Les syndicats réclament une unité spécialisée

Prison de Domenjod : un officier agressé par un détenu au profil psychologique instable

  • Publié le 11 juillet 2024 à 14:20
  • Actualisé le 11 juillet 2024 à 15:21

Ce mardi 9 juillet 2024, un officier de la prison de Domenjod à Saint-Denis a été victime d'une agression de la part d'un détenusouffrant de pro blèmes psychologiques. L'agent blessé a porté plainte. Au-delà de cette agression, c'est toute l'ambiance qui règne au cœur des prisons de La Réunion qui est pointée du doigt par les agents de la pénitentiaire. Surpopulation constante, manque d'effectifs, pas d'établissement adapté aux profils instables… "on ne voit pas le bout du tunnel", déplore Samuel Fontaine du syndicat Ufap-Unsa justice (Photo www.imazpress.com)

C'est à 17h, heure de la distribution du repas en prison – que l'incident a eu lieu. "Nous avons procédé à la distribution du repas. Un détenu – souffrant de problèmes psychologiques – reçoit son plateau. Au début il pensait pouvoir manger dehors. À la suite de cela le collègue a demandé à un encadrant officier d'intervenir pour lui expliquer qu'il doit rester dans sa cellule pour manger."

Tout avait l'air de bien se passer "mais sans raison apparente, il s'est retourné et a mis une droite, un coup de poing au visage de l'officier puis un coup de plateau", explique Samuel Fontaine.

L'officier a depuis porté plainte.

Lire aussi - Prison de Domenjod : deux agents pénitentiaires agressés par des détenus en 24 heures

- "On ne peut pas être l'unique solution à tous les maux de la société" -

Ce que déplore également le syndicaliste, c'est qu'à La Réunion, "il n'existe pas d'établissement spécialisé pour accueillir ce genre de détenu. "Ils n'ont pas la place chez nous, il leur faut un centre avec une unité spécialisée, gérée par des soignants et l'administration pénitentiaire."

"On ne peut pas être l'unique solution à tous les maux de la société", lance Samuel Fontaine. "Sauf qu'avec les enjeux financiers, l'administration oppose une fin de non-recevoir."

Au-delà de cet incident, ce que pointe du doigt Samuel Fontaine, c'est l'ambiance tendue qui règne au cœur de Domenjod. Une situation déplorable que les syndicats n'ont eu de cesse de répéter depuis des mois.

"Il faut savoir que nous sommes sur un établissement avec actuellement 825 détenus pour 575 places. "On a une centaine de matelas au sol, on prévoit même de mettre quatre détenus dans 9m2", alerte le syndicat Ufap-Unsa justice.

De plus, il y a un manque d'effectifs criant", dit-il.

Lire - À La Réunion, les prisons sont surpeuplées et les surveillants sont en sous-effectif

- À quand des moyens pour La Réunion ? -

Un secteur qui – face à l'instabilité gouvernementale – "ne saura pas à quelle sauce on va être mangé".

Ce qui est certain c'est que pour l'heure "à La Réunion il n'est pas prévu de création d'un nouvel établissement alors qu'il nous faut plus de place".

"La société veut de la sécurité mais pour cela il faut des moyens", poursuit Samuel Fontaine.

Lire aussi - Prisons surpeuplées à La Réunion : face au manque d'effectifs, l'administration pénitentiaire recrute

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
2 Commentaires
Grondin
Grondin
2 jours

Nous sommes tellement nombreux en temps que surveillant voulant rentrer à la Réunion, pour travailler mais malheureusement.

Epsmr
Epsmr
2 jours

Epsmr devrait avoir une annexe dans cette structure. Pour ce qui de l'apeca cela n'existe plus.