Guerre

Des volontaires russes pro-Ukraine attaquent des régions frontalières en Russie

  • Publié le 12 mars 2024 à 15:03
  • Actualisé le 12 mars 2024 à 15:08

Des volontaires russes combattant pour l'Ukraine ont dit s'être infiltrés mardi en Russie pour mener des attaques terrestres contre des régions frontalières, que l'armée de Moscou a assuré avoir repoussées, après des frappes de drones ukrainiennes sur de multiples régions.

Ces attaques interviennent à trois jours du début de la présidentielle russe, qui doit voir triompher Vladimir Poutine, en l'absence de toute opposition.

"Nous avons traversé la frontière", a affirmé dans la matinée l'unité baptisée Légion Liberté de la Russie sur Telegram, en publiant une vidéo sur laquelle on peut voir trois véhicules blindés rouler dans le noir sur un chemin de campagne.

Peu après, l'unité a affirmé avoir "détruit" un blindé russe dans le village Tiotkino de la région de Koursk, située à l'est de l'Ukraine.

L'armée russe a déclaré avoir repoussé dans la nuit et la matinée de multiples attaques depuis l'Ukraine, assurant avoir empêché toute percée en territoire russe.

Les forces armées "ont fait échouer une tentative du régime de Kiev d'effectuer une percée sur le territoire de la Russie dans les régions de Belgorod et Koursk", a indiqué le ministère de la Défense.

Le gouverneur russe de la région de Koursk, Roman Starovoït, a confirmé l'attaque et fait état d'un blessé léger, niant cependant toute "percée" des assaillants.

Une unité, appelée le bataillon Sibir, a évoqué des "combats acharnés" en Russie et appelé les Russes à ignorer l'élection" présidentielle des 15-16-17 mars.

"On ne peut changer les choses pour le mieux que les armes à la main", a-t-elle indiqué, qualifiant le scrutin de fiction.

Cette incursion armée survient après une importante attaque de drones ukrainiens en Russie dans la nuit de lundi à mardi, notamment sur deux sites énergétiques qui ont été ravagés par des incendies, dont l'un à des centaines de kilomètres du front.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a assuré mardi que les militaires russes faisaient "le nécessaire" pour lutter contre toutes les attaques ukrainiennes.

Confronté depuis deux ans à l'invasion russe, Kiev attaque régulièrement des régions russes à l'aide de drones, mais les incursions ukrainiennes menées par des citoyens russes sont très rares.

L'Ukraine, qui est visée tous les jours depuis plus de deux ans par les missiles, les roquettes et les drones russes, réplique régulièrement.

- A 800 km de l'Ukraine -

Selon les autorités russes, des drones ukrainiens ont visé notamment Orel et Kstovo, deux villes russes situées respectivement à quelque 160 km et à 800 km de la frontière ukrainienne, y incendiant des dépôts énergétiques.

Le ministère russe de la Défense a lui affirmé avoir abattu 25 appareils ukrainiens dans la région de Moscou (2), de Léningrad (1), ainsi que dans celles de Belgorod (11), de Koursk (11) et de Briansk (1), toutes trois frontalières de l'Ukraine.

Dans la zone industrielle de Kstovo, dans la région russe de Nijni Novgorod, une raffinerie de pétrole a pris feu selon le gouverneur régional, Gleb Nikitine. L'incendie a ensuite été maîtrisé, d'après l'agence d'Etat Tass.

La raffinerie qui appartient au géant pétrolier russe Loukoïl est l'un des plus grands producteurs de carburant en Russie, selon des informations disponibles sur son site officiel.

Le gouverneur de la région d'Orel, Andreï Klytchkov, a lui aussi annoncé qu'un complexe de carburant avait été attaqué et que les pompiers là aussi étaient "sur les lieux".

Selon un responsable des services de secours cité par l'agence Ria Novosti, un réservoir contenant des produits pétroliers a pris feu.

A 07H00 GMT (10H00 locale), M. Klytchkov a assuré que l'incendie avait été circonscrit et que la "situation était entièrement sous contrôle".

- Coupures d'électricité -

Des drones ukrainiens ont également attaqué dans la nuit de lundi à mardi la région russe de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, sans faire de blessé, mais en endommageant une ligne électrique, et privant d'électricité sept communes, selon le gouverneur régional, Viatcheslav Gladkov.

La région de Belgorod a également été la cible de frappes ukrainiennes qui ont visé mardi matin le district de Graïvoron et la ville de Chebekino où une femme a été blessée, selon M. Gladkov.

Un drone a été abattu mardi matin à Kirichi, dans la région de Léningrad, située près de Saint-Pétersbourg, à plusieurs centaines de kilomètres de l'Ukraine, selon le gouverneur local Alexandre Drozdenko.

Enfin, la marine ukrainienne a revendiqué mardi la destruction d’un "poste de commandement" russe installé sur un pétrolier échoué sur l'isthme de Kinbourn, en mer Noire, près de l'estuaire du fleuve Dnipro. Le navire servait aussi de "plate-forme de lancement" de petits drones sur la région de Kherson, a précisé la marine.

Depuis l'été dernier, l'armée ukrainienne a multiplié les attaques de drones contre la Russie, frappant de plus en plus en profondeur. Si la plupart des appareils sont abattus, régulièrement des cibles, notamment énergétiques et industriels, sont touchées.

AFP

guest
0 Commentaires