Agriculture

Planteurs en colère

  • Publié le 23 juin 2008 à 00:00

Pour protester contre la baisse de leur pouvoir d'achat et les négociations qui se tiennent en vain depuis plusieurs semaines, les agriculteurs de la FDSEA sont passés à la vitesse supérieure, ce lundi 23 juin 2008, en organisant une opération escargot entre Saint-Benoît et Saint-Denis puis en provoquant l'annulation de la commission mixte d'usine. A la veille de la campagne sucrière, ils s'estiment lésés par la convention canne qui avantage, selon eux, les usiniers.

Les manifestants de la FDSEA réclament une révision de la convention canne. Signé en 2006 par la CGPER et courant jusqu'en 2014, cet accord prévoit un prix minimum fixe de 30 euros la tonne de cannes. Un tarif jugé aujourd'hui insuffisant et inadapté à l'évolution de la conjoncture économique. D'après de nombreux agriculteurs, l'augmentation du prix du gazole, de l'engrais et des intrants rendent désormais le document obsolète.

Opération escargot

Une centaine d'exploitants, membres de la FDSEA, ont donc volontairement ralenti la circulation ce lundi matin, entre Saint-Benoît et Saint-Denis, où ils se rendaient pour déposer une motion chez le Préfet à qui ils veulent confier le rôle d'arbitre. " Le prix de la tonne de canne est dérisoire comparé au prix des intrants qui a augmenté, déplore Gérard Canabady, secrétaire général adjoint de la FDSEA. Par ailleurs, la richesse de référence a été décidée il y a une génération alors qu'aujourd'hui les procédés d'extraction sont bien plus performants. Enfin, les planteurs sont spoliés de tous les sous-produits qui descendent de la canne. Nous demandons donc à l'Etat d'intervenir afin qu'il y ait un accord sain, loyal et marchand entre planteurs et usiniers ". En effet, selon les planteurs, la convention canne joue le jeu des usiniers au détriment de leurs propres intérêts. S'ils n'obtiennent pas satisfaction, les syndicalistes FDSEA menacent d'empêcher l'ouverture de la campagne qui devrait démarrer le 30 juin 2008.

Annulation de la commission mixte d'usine

La commission mixte d'usine, prévue ce lundi après-midi à Bois-Rouge et qui devait définitivement arrêter la date d'ouverture de la prochaine campagne, n'a finalement pas pu avoir lieu à cause des fortes tensions qui ont divisé la profession sur place. Les membres des différentes fédérations en sont presque venus aux mains et les bureaux où devait se dérouler la réunion ont été saccagés par des planteurs en colère. Entre la CGPER et les syndicats non-signataires de la convention canne, le désaccord est apparu total. La FDSEA et la CDJA refusent de commencer la campagne le 30 juin prochain sans une renégociation du document signé en 2006. L'usine de Bois rouge étant fin prête à fonctionner à plein régime dès le 30, la CGPER souhaite de son côté commencer à travailler dès ce jour afin que les nombreux exploitants en difficulté puissent faire entrer de l'argent dans leur trésorerie. La commission mixte est reportée à une date qui n'a pas encore été fixée. Le préfet a par ailleurs annoncé en fin de journée à Jean-Yves Minatchy, président de la Chambre d'agriculture et de la CGPER, qu'une inspection générale émanant du ministère viendrait dans le Département examiner le prix des intrants et de l'engrais début juillet.
guest
0 Commentaires