Tribune libre du Syndicat national des journalistes

Le Quotidien de La Réunion doit vivre, et avec ses journalistes !

  • Publié le 16 mars 2024 à 18:01
  • Actualisé le 16 mars 2024 à 18:57

Le sort du Quotidien de La Réunion, l'un des médias de référence de la presse d'outre-mer, se jouera le mercredi 27 mars devant le tribunal de commerce de Saint-Denis (photo rb/www.imazpress.com)

Le journal, fondé en 1976, a été placé en liquidation judiciaire avec poursuite d'activité en octobre dernier.

Trois candidats sont en lice pour son rachat. Leur point commun ? S'ils s'engagent à conserver l'essentiel du service commercial, aucun ne prévoit à ce stade de garder un seul des 36 journalistes. Raison invoquée de cette casse sociale : la clause de cession, qui représenterait un risque financier trop important.

Ces drôles de « repreneurs » assurent qu'ils reconstitueront une rédaction après rachat, y compris en proposant aux journalistes fraîchement licenciés de les réembaucher avec de nouveaux contrats !

Le Syndicat National des Journalistes (SNJ) dénonce ce tour de passe-passe et appelle les candidats à avoir le sens des responsabilités. Quand on se positionne en futur patron de presse, et qu'on prétend percevoir des aides publiques à ce titre, on en assume toutes les implications juridiques et financières.

Qui peut imaginer un journal poursuivre son activité sans le moindre journaliste, même provisoirement ? Les candidats ont jusqu'au 22 mars pour améliorer leurs offres : qu'ils se montrent enfin à la hauteur de leurs ambitions.

Les difficultés du Quotidien illustrent la situation dramatique de la presse écrite outre-mer. L'autre quotidien réunionnais, le Journal de l'Île de la Réunion, est en redressement judiciaire et annonce un plan massif de suppression d'emplois.

Le SNJ appelle les pouvoirs publics à prendre la mesure de la crise en cours, et y apporter des solutions urgentes. A défaut, c'est le pluralisme et le débat démocratique, outre les salariés eux-mêmes, qui en seront les grands perdants.  

guest
0 Commentaires