Situation critique

50 millions d'euros de déficit pour le CHU de La Réunion

  • Publié le 28 juin 2023 à 17:12
  • Actualisé le 28 juin 2023 à 18:12

Le CHU de La Réunion annonce un déficit de 50 millions d'euros en 2022. "La faute à l'État" qui n'aurait pas suffisamment accompagné les hôpitaux de l'île selon la direction. Le principal établissement de santé du territoire a lancé un plan d'action ce mercredi 28 juin 2023 pour résorber une partie du déficit et attend un soutien Ministère de la Santé (photo : rb/www.imazpress.com)

"La situation financière du CHU de La Réunion connaît une forte dégradation, avec un déficit 2022 proche de 50 millions d'euros sur un budget de près d'un milliard, imputable à hauteur de 35 millions à des facteurs extérieurs, et ce dans un contexte national d'aggravation du déficit des CHU" a annoncé ce mercredi l'établissement qui dénonce un manque d'accompagnement de la part de l'État en 2022.

- Non-accompagnement de l'État -

En effet pour la direction, la situation serait dû à une absence de revalorisation du coefficient géographique, "bloqué à 31% et évalué a minima à 35%", qui est "censé compenser l'éloignement et l'insularité".

De plus, "le CHU de La Réunion fait partie des établissements n'ayant pas bénéficié des compensations financières prévues au titre du Ségur et du Covid, qui représentent presque 12 millions en 2022" ajoute l'hôpital.

Ainsi, Ericka Bareigts et Philippe Naillet, membres du conseil de surveillance ont affirmé que "70% du déficit est dû au non-respect des engagements de l’État en termes d'accompagnement financier" dans un communiqué.

Face à cette situation, la direction a décidé de mettre en place un plan d'action pour "agir en responsabilité". Ce plan propose des mesures visant à maîtriser l'évolution des charges et à résorber les 15M€ de déficit "dû à des facteurs internes et sur lesquels il y a des leviers d'action".

Le Conseil de surveillance du CHU, réuni ce mercredi a également déposé une motion afin d'attirer l'attention du Ministre de la Santé et de la Prévention sur la situation financière actuelle du CHU. Son soutien a également été demandé "pour continuer à développer une offre de soins de qualité pour la population réunionnaise".

"Nous appelons le gouvernement à tenir ses engagements" ajoute Ericka Bareigts et Philippe Naillet.

- L'hôpital en crise -

À l'aube d'une réforme du modèle de financement des hopitaux annoncée par les pouvoirs publics et discutée prochainement au Parlement, le CHU affirme ne pas pouvoir attendre 2024 pour une compensation des déficits "sur missions de recours". Parmi ces missions, l'aide apportée à Mayotte, l'oncopédiatrie, la chirurgie cardiaque des malformations congénitales ou encore les allogreffes de moelle osseuse.

Ericka Bareigts et Philippe Naillet ont insisté sur la crise traversée par l'hôpital public ces dernières années.

"Un service d’urgence sur cinq en difficulté, des lits qui ferment dans tous les hôpitaux faute de soignants, un taux d’absentéisme des personnels médicaux et paramédicaux qui ne cesse d’augmenter sous l’effet d’une dégradation des conditions de travail... Il n’y a plus de qualificatif assez fort pour établir le diagnostic de la crise de l’hôpital public" ont-ils précisé.

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
2 Commentaires
Koljak
Koljak
11 mois

C'est normal et heureux qu'un hôpital soit en déficit, il n'est tout simplement pas là pour faire de l'argent

Stean
Stean
11 mois

Trop facile de tout mettre sur le dos de l’Etat!! A quand une vraie gestion?? La gestion des ressources humaines n’a de gestion que le nom! Et la gabegie des achats!! Plusieurs millions de matériels jetés qui n’ont jamais servi!!!