Immigration

Mayotte : le démantèlement du camp de Cavani continue, 308 personnes envoyées dans l'Hexagone

  • Publié le 26 février 2024 à 08:10
  • Actualisé le 26 février 2024 à 09:48

La préfecture de Mayotte a organisé le départ de 308 personnes, qui vivaient dans le camp de Cavani, vers l'Hexagone ce dimanche 25 février 2024. "Il s'agit bien évidemment des personnes en situation régulière, disposant d'un statut de réfugié, qui sont concernées par cette démarche" précise France Mayotte Matin.

"Ce week-end, les services de l’État ont procédé à une opération d’ampleur de démantèlement du camp installé à proximité immédiate du stade de Cavani. Cette mobilisation importante, qui se poursuit lundi 26 février, a permis à 308 personnes de quitter le territoire mahorais" indique la préfecture de Mayotte.

"Conformément aux engagements du Ministre de l’Intérieur et des outre-mer, et de la Ministre déléguée chargée des outre-mer, le démantèlement du camp de Cavani se poursuit dans le cadre des procédures législatives et réglementaires en vigueur" ajoute-t-elle.

410 personnes sont toujours sur site à l’issue de cette opération, et elles sont "d’ores et déjà identifiés". "Au regard de leur statut administratif ils seront pris en charge hors de Mayotte ou éloignés vers leur pays d’origine" précise la préfecture.

Le nouveau préfet de Mayotte François-Xavier Bieuville, qui a pris ses fonctions samedi, "réaffirme la mobilisation de l’État afin de mener à son terme cette opération dans les meilleurs délais".

Il "déplore le maintien de barrages sur les axes de circulation du territoire qui sont aujourd’hui le principal obstacle à l’accélération du démantèlement du camp et qui continuent à asphyxier la vie économique, sociale, sanitaire et sécuritaire de Mayotte".

Le Camp de Cavani, où se trouvaient plusieurs centaines de migrants originaires de l’Afrique des Grands Lacs, a été l'origine de fortes tensions au sein de la population mahoraise. Des manifestations ont été régulièrement organisées pour demander l'expulsion des personnes s'y étant abritées.

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

guest
1 Commentaires
Mi di Mi pense
Mi di Mi pense
4 mois

A continuer ainsi ce sera de l'exaspération

On ne pourra pas a recevoir toute la misère du monde

Azali déconne à plein tube , se disant président islamique de l'archipel des comores