Partenariat

L’Université et l’Aract Réunion s’unissent pour améliorer les conditions de travail des Réunionnais

  • Publié le 23 février 2024 à 11:59
  • Actualisé le 23 février 2024 à 14:00

L’Aract Réunion (Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail) et l’Université de La Réunion ont signé un accord mardi 20 février pour unir leurs missions de service public respectives pour améliorer les conditions de travail sur le territoire.En rapprochant les réalités de l'entreprise de la recherche universitaire et en offrant des opportunités de stage, entre autres, cet accord vise à mieux former les étudiants d'aujourd'hui, qui seront les managers de demain, pour permettre de bonnes conditions de travail à La Réunion. A travers le partage des travaux de recherches universitaires, les entreprises vont aussi pouvoir bénéficier d’éclairages indispensables. Nous publions leur communiqué ci-dessous (Photo : UP)

L’Aract Réunion et l’Université de La Réunion unissent leurs efforts pour améliorer la qualité de vie au travail à travers les managers de demain : les étudiants qui sont en cours de formation actuellement.

Les deux structures ont en commun d’avoir des missions de service public et tendre au développement de projets d'amélioration des conditions de travail. "Nous sommes là dans l’objectif premier de partager les informations utiles aux acteurs du territoire afin de faire rayonner l’amélioration des conditions de travail", explique Corinne Dubois, directrice de l’Aract Réunion.

En d’autres termes, les deux entités cherchent à créer des passerelles entre les enseignants, les enseignants-chercheurs, les chercheurs, les personnes en recherche d’un terrain de stage, les professionnels de l’Aract et toutes les instances paritaires composantes de l’Aract. "Ce partenariat s’inscrit complètement dans la stratégie de l’Anact que nous venons de présenter lors de la cérémonie d’anniversaire des 50 ans.

L’Anact dispose d’un conseil scientifique incluant bien entendu des chercheurs et des universitaires et nous nous félicitons de créer ces passerelles avec le monde de la recherche pour la diffusion de ces travaux. Notre expertise doit aussi être au service du monde de la recherche pour une large diffusion ensuite aux entreprises. Nous nous inscrivons dans un travail de prospective. Nous avons besoin d’avoir des points d’appui pour nourrir ce travail", explique Caroline Gadou, la directrice générale de l'Anact, présente via une viso-conférence.

Dans le même temps, les travaux universitaires menés sur les questions de management, d’amélioration de process vont pouvoir être diffusés via les membres paritaires de l’Aract. "L’université forme aujourd’hui ceux qui deviendront managers demain. Il est donc essentiel pour nous de pouvoir dès à présent sensibiliser les enseignants afin qu’ils diffusent les fondamentaux de la qualité des conditions de travail.

Par ailleurs, des thèses sont sans aucun doute porteuses d’enseignements théoriques qui pourraient devenir des mines d’informations pour les entreprises. C’est un partenariat gagnant-gagnant qui va profiter aux étudiants, aux entreprises et bien entendu au territoire réunionnais", continue la directrice.

guest
0 Commentaires