La Commission a rendu son rapport

Transports : les citoyens consultés dressent un tableau assez sombre des mobilités sur l’île

  • Publié le 22 septembre 2023 à 16:27
  • Actualisé le 22 septembre 2023 à 16:31

Ce vendredi 22 septembre 2023, les garants de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) ont rendu public leur rapport de la consultation citoyenne des États Généraux des Mobilités. Organisée du 9 mai au 23 juillet 2023 par la Région Réunion et ses partenaires, cette vaste consultation citoyenne a généré près de 11.000 contributions partout dans l’île. Un rapport où les Réunionnais ont pu faire part de leur ressenti. Et en matière de mobilité... il n'est majoritairement pas très bon (Photo : sly/www.imazpress.com)

Ce travail d’analyse réalisé en toute indépendance par les garants vient ainsi apporter une synthèse des diverses propositions et contributions faites par les citoyens lors de la phase 1 des États Généraux des Mobilités.

Lire aussi - États généraux des mobilités : la Région lance une consultation citoyenne pour lutter contre le "coma circulatoire"

- Un réseau saturé -

Un réseau saturé qui "empoisonne" le quotidien. Le constat largement partagé, qui transpire de façon transversale sur l’ensemble de la consultation, est que La Réunion étouffe sous les bouchons.

Ce constat est particulièrement valable aux heures de pointe, pendant les "migrations journalières" liées aux activités professionnelles et scolaires. Néanmoins, le public constate que les plages de saturation du trafic ont tendance à s’étendre tout au long de la journée au point que certains estiment qu’il n’y a presque plus "de fenêtres" pour circuler facilement.

Cet encombrement des routes impacte fortement le quotidien des Réunionnais, "parfois obligés de passer 4 à 5 heures dans le trajet chaque jour".

Des embouteillages qui impactent également l'économie. Les bouchons génèrent des "retards professionnels" dans les entreprises, les artisans se plaignent de temps de trajets qui impactent leur activité, les poids lourds se retrouvent à l'arrêt dans les bouchons…

Une saturation du trafic gui énère de la pollution et des nuisances sonores. Certains s'inquiètent du mauvais bilan carbone et de l’impact général négatif sur la planète ("la clim tourne dans les bouchons") d’autant que les véhicules "propres ou à basses émissions sont ultra minoritaires".

- Toujours trop de voiture... -

Autre constat apporté par les Réunionnais, c'est qu'à La Réunion, il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de voitures.

Les difficultés de circulation sont imputées au réseau routier insuffisant mais aussi aux très nombreux véhicules individuels sur les routes, surtout quand on retrouve trop souvent "une personne par voiture". "Le tout voiture n’est plus tenable" d’autant que
les citoyens jugent la voiture comme un moyen de transport de plus en plus coûteux : "le prix des voitures neuves explose", "le prix de l’essence est trop cher", peut-on lire dans le rapport de la CNDP.

Toutefois, s'il y a trop de véhicules, ces voitures sont jugées indispensables.

Si nombre de citoyens déclarent être prêts à abandonner la voiture, sinon pour leurs loisirs du moins pour leurs déplacements professionnels, elle reste souvent la seule solution faute "d’alternative fiable", notamment lorsque l’on habite dans les Hauts ou que l’on a des horaires décalés.

- Des transports en commun insuffisants -

Face à la position dominante de la voiture sur les routes de La Réunion, le constat est que l’offre alternative n’est pas à la hauteur.

D’une façon générale, les usagers des transports en commun jugent que la qualité de service n’est pas à la hauteur des enjeux. Ils pointent du doigt des bus saturés aux heures de pointe ("il faut parfois attendre trois bus devant l’arrêt avant de monter") et des difficultés à être à l’heure à leurs rendez-vous : "il faut partir très très en avance".

Les usagers des écarts se disent un peu "oubliés" et les habitants des Hauts constatent un réseau "descendant" qui oublie la transversalité des mi-pentes : "il faut descendre en bas sur le littoral jusqu’à la gare routière pour ensuite remonter.

La possibilité pour les usagers de passer d’un mode de transport à un autre au cours d’un même déplacement semble difficile à La Réunion, alors même que cette demande est forte.

- Il faut trouver des solutions -

À cela s'ajoute un co-voiturage pas suffisamment démocratisé, des voies cyclables peu sécurisées et des deux-roues motorisés jugés dangereux.

