Les centrales de béton d'Holcim paralysées

Troisième jour de mobilisation pour les transporteurs, une réunion prévue ce jeudi matin

  • Publié le 9 juin 2016 à 09:50

Ce jeudi 9 juin 2016, le mouvement des transporteurs se poursuit. Les quatre centrales de béton de la société Holcim, à Saint-Pierre, Bras-Panon, Saint-Denis et Saint-Paul sont paralysées. Le conflit entre la FNTR et la direction d'Holcim dure depuis mardi. En cause, la suppression de 22 camions affectés à la livraison du béton pour le chantier de la nouvelle route du littoral. Une réunion de concertation est prévue entre les transporteurs et la direction d'Holcim ce jeudi matin

Ce mercredi, aucune discussion n'a été engagée entre le syndicat et la direction. En l'absence d'accord, toutes les centrales à béton d'Holcim dans l'île sont encore inaccessibles ce jeudi 9 juin 2016.

Selon les syndicats, 22 camions pourraient être supprimés sur une flotte de 57 véhicules. "Nous sommes en grève depuis mardi à cause du non-respect du protocole signé en préfecture avec Holcim, résume Roger Narayanin de la FNTR . La direction dit qu'elle ne pourra pas payer le minimum garanti, qui est de 7 000 euros, et qu'il faut supprimer 22 camions pour maintenir l'activité. Pour nous c'est inacceptable, ce sont 22 pères de famille qui vont se retrouver au chômage".

Les transporteurs qui ont demandé l'ouverture de discussions avec la direction d'Holcim dès mardi, espèrent que la réunion de négociation prévue avec la direction de l"entreprise ce jeudi matin débouche sur un accord. "Si cela n'est pas possible alors nous bloqueront totalement les centrales à béton" préviennent-ils.

Depuis le début du mouvement de protestations de niombreux chantiers, notamment celui de la nouvelle route du littoral (NL) tournent au ralenti.

www.ipreunion.com

guest
1 Commentaires
Bob
Bob
7 ans

Et s'ils acceptaient juste une réduction de leur temps de travail, ils auraient tous un salaire même réduit. Derrière ces blocages ils préfèrent faire jouer chacun pour soi au lieu de conserver un minimum pour tous.