Un souffle au large de Saint-Joseph

La dernière fois c'étaient des cachalots… cette fois c'est bien une baleine

  • Publié le 15 mai 2023 à 15:44

Rappelez-vous, le 5 mai dernier, Globice apportait quelques précisions quant à la présence de souffles et de dorsales au large de nos côtes. Non ce n'était pas des baleines mais des cachalots. Sauf que cette fois-ci, c'est bel et bien le souffle d'une baleine à bosse qui a été observé au large de la Marine à Langevin (Saint-Joseph). Est-ce la première de la saison, cela, on ne pourra jamais l'affirmer, tant elles se veulent discrètes (Photo d'illustration : Globice)

Ce souffle, c'est Alexis Martinez, qui a pu l'observer à la Marine Langevin. Comme le précise Jean-Marc Gancille, "c'est la première baleine observée, de là à savoir si c'est la première de la saison, personne n'a peut-être vu la première…", souligne-t-il.

Peut-on pour autant sonner le début de la saison baleines ? "Oui et non", indique Globice dans son post. "On enregistre chaque année des signalements précoces d'individus isolés, parfois même avant mai. Reste que le "gros des troupes" n'arrive que vers la mi-juillet et les observations sont d'ici là généralement sporadiques et limitées."

Mais est-ce bon signe ? Dans un précédent post, Globice indiquait qu'une "arrivée précoce n'annonce généralement pas une bonne saison". Après, comme l'indique Jean-Marc Gancille, "si l'on s'en tient à nos modélisations ce n'est pas forcément un bon signe mais il y a tellement de variables qui peuvent jouer".

Lire aussi - Ce n'est (probablement) pas des baleines mais des cachalots

- Le réchauffement climatique en cause -

Pour Globice, "la date de cette première observation n'est pas inhabituelle, mais que le changement climatique ait un impact à terme sur les migrations est certain". Et ce, "notamment en raison de la fonte de la glace de mer propice au développement des proies (krill) des baleines".

En 2021 le premier individu de cette espèce avait été aperçu le 16 mai et l'année dernière le 25 juin

En Australie même, "les premières baleines à bosse ont été observées ce week-end". "Ces arrivées attestent incontestablement d'une migration ancestrale qui voit chaque année Megaptera novaeangliae rejoindre ses zones de reproduction tropicales après un long périple depuis l'Antarctique."

"Impossible à ce stade d'en conclure quoi que ce soit sur la suite des événements, d'estimer les prochaines observations, d'évaluer leur nombre ou leur fréquence et encore moins de prédire si la saison sera bonne ou non. Mais incontestablement elle s'approche", conclut Globice.

Pour rappel, en 2022, 417 baleines à bosse ont été recensées à La Réunion sur la saison. Le record de 2018 a même été battu, puisque cette année-là, 338 baleines avaient été identifiées.

Lire aussi - Globice étudie le chant des baleines grâce à l'acoustique passive

Lire aussi - Des baleines en plein décembre : un spectacle aussi magnifique qu'intriguant

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
taz
taz
9 mois

Il y a 25 ou 30 ans de cela, dès début mai, nous allions à Sainte-Marie (Nosy Boraha à Mada et non dans le Nord Est de La Réunion) pour y observer facilement les baleines à bosses qui y arrivaient en grand nombre pour la saison. Cette saison durait bien de mai à septembre et l'affluence des cétacées était telle qu'il fallait vraiment se soucier du risque de collision pour les pirogues et les boutres circulant entre Saint-Marie et l'Est du territoire malgache. De mai à septembre c'est justement l'hiver austral durant lequel les grands mammifères marins quittent l'Antarctique pour les eaux plus "douces" de nos contrées. Fondamentalement, il n'y a pas du tout à être étonné de la présence de baleines à bosse dans nos eaux au mois de mai. Cela est plutôt conforme.