Tribune libre de Jean-Paul Panechou et Didier Dupont

Le RSA sous condition ou la grande régression sociale

  • Publié le 11 mai 2023 à 05:29
  • Actualisé le 11 mai 2023 à 07:35

La loi France Travail est un grand progrès en marche arrière. Une mauvaise option de politique libérale austéritaire soi-disant pour lutter contre la grande pauvreté par l’insertion alors qu’elle l’accroît. Donc elle n’est pas innocente (Photo d'illustration)

Le gouvernement va s'attaquer au dispositif du RSA et le mettre en expérimentation dans 19 Départements dont La Réunion. c’est en fait un cadeau empoisonné à La Réunion.

En 2024, à La Réunion, ou à St Leu et Trois-Bassins pour 2200 allocataires, le bénéfice du RSA sera conditionné à l’obligation de faire 20 heures par semaine dans une collectivité ou une entreprise. Soit environ 500 Euros en contrepartie par mois. Ou ne plus se loger ni manger. C’est l’argumentation fallacieuse de la contrepartie alors que c’est la société qui a un devoir envers les plus pauvres et les plus fragiles et non l’inverse.

C’est une expérimentation abjecte et obscène, une loi démagogique qui conforte l’opinion libérale droitière dans sa vision stéréotypée et facile d’allocataires du RSA oisifs devant la télévision, grassement nourris et logés sur l’argent public. bref, des assistés.

L’objectif principal est, en fait, de réduire le prix du travail à des niveaux en-dessous du seuil de subsistance car faire travailler en échange d’une allocation, ce n’est plus une aide sociale, c’est un nouveau type de contrat de travail. C’est vraiment un nouveau salaire minimum à moins de 500€/mois (- de 7 € l’heure), contrairement au communiqué de la préfecture du 27.04.23 qui conclut que Non, les bénéficiaires du RSA ne vont pas devoir “travailler”.

Faire travailler les ultra-pauvres permet de remplacer les emplois nécessitant peu ou pas de diplôme, normalement payé au SMIC, par des faux emplois, se rapprochant du travail forcé, comme dans les dictatures archaïques.

Cette attaque nous mettra tous à terre car ça sera perdant- perdant, le travailleur comme le bénéficiaire. Pourquoi embaucher au SMIC quand on peut avoir des travailleurs pour 7 € de l’heure?

Il en va de même avec les stages étudiants , les services civiques. (473 € / mois) et le Contrat d’Engagement Jeune.

Comme il n'y a pas de travail, il faudra prendre celui de ceux qui en ont déjà. (Comment créer 230000/150000 emplois sur le département ? Impossible car la réinsertion des allocataires dans les milieux sociaux et professionnels est déjà très compliquée selon le rapport de la cour des comptes).

Cette proposition percute aussi l’indemnisation chômage et la retraite puisqu’il ne s’agit pas d’un véritable emploi avec cotisation à la retraite,  au chômage et aux congés payés. C’est un emploi sans droits sociaux mais qui offre des modalités simplifiées de recrutement aux entreprises.

Cette loi  inique et insultante participe à un refus de revalorisation des salaires et renforce le rapport de force favorable à la bourgeoisie, en rendant quasi-impossible la démission.

Nécessité de sortir La Réunion de cette expérimentation en raison de la rupture d'égalité avec l'hexagone et du retard structurel non comblé dans de nombreux domaines: économique, sociale, éducation et services publics. Nous interpellons donc nos représentants politiques pour intervenir contre cette double peine, cette crise généralisée qui nous touchera davantage que les autres territoires français.

Pour nous, il ne peut y avoir de travail sans salaire.

Ce n’est pas encore de l'esclavagisme mais ce n’est pas très humaniste.

Didier Dupont-Jean-Paul Panechou

FDGR

guest
1 Commentaires
Antipode
Antipode
1 an

Tout est dit.vrai !