10.000 personnes se relaieront

JO-2024: le parcours de la flamme dévoilé trois jours après la claque des perquisitions

  • Publié le 23 juin 2023 à 08:30
  • Actualisé le 23 juin 2023 à 09:21

Après des mois de tractations, les organisateurs des Jeux de Paris 2024 vont dévoiler vendredi le parcours de la flamme olympique, un moment de respiration trois jours après des perquisitions qui ont jeté le trouble sur l'image des JO.

Le moment devait être placé sous le signe de la fête à venir. Mais la justice a quelque peu brouillé le déroulé souhaité par les organisateurs, qui venaient juste de sortir d'une polémique sur leurs billets jugés trop chers par certains.

Mardi, les sièges du Comité d'organisation (Cojo) et de la Solideo (Société de livraison des ouvrages olympiques, chargée des ouvrages pérennes) ont été perquisitionnés dans le cadre de deux enquêtes conduites par le Parquet national financier (PNF) pour des faits présumés, entre autres, de prise illégale d'intérêt ou de favoritisme. La justice s'intéresse à certains marchés passés dans le cadre de ces JO.

Une déflagration pour les organisateurs qui insistent depuis des années sur leur volonté de livrer des jeux "exemplaires".

Prévue dans la plus connue des universités françaises, la Sorbonne, le dévoilement vendredi matin du parcours de la flamme risque donc d'être parasitée par cette actualité judiciaire.

"Nous voulons des Jeux exemplaires et populaires, pour cette raison, nous resterons vigilants jusqu'au bout", a affirmé le patron du Cojo, Tony Estanguet, au journal Sud Ouest, qui a mis en ligne sa réaction jeudi soir. Il n'avait jusque-là pas encore réagi à ces perquisitions.

La ministre des Sports et des JO, Amélie Oudéa-Castéra, qui sera également présente pour le dévoilement du parcours, est restée elle silencieuse sur le sujet depuis mardi - comme l'ensemble du gouvernement.

- La flamme arrivera par la mer -

Quant au relais de la flamme olympique, le mystère sur la carte du parcours va donc être levé, même si la plupart des grandes lignes sont déjà connues. Allumée à Olympie en Grèce comme le veut la tradition, la flamme arrivera par la mer à Marseille à bord du trois-mâts Bélem le 8 mai 2024.

Elle devrait ensuite traverser une soixantaine de départements et territoires (54 départements métropolitains, 5 territoires d'outre-mer et 5 territoires, comme Montpellier) et achever son parcours à travers la France le 26 juillet 2024, soir de la cérémonie d'ouverture des Jeux à Paris.

Tony Estanguet a bien précisé que le lieu d'allumage final n'était "pas arrêté" et "que la Tour Eiffel n'est pas arrêtée comme lieu d'allumage de la vasque".

Certaines collectivités n'ont pas répondu à l'appel, jugeant prohibitif le coût d'un tel événement.

On sait aussi que quelque 10.000 personnes se relaieront pour la porter. Nouveauté pour cette édition française, le relais collectif: un groupe de 24 personnes, dont un seul porteur, pourra participer, pour représenter, par exemple, une fédération sportive. Ils seront 3.000 en collectif et 7.000 en individuel, dont des personnes en situation de handicap, et à parité hommes-femmes, à partir de 15 ans.

- 4 minutes, 200 mètres -

Chaque relayeur portera la flamme pendant environ 4 minutes sur une distance de 200 mètres.

plusieurs milliers de kilomètres parcourus, la question de la sécurité autour de la torche olympique est devenue extrêmement prégnante ces derniers mois. Le climat social né de la réforme des retraites a entraîné plusieurs appels d'activistes à perturber le relais.

Interrogé sur ce point, le Cojo a expliqué qu'"une bulle itinérante" serait formée autour de la flamme et assurée par l'Etat (gendarmerie, police), à laquelle s'ajouteront sur chaque territoire des forces de sécurité locales supplémentaires.

Le dernier passage de la flamme olympique en France, à Paris un jour d'avril 2008, avait laissé un très mauvais souvenir, virant au fiasco. Le passage de la torche dans la capitale avant les Jeux de Pékin avait en effet été émaillé de nombreux incidents, sur fonds de tension sur la question du Tibet, dont de nombreux sympathisants étaient venus dénoncer l'attitude de la Chine.

AFP

guest
1 Commentaires
Dom
Dom
11 mois

Encore de l'argent bien employé