Rentrée politique

Médine, européennes: à gauche, une rentrée dans le dur

  • Publié le 24 août 2023 à 06:59
  • Actualisé le 24 août 2023 à 07:23

Les quatre partis de la Nupes font leur rentrée politique en ordre dispersé à partir de jeudi, sur fond de désaccords au sujet des élections européennes et de polémique autour du rappeur Médine qui accentue les tensions à gauche.

Point d'orgue de cette première journée, l'artiste controversé est attendu aux journées d'été des écologistes dans sa ville natale du Havre, pour une "explication de texte" à 18H45 avec la secrétaire générale d'EELV Marine Tondelier.

Un véritable clash-test pour la patronne des Verts, dont l'invité vedette est depuis deux semaines au coeur d'une polémique pour son tweet jugé antisémite à l'encontre de l'essayiste Rachel Khan, juive et petite-fille de déportés qualifiée de "resKHANpée".

"Une erreur" que Médine a reconnue mercredi dans la presse, affirmant que "l'antisémitisme est un poison (qu'il) combat depuis longtemps", pour mieux fustiger un "anti-racisme de salon" qui cherche à "discréditer la gauche à travers (lui)".

Pas de quoi ramener le calme à EELV, dont plusieurs ténors ont pris leurs distances avec la direction, de Yannick Jadot à Sandrine Rousseau, les maires écolos de Bordeaux et Strasbourg renonçant même à venir dans la cité Océane.

La tête de liste aux européennes, Marie Toussaint, a enfoncé le clou en affirmant que son parti s'est "tendu un piège" tout seul. "On a cherché le buzz, on l'a eu, de la pire des manières possibles". Ambiance délétère et sentiment de gâchis, alors que l'événement devait servir de rampe de lancement à une campagne sans les autres forces de gauche.

- "Hypocrites" -

Partisans au contraire de l'union à tous les scrutins, les Insoumis ne se privent pas d'appuyer là où le bât blesse. A l'instar d'un Jean-Luc Mélenchon jugeant que "Médine n'est pas raciste" et que les Verts sont "soumis au qu'en-dira-t-on des hypocrites", et d'un Manuel Bompard dénonçant des écologistes qui "cèdent à une campagne orchestrée par l'extrême droite et reprise par la macronie".

Point d'états d'âme au contraire à LFI, "heureuse" comme Mathilde Panot d'accueillir à son tour le "rappeur engagé", victime d'une "cabale ignoble", samedi à son université d'été dans la Drôme.

Durant ces quatre jours, la cheffe des députés insoumis entend insister sur les vertus d'une "liste unique" aux européennes, qui pourrait selon elle damer le pion à la majorité et à l'extrême droite. "Sinon la Nupes n'aurait plus de matérialité", prévient-elle.

Mais leurs alliés ne l'entendent pas ainsi et récoltent des accusations de "double langage", en particulier le numéro un du PS Olivier Faure vivement interpellé sur X (ex-Twitter) par M. Mélenchon qui lui a reproché des "choix sectaires" notamment aux prochaines élections sénatoriales, où LFI a été exclue des accords conclus entre le PS, les Ecologistes et le PCF.

Les socialistes, qui se réunissent à Blois à partir de vendredi, n'ont pas encore annoncé de liste autonome aux européennes, mais ils semblent en prendre le chemin. Le député européen socialiste Christophe Clergeau, proche d'Olivier Faure, a rappelé mercredi sur X (ex-Twitter) qu'il n'y avait "pas eu d'accord sur les questions européennes et internationales", dans le cadre de l'alliance Nupes de 2022, s'attirant les foudres des Insoumis.

A cela s'ajoute la venue à Blois de l'ex-président François Hollande, farouche opposant d'Olivier Faure et d'une liste commune Nupes aux européennes, invité en amont de l'université d'été par les socialistes anti-LFI, à parler de l'Ukraine et de l'Europe.

Le PS entend focaliser ses journées d'été sur la reconquête des "classes populaires", même si l'intitulé de leur table-ronde "La France périurbaine est-elle la France +des beaufs+?" a fait lever quelques sourcils.

De leur côté, les communistes se retrouveront à Strasbourg autour de leur secrétaire national Fabien Roussel, et de leur tête de liste aux européennes, Léon Deffontaines, mais sans Médine, qui sera à l'affiche de la Fête de l'Humanité en septembre.

AFP

guest
1 Commentaires
Romuald
Romuald
1 mois

Les racistes sont déjà lamentables en soi, mais quand ils s'excusent d'avoir tenu des propos nauséabonds, ils montrent leur lâcheté et leur veulerie.
Le Médine en question, il avait peur de quoi, de perdre des recettes pour ses concerts ?