À proximitié du hameau du Haut-Vernet

Disparition d'Emile : des ossements de l'enfant retrouvés

  • Publié le 31 mars 2024 à 14:25
  • Actualisé le 31 mars 2024 à 16:41

Ce dimanche 31 mars 2024, le procureur de la République d'Aix-en-Provence annonce dans un communiqué que des ossements appartenant à Emile, le petit-garçon disparu depuis le 8 juillet 2023, ont été retrouvé à proximité du hameau du Haut-Vernet ce samedi 30 mars. La cause de sa mort reste toujours inconnue (photo d'illustration : AFP)

Triste nouvelle, le procureur a annoncé dans un communiqué que "ce samedi la gendarmerie nationale était informée de la découverte à proximité du hameau du Vernet d'ossements" correspondant à ceux "de l'enfant Emile Soleil", a indiqué dans un court communiqué le procureur d'Aix-en-Provence Jean-Luc Blachon.

"Les enquêteurs prenaient possession des ossements immédiatement transportés à l’IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale) afin de faire procéder à des analyses d’identification génétique qui permettaient de conclure ce 31 mars qu’il s’agissait des ossements de l’enfant Emile Soleil", annonce le communiqué du procureur.

Dans son communiqué le magistrat ajoute que "l’IRCGN poursuit les analyses criminalistiques sur les ossements, tandis que la gendarmerie nationale va déployer des moyens pour entreprendre des recherches complémentaires sur la zone géographique où ils ont été retrouvés".

Ces quelques ossements auraient été retrouvés par un promeneur, a expliqué à l'AFP une source proche du dossier, sans autre précision sur les circonstances, l'enquête suivant son cours. 

Cette découverte d'ossements est une étape importante dans l'enquête sur sa disparition. Aucune piste n'avait été mise de côté, même si la thèse de la chute mortelle avait semblé s'étioler à la suite des multiples battues organisées dans les environs du hameau, situé à 1.200 mètres d'altitude, sur les flancs du massif des Trois-Evêchés, à l'issue desquelles aucun corps n'avait alors été retrouvé.

- Rappel des faits -

Le lundi 8 juillet 2023, le petit garçon aurait échappé à la surveillance de ses grands-parents en fin d'après-midi alors qu'il était en vacances chez eux, au hameau du Haut-Vernet, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Il aurait quitté les lieux et aurait été aperçu dans une rue en descente par deux personnes. Celles-ci ne se seraient pas inquiétées car "il était fréquent de voir des enfants jouer seuls dans ce petit hameau", avait expliqué le procureur.

Une enquête pour "disparition inquiétante" avait été ouverte. 

De nombreuses battues et opérations de ratissage avaient été organisées pour retrouver le petit garçon, sans succès. 

Le procurreur avait annoncé que "la totalité des 30 bâtiments composant le hameau du Haut-Vernet avaient été fouillés, 12 véhicules visités, les 25 habitants du bourg entendus et 12 hectares de terrain méticuleusement ratissés". 

Le 21 août 2023,  l'enquête prenait une nouvelle tournure en s'ouvrant pour "enlèvement et séquestration." Les gendarmes s'orientent à partir de ce moment-là vers l'hypothèse d'un possible enlèvement. 

Ce jeudi 28 mars, une mise en situation avait eu lieu dans le hameau du Haut-Vernet en présence de 17 personnes  convoquées par la justice (sa famille, des voisins et des témoins) pour reconstituer le moment où le petit garçon a été aperçu pour la dernière fois.

L'accès au hameau avait été barré pendant trois jours, la veille et le lendemain de la mise en situation.

Cependant, le mystère était resté entier après cet acte d'enquête à l'issue duquel aucune information n'avait filtré. Il est également trop tôt pour savoir si la découverte des restes de l'enfant samedi est liée ou non à cet événement organisé deux jours plus tôt.

Jusqu'à présent, l'attention avait beaucoup porté sur le grand-père maternel d'Emile, Philippe V., qui avait la garde de l'enfant ce jour-là.

Placé sous statut de témoin assisté dans une enquête sur des violences et agressions sexuelles présumées au début des années 1990 au sein d'un établissement scolaire privé religieux dans le Pas-de-Calais, cette piste a toujours été étudiée, "au même niveau" que les autres, selon une source proche du dossier interrogée il y a quelques jours.

Certaines disparitions d'enfants avaient mis des années à trouver un épilogue, comme celle de Lucas Tronche, un adolescent de 15 ans disparu en 2015 dans le Gard et dont des ossements n'avaient été retrouvés qu'en 2021 le long de la paroi d'une falaise, six ans après, non loin de la maison familiale. La justice n'a jamais pu expliquer les raisons de sa mort.

Lire aussi - Deux mois après, toujours aucune trace du petit Emile

Lire aussi - Disparition d’Emile : l’information judiciaire désormais ouverte pour "enlèvement et de séquestration"

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com avec l'AFP

guest
3 Commentaires
Templier974
Templier974
2 mois

A pierrot 974 :il faut suivre la presse comme tout le monde mais quand on dit la vérité, on est mal vu. Nous sommes en démocratie je crois.

Pierrot 974
Pierrot 974
2 mois

@TEMPLIER 974
"Une vengeance politique" ???
Comment le savez-vous ?
Vous faites partie de l'équipe d'enquêteurs de la gendarmerie et vous avez oublié qu'il fallait taire ses infos ?
Ou bien vous inventez dans je ne sais quel but ?...

Que ce petit innocent repose en paix.

Templier974
Templier974
2 mois

Quelle tristesse, le jour de la Pâques. C'est une histoire de vengeance politique. Les enquêteurs trouveront. Paix à son âme, reposes en paix petit chérubin chéri...