Ils ont été placés en détention provisoire

Meurtre de Matisse à Châteauroux: un adolescent et sa mère mis en examen

  • Publié le 30 avril 2024 à 05:16
  • Actualisé le 30 avril 2024 à 09:37

Un adolescent de 15 ans a été mis en examen lundi soir pour "meurtre" et écroué, deux jours après le meurtre à l'arme blanche du jeune Matisse à Châteauroux qui a choqué cette commune de l'Indre et relancé le débat sur la violence chez certains jeunes (Photo d'illustration : rb/www.imazpress.com)

La mère, âgée de 37 ans, a quant à elle été mise en examen pour "violences volontaires" sur "personne vulnérable", pour avoir "asséné des gifles à la victime", Matisse, 16 ans, a indiqué dans un communiqué la procureure de la République à Bourges, Céline Visiedo, qui a repris le dossier.

Le mineur et sa mère sont tous deux de nationalité afghane et en situation régulière sur le sol français, selon la magistrate.

Matisse et le suspect "se connaissaient et s'étaient réciproquement insultés avant" la rixe mortelle survenue samedi vers 17H30 près du quartier de Saint-Denis, à Châteauroux, paisible ville de quelque 43.000 habitants, selon la magistrate.

D'après le suspect, lors de cet affrontement, Matisse lui aurait donné un coup de poing. "Pris par la colère", le suspect serait rentré chez lui pour prendre "une lame de couteau" et aurait asséné "plusieurs coups de couteau à la victime avant de s'enfuir", selon la même source.

La victime est décédée en raison de "plusieurs plaies perforantes", dont une ayant "atteint directement le coeur", a-t-elle précisé.

"La mère du mineur, qui suivait celui-ci, a asséné à son tour des gifles à la victime", a souligné Mme Visiedo.

Le suspect, qui n'avait pas de condamnation à son casier judiciaire, venait cependant d'être mis en examen le 22 avril pour "vol avec violence en réunion" par le juge d'instruction de Châteauroux. Il était placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de cette procédure.

- Appel au calme -

La rixe n'avait "rien à voir avec l'islamisme, il n'y a aucun caractère religieux", a assuré une source proche de l'enquête interrogée par l'AFP.

Le fait que le mineur soit de nationalité afghane a néanmoins conduit plusieurs figures de la droite et de l'extrême droite à dénoncer la "politique migratoire" du gouvernement.

Au micro de RTL, le père de Matisse, Christophe Marchais, a mis en garde: "Ne mélangeons pas tout. Faites attention à tous les bords de droite ou d'ailleurs qui s'approprient ce genre de chose."

Le préfet de l'Indre, Thibault Lanxade, a appelé "chacun au calme et à la dignité", selon un communiqué de la préfecture, précisant que "les effectifs de la police de Châteauroux restent largement déployés (...) pour assurer le calme."

- "Ultraviolence" des jeunes -

Le quartier Saint-Denis est "un quartier résidentiel classique", qui n'est pas "classé en politique prioritaire", a souligné le maire Gil Avérous.

Lundi, des riverains et des proches ont déposé des roses blanches à l'angle de la rue où Matisse a été pris en charge par les secours, ainsi que devant le restaurant du père de la victime, a constaté un correspondant de l'AFP.

"Ca fait plaisir, ça nous montre que beaucoup de gens nous soutiennent et aimaient +Matou+, Matisse", souffle son père.

Le maire de Châteauroux s'est ému du fait que le mineur suspect avait été interpellé "à deux reprises" ces dernières semaines. "Et quelques jours après, le même jeune se retrouve dans la rue avec un couteau", a-t-il dit à la presse.

"Les deux protagonistes, auteur comme victime, ont 15 ans. C'est pour moi la preuve de l'ensauvagement, de l'ultraviolence qu'est en train de connaître notre société chez les mineurs", a estimé M. Avérous.

La mort de Matisse survient après plusieurs faits de violences entre jeunes, comme le passage à tabac mortel à Viry-Châtillon de Shemseddine, 15 ans, près de son collège.

Après avoir appelé à la "mobilisation générale", le Premier ministre Gabriel Attal a débuté lundi ses consultations des groupes politiques autour de ses propositions destinées à endiguer la violence d'une partie de la jeunesse.

AFP

guest
1 Commentaires
HULK
HULK
3 semaines

Afghans en situation "régulière",çà donne le droit de tuer?