Média (actualisé)

Le Quotidien repris par la société Média Capital représentée par Henri Nijdam

  • Publié le 3 avril 2024 à 14:06
  • Actualisé le 3 avril 2024 à 19:09

Le Quotidien est repris par la société Média Capital représentée par Henri Nijdam. La décision a été rendue ce mercredi matin 3 avril 2024 par le tribunal de commerce. Cette société a été préférée au projet présenté par Alfred Chane-Pane. (Photo : sly/www.imazpress.com)

Après une nuit passée devant le tribunal, les journalistes du Quotidien sont donc fixés sur leur avenir.

Le projet retenu par le tribunal de commerce propose de reprendre 12 employés de presse et cadres et 15 journalistes (hormis les photographes, les chefs de service et les secrétaires de rédaction). Cette offre avait la préférence des salariés du Quotidien.

La seconde offre, présentée par l'imprimeur du Port, Alfred Chane-Pane prévoyait "de licencier 80% du personnel, dont 100% des journalistes" selon les salariés du média qui ont majoritairement voté contre ce projet.

"C'est la moins mauvaise des solutions qui a été choisie par le tribunal. Le président du tribunal a bien expliqué que la situation n'était pas du tout idéale. Il a clairement indiqué que le tribunal aurait pu rejeter les deux offres. Ils ont donné leur chance au dossier le plus acceptable", explique Edouard Marchal, délégué syndical du SNJ du Quotidien.

"Il est plus acceptable car le tribunal considère que deux actionnaires s'engagent financièrement à un niveau plus élevé, ce qui offre davantage de garanties pour l'avenir, par rapport à un groupe d'actionnaires, en plus de tenir compte du caractère socialement inacceptable de l'offre d'Alfred Chane-Pane", souligne le journaliste.

"Nous allons maintenant discuter tous ensemble des prochaines étapes à suivre. Il est hors de question qu'on se sépare aujourd'hui en deux groupes : ceux qui restent dans le projet Média Capital et ceux qui se retirent car ils ne remplissent pas les critères nécessaires", s'indigne le délégué syndical. Retrouvez ci-dessous son interview : 


"Notre direction sortante nous explique que la dernière édition du Quotidien, historique, s'arrête avec l'édition de demain. Pour la reprise, nous n'avons pas de date précise ; nous savons simplement que le tout nouveau propriétaire prendra ses fonctions demain. C'est à lui qu'il reviendra d'expliquer son calendrier. Nous comprenons qu'il souhaite un délai de carence court", explique Edouard Marchal.

Retrouvez ci-dessous son interview : 

Lire aussi : L'avenir du Quotidien et du JIR se joue au tribunal


De son côté, Jean-Jacques Dijoux, actionnaire majoritaire, est parti à la rencontre des journalistes, et un dialogue s'est entamé. "Nous prenons acte que c'est votre dossier qui a été retenu ; il est socialement plus acceptable. Malgré tout, c'est un choix qui ne garantit pas la pérennité du journal. Nous sommes à votre disposition pour en discuter", explique Edouard Marchal. Regardez ci-dessous le dialogue :

"C'est un journal qui possède une identité forte, et je suis reconnu pour être un bâtisseur dans le domaine de l'immobilier d'envergure. Ce projet, je veux le construire avec vous, avec ceux que nous allons retenir. Nous allons entamer des discussions dès demain", explique Jean-Jacques Dijoux.

"Cette offre est perfide, nous ne disposons pas de toutes les données nécessaires. Les quinze personnes impliquées, je dois avouer que je ne les connais pas toutes ; je ne sais pas qui souhaite rester et qui veut partir. Il est impératif que nous ayons cette discussion", souligne l'actionnaire. Retrouvez ci-dessous son interview :

"Reprendre votre journal, c'est aussi une grande responsabilité. On vient pas reprendre un journal qui connait des difficultés, juste pour dire on reprend un journal. Va falloir qu'on se mette au travail", souligne Jean-Jacques Dijoux.

"Si le journal fonctionne comme on le pense, on aura besoin de journalistes supplémentaire", explique l'actionnaire.  Retrouvez ci-dessous son interview :

A noter que le JIR sera fixé sur son sort dans la journée. Placé en redressement judiciaire en janvier dernier, pour la troisième fois, le média doit faire face au tribunal ce mercredi.

Plusieurs options s'offrent au tribunal de commerce : une liquidation immédiate, une liquidation avec poursuite d'activités comme celle dont le Quotidien a pu bénéficier, ou la mise en place d'un plan social économique.

Lire aussi - Tribunal de commerce : un délai de trois mois accordé au Quotidien pour trouver un repreneur

Lire aussi - Région : une aide de 600.000 euros et des discussions avec des entreprises pour relancer le Quotidien

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
Kunta Kinté
Kunta Kinté
1 semaine

Cela faisait un moment qu'il ne lisait plus le Quotidien.

Une page se tourne, les tractations de dernières minutes au fond d'une cuisine ne sont pas bonnes, ne croit pas en l'équipe de l'offre d'Henri Nijdam et Média Capital.

Son 1,20 €uros restera à jamais dans sa poche ....