport d’armes, toutes catégories confondues, de munitions et de leurs éléments dans le département, du vendredi 29 mars 2024 à 18h au lundi 29 avril 2024 à 8h du matin, ainsi que l’organisation des combats de rue, du vendredi 29 mars 2024 à 18h au mardi 2 avril 2024 à 8h (Photo d'illustration rb/www.imazpress.com)

A noter que l'interdiction du port et du transport d’armes ne s’applique pas aux professionnels du secteur, aux titulaires d’un permis de chasser, d’une licence de la Fédération française de tir ou de la Fédération française de ball-trap, justifiant de leur activité.

Par ailleurs, le préfet réunira la semaine prochaine les élus de La Réunion afin d’échanger sur ces violences urbaines et "construire ensemble une réponse concertée et un plan d’actions renforcées pour l’ensemble du département sur le volet répressif comme sur le champ de la prévention".
 
"En effet, ces dernières semaines, plusieurs infractions au port et transport d’armes ont été constatées sur l’espace public avec notamment des attroupements de groupes armés, en particulier de sabres, des rixes armées entraînant des blessés graves et des dégradations, l’enregistrement et la diffusion de vidéos menaçantes exhibant des armes" détaille la préfecture.
 
Par ailleurs, le 23 mars dernier, un combat de rue a été organisé au sein du quartier de Bras-Fusil à Saint-Benoît, impliquant la participation d’une centaine de spectateurs, entraînant le blocage de la circulation, puis occasionnant un affrontement entre bandes d’individus armés de barres de fer et de sabres.

"Deux personnes ont été blessées, dont une avec un pronostic vital engagé, par des tirs par arme à feu et une trentaine de véhicules dégradés. Le risque de représailles est possible" annoncent les services de l'Etat.

D’autres combats de rue ont été annoncés dans plusieurs communes de l’île.
 
Afin de prévenir de nouvelles violences, le représentant de l’État dans le département entend "garantir la sécurité des biens et des personnes par des mesures qui permettent d’assurer la tranquillité, la sécurité et l’ordre publics".
 
Pour rappel, ces infractions sont réprimées conformément aux lois et règlements en vigueur, notamment le port d’arme prohibé et les violences en réunion, jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende.

Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis, "salue la prise de décision du Préfet de la Réunion, Jérôme Filippini, suite aux importantes violences urbaines qui touchent notre territoire depuis plusieurs semaines".

"L’interdiction du port et transport d'armes et des combats de rue, ont été discutées vendredi dernier lors de notre Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) restreint. Je remercie le Préfet de la Réunion pour ces échanges constructifs et décisionnels" réagit-elle.

"La sécurité et l’apaisement sont des priorités des maires qui guident l’action des équipes municipales au quotidien. A Saint-Denis nous mettrons tout en œuvre pour que la ville conserve sa tranquillité et son cadre de vie favorable aux familles."

Lire aussi : Alerte des maires : "l'État doit faire mieux" contre l'emballement de la délinquance violente

guest
7 Commentaires
Seguin
Seguin
2 mois

Il interdit un truc qui est déjà interdit là, où je rêve ! Position très Macroniste.

THOR
THOR
2 mois

Il hausse le ton ? ho la la il est en colère le monsieur ? les méchants vont avoir peur ?il est trop ce Préfet non il danse bien le Maloya c'est déjà ça...

almuba
almuba
2 mois

Le Préfet hausse le ton.
Mort de rire.

Pierrot974
Pierrot974
2 mois

Si on appliquait seulement la loi sur les port ou transport d'armes, les actes de violence, etc, au lieu de minimiser les condamnations comme il est fait actuellement, les divers troubles cesseraient rapidement.
Quand on entend qu'un délinquant risque 10 000 € d'amende et 5 ans de prison selon la loi, et qu'il s'en sort finalement avec 6 mois de suris (c'est un exemple), il y a quand même un souci.

HULK
HULK
2 mois

Le préfet hausse le ton? C'est le même qui dit qu'il ne faut pas stigmatiser une communauté? Dans quelque temps il sera parti et l nous laissera avec la me.de,comme MACRON à MARSEILLE.

MARGOZ
MARGOZ
2 mois

Très fort ce préfet d'interdire ce que est déjà interdit

Mwin, un homme Juste ...
Mwin, un homme Juste ...
2 mois

Préfet. Un uniforme qui a trop tendance à se changer en livrée.

Les variants qui posent problème à l’heure actuelle , ce près Fé assure ses arrières, sait ce qui va lui arriver, l’absence de confiance dans ce gouvernement MACRO – Niste, qui a plus de rejet contre lui à cause de son impéritie et de sa gestion désastreuse de la crise, camouflant ses propres carences sous des mensonges éhontés.

A part ça tout va bien Mme la marquise point final .