La victime était âgée de 29 ans

Meurtre à Saint-Benoît : deux suspects mis en examen et écroués

  • Publié le 29 janvier 2024 à 23:55

Le parquet de Saint-Denis a décidé ce dimanche 28 janvier de la mise en examen pour meurtre du principal suspect dans l'affaire du corps retrouvé à Ilet Coco. Il a été placé en détention provisoire sur décision du juge des libertés, son complice présumé a aussi été mis en examen est écroué pour modification de scène de crime et recel de cadavre, rapporte Réunion la 1ère ce dimanche soir (Photo d'illustration rb/www.imazpress.com)

C'est une enquête qui s'avérait difficile qui a finalement été résolue en seulement trois jours. Jeudi 25 janvier 2024, le corps démembré d'une femme est découvert à Ilet Coco, à Saint-Benoit. Il s'agirait d'une femme de 29 ans, mère de deux enfants, dont la disparition a été signalée quelques jours avant la découverte du corps.

Une enquête pour assassinat et atteinte à l'intégrité d'un cadavre est ouverte.

Dès vendredi, les enquêteurs de la gendarmerie se mobilisent dans le quartier de Bras Fusil grâce au témoignage d'un habitant, qui avait prévenu quelques jours avant d'autres gendarmes qu'il avait aperçu son voisin portant un cadavre, ont précisé nos confrères.

La gendarmerie interpelle le principal suspect, ainsi qu'un deuxième homme suspecté de l'avoir aidé à transporter le corps de la victime.

Lors de ces gardes à vue, le principal suspect Amir M. passe partiellement aux aveux, selon le JIR. Il indique alors aux enquêteurs où se trouvent les membres mutilés de sa victime. Le second, lui, garde le silence.

Après deux jours en garde à vue, les deux hommes sont déférés au parquet de Saint-Denis ce dimanche.

A l'issue de plusieurs heures d'audience, Amir M. est mis en examen pour meurtre et placé en détention provisoire. Son complice présumé, lui, est mis en examen et écroué our modification de scène de crime et recel de cadavre.

- Appel à une justice "ferme" -

Ce crime particulièrement choquant a beaucoup fait réagir à La Réunion. Ce dimanche, le collectif Stop VIF a réagi avec colère à cette affaire, appelant à "la fermeté de la justice".

"Un crime ignoble ! Un acte d’une barbarie sans nom. Nout cœur la chaviré face à l’horreur ! Notre île est encore frappée par le choc, l’atrocité et l’ignominie..." se désole le collectif.

"Nous le répétons, plus jamais ça ! Plus de féminicides ! Plus de monstruosités ! Plus de drames familiaux incaractérisables ! Nous demandons que la Justice, que l’Etat, fassent de ces « monstres » un exemple d’intransigeance à la hauteur de ce massacre et à la hauteur du respect que l’on doit en mémoire de cette femme. Afin que nous puissions encore croire que nous sommes protégés par ceux qui nous gouvernent et ceux qui agissent en qualité de représentant du Droit" conclut-il.

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
Kunta kinté
Kunta kinté
4 semaines

" le principal suspect mis en examen et écroué "

... Blanchi et nourri

Les magistrats sous les cocotiers lui trouveront des circonstances atténuantes , enfance difficile, adolescence perturbée, ...

Ainsi va la vie, mais jusqu'à quand ?