Science et recherche

Le projet cyclotron sur de bons rails

  • Publié le 3 mai 2005 à 00:00

La Réunion hébergera en 2007 l'un des rares cyclotrons nationaux, utilisable à la fois en recherche, en développement et en production industrielle. Les partenaires de cet ambitieux projet ont fait ce lundi 2 mai 2005 le point sur sa réalisation. Le cyclotron, un accélérateur de particule, permet de détecter très tôt le cancer

L'installation d'une plateforme Cyclotron (baptisée CYROI) à La Technopole de La Réunion correspond à un projet hospitalo-universitaire. La maîtrise d'ouvrage est organisée autour des deux personnes morales qui ont crée un Groupement d'Intérêt Publique (GIP), l'université de La Réunion et le CHD Félix Guyon, rappelle Serge Svizzero, président de l'université de La Réunion.
Le projet va toutefois au-delà de l'installation d'un cyclotron puisque cette plateforme abritera la première animalerie de recherche rongeurs de l'île ainsi que le premier centre de recherche permettant de faire de la synthèse chimique, du marquage moléculaire et de manipuler les radioélements. Ces derniers ont la propriété de pouvoir se substituer aux atomes stables d'une molécule biologique choisie et peuvent, après injection, être visualisés grâce à une caméra en Tomographie par Emission de Positions (TEP).

Détection des cancers

La durée de vie de ces radioacteurs étant courte, leur importation à La Réunion n'est pas envisageable. L'implantation d'un cyclotron dans l'île et donc nécessaire. On retrouve parmi ces radioacteurs le 18F qui lorsqu'il marque le glucose, permet de détecter de façon particulièrement fine certains cancers.
Le préfet Dominique Vian précise que ce projet marque la volonté du gouvernement de faire bénéficier La Réunion du plan de lutte nationale contre le cancer. Il rappelle que seuls 10 de ces accélérateurs de particules seront installés en France, dont un dans l'île.
Sur le plan de la recherche, cette platefome technologique offrira des potentialités considérables de recherche dans le domaine biomédical. La mise en oeuvre du cyclotron entend également élargir les perspectives de coopération dans les domaines de l'enseignement et de la recherche dans la zone.

9,45 millions d'euros

Pour l'heure, les phases d'esquisse et d'avant projet ont été validées. La prochaine étape consiste à déposer un dossier d'installation classée et de protection de l'environnement en juin prochain. La consultation des entreprises interviendra en septembre prochain pour un début de chantier en février 2006. Les travaux devraient durer 14 mois. Le montant de l'investissement est de 9,45 millions d'euros , financé à 60% par le FEDER (crédits européens), à 20% par La Région et à 20% par le conseil général.
guest
0 Commentaires