Un résultat sans appel

États-Unis: un chewing-gum permet de résoudre une affaire vieille de 44 ans

  • Publié le 26 mars 2024 à 15:25
  • Actualisé le 26 mars 2024 à 17:00

Mâcher peut parfois vous accuser... C'est en tout cas ce qui est arrivé à un Américain de 60 ans, reconnu coupable du meurtre d'une étudiante dans l'Oregon en 1980. Il a été condamné 44 ans après les faits, grâce à son ADN récupéré sur un chewing-gum.

C'est en 2021 que l'enquête fait un nouveau bond en avant, quand un généalogiste américain s'empare de l'affaire. Il désigne un homme, Robert Plymouth, comme un suspect potentiel. Les enquêteurs entament alors une surveillance très discrète du sexagénaire