Pour les citoyens consultés, l’amélioration des conditions de circulation passe par toute une panoplie de solutions qui va de la modernisation de la gestion des flux au développement du covoiturage en passant par des mesures contraignantes à la voiture, le développement de mesures incitatives au sein des entreprises publiques et privées, le report en heures creuses du transport de marchandises ou encore le développement d’une offre de location de véhicules individuels…

En plus de l’amélioration de la qualité des réseaux existants, le public appelle de ses vœux des solutions de transport ferré (train, tram), guidé et/ou câblé... À moyen terme la création d’un réseau ferré régional inter et intra urbain semble une évidence pour le public.

Le public souhaite également promouvoir les déplacements en mode doux (marche à pied, vélo, trottinette, rollers, skate…) pour décongestionner les villes, limiter la pollution et les nuisances sonores. Ce qui implique de mieux partager la route et notamment de créer des voies cyclables sécurisées et continues, ainsi que des trottoirs continus. Le développement des modes doux passe également par l’intermodalité, c'est-à-dire la possibilité pour les usagers de passer d’un mode de transport à un autre.

Le rapport complet des garants est disponible ici.

- La phase 2 des États Généraux des Mobilités prochainement lancée -

Ce rapport intermédiaire alimentera les travaux de l’Assemblée Citoyenne des Mobilités qui se tiendra à partir du mois d’octobre.

Une présentation détaillée de l’ensemble des enseignements de la consultation et de la future Assemblée Citoyenne des Mobilités sera prochainement organisée par la Région Réunion, en présence des garants de la CNDP.

Début 2024, c'est l'avis de la Région et de ses partenaires sur les propositions de l'Assemblée citoyenne qui sera rendu.

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
5 Commentaires
Jean-Claude GENEST
Jean-Claude GENEST
5 mois

Pas de retour du 21 après 19h28 (17h15 le dimanche !!!) pour remonter du Centre ville à Saint-Bernard !!! Le bus 21A de Saint-Bernard qui ignore la populeuse Rue de l'Avenir ne va même pas jusqu'à Ruisseau Blanc , centre de bus de La Montagne. ET TOUJOURS AUCUNE CONSULTATION DES USAGERS POUR LE NOUVEAU CONTRAT CITALIS QUI COMMENCERA EN 2024 !!!

Papillon dirune
Papillon dirune
5 mois

Dans une décennie, ou plus, strictement rien n'aura changé dans notre paysage et organisation terrestre, enfin pas tout à fait : une chose est sûre, il y aura beaucoup plus de véhicules et donc des temps de trajet, en heure "de pointe", interminables!
C'est-à-dire que les Réunionnais et les habitants de plus (exemples les retraités qui n'ont jamais travaillé une heure pour ce territoire...etc.) ne pourront plus avoir des activités diverses et variées, dans une même journée.
D'un point de vue économique, cela sera la véritable catastrophe. Les firmes transnationales ne viendront jamais s'implanter ici...
Sur le plan social, là, ce sera une situation de plus en plus compliquée à faire face!!!
Et, malgré ce scénario plus que plausible : la région fait diversion, mais attendant Catherine P. empoche (et les "autres") quelques petites centaines de milliers d'euros...
Gros koseurs, ces messieurs-dames, notamment lorsqu'on siégeait dans les rangs de ou des oppositions, petits féser quand on a le pouvoir pour revoir l'organisation territoriale.
L'Île-de-France, là où Mahé à sa grande statue, avance... mais nous on se croit supérieur aux Mauriciens, et pas que...
Pour concevoir un transport ferré, il faut avant tout dégager une plate-forme et un profil en long presque de niveau... le reste, c'est du blabla...

Saintjosephois
Saintjosephois
5 mois

Nos élus quand ils étaient dans l' opposition avaient des solutions, maintenant arrivés au pouvoir ils ' ont plus de solutions pour améliorer nos déplacements qu elle bande de ploucs.

mireille
mireille
5 mois

pas de bus en nombre pas de bus apres 20h pas de taxi collectif comme ds bcp de pays pas de train pas de tram pas de pistes cyclable pas de politicien intégre pas de courtoisie pas de place de parking ...bref il faut une revolution mentale ,un electrochoc,didier robert a dit le réunionais aime sa voiture et maintenant lé couillon et endétté! bravo les electeurs vs etes responsables,vergés doit bien se moquer de tt ça!

Ti caf bord mer
Ti caf bord mer
5 mois

Vivement le réseau ferré vite vite