Tribune libre de Youssouf Omarjee

La xénophobie n’est pas une opinion

  • Publié le 29 avril 2024 à 10:33
  • Actualisé le 29 avril 2024 à 17:18

Oui, c’est un délit, et en plus de l’être, c’est une réponse inappropriée à une situation donnée à un moment donné. Et, il n’est pas question de liberté d’expression lorsque l’on laisse un(e) citoyenn(e) laisser libre cours à sa parole, pensée, écriture ou acte en lien étroit avec la manifestation d’un comportement manifestement ou secrètement xénophobe (et/ou eugéniste).

Ainsi, il est clair que la xénophobie n’arrive pas du jour au lendemain comme cela, à moins qu’elle ne s’hérite par ses liens d’ascendance (ce qui constitue un facteur aggravant). Autant, la xénophobie se transforme graduellement en ce monstre froid qu’il fait advenir la personne qui en est porteuse.

D’abord, elle se fait hostilité, puis elle se fait harcèlement, en groupe, au besoin, en secret ou ouvertement, pour enfin prendre le visage d’une haine sans fin.

Premièrement, apparaît l’hostilité, qui, elle, se succède à l’inimitié. En effet, on commence par avoir maille à partir avec un collè gue, un ami, un membre de sa famille en faisant montre d’inimitié. Puis au terme de ce premier temps, nos émotions, si nous ne réglons pas le problème ou le différend par la communication non violente (CNV) telle que mise en œuvre par Martin Luther King, Ghandi et Mandela, alors c’est l’hostilité qui apparaît discrètement puis au grand jour, de manière décomplexée.

Deuxièmement, apparaît le harcèlement (en tête-à-tête ou sous forme de "gang stalking", c’est-à- dire en groupe), en guise de réponse à celui ou celle qui fait œuvre de sa désapprobation envers celui ou celle qui manifeste sa prédation en tant que pervers, paranoïaque ou psychopathe face à son(sa) semblable esseulé(e). Il arrive, cependant, quelques fois que les acteurs d’hostilité et les victimes de harcèlement s’enferment dans un schéma ou les premiers se nourrissent de l’énergie vitale des seconds, en faisant preuve de vampirisme psychique.

Troisièmement, c’est lorsque la haine devient la norme et le summum, c’est lorsque deux clans s’affrontent, pour faire preuve les uns, les autres de haine mutuelle et réciproque allant jusqu’à s’étendre sur plusieurs générations même.

Le cycle de "la violence perpétuelle" prend ainsi naissance. Et c’est là que la rose de l’amitié naturelle issue de l’humanisme devient entièrement une couronne d’épines qui dégénère totalement en xénophobie qu’aucune tentative médiatique (ou pas) de normalisation ne saurait rattraper ou occulter.

Et, à la source de la xénophobie, se trouve, souvent, le fait de cette généralisation abusive d’une injustice individuelle à un groupe ethnique auquel appartient l’auteur des faits criminels, attentatoires aux libertés individuelles ou à l’intégrité psychique, émotionnelle et physique d’une victime au départ du cycle de "violence perpétuelle".

Tour à tour, victime, puis bourreau, la vraie victime collatérale de la xénophobie est l’humanisme.

L’humanisme, valeur cardinale, commune et universelle, qui épouse la thèse (créole réunionnais) que je défends, celle du "tout kouler, un seul et mem ker" (toutes les couleurs pour un seul et même cœur), car, nous sommes fait tous et toutes du même or.

Après s’agissant des faits de délinquance, faute de pouvoir les prévenir par l’éducation, il faudrait pouvoir sévir par une punition dont la valeur pédagogique doit pouvoir ramener leurs auteurs dans "le cercle vertueux et naturel de l’humanisme" si cher, si profitable et si apaisant !

Youssouf Omarjee

guest
1 Commentaires
Kunta Kinté
Kunta Kinté
3 semaines

Un doux rêveur ... Un de plus !!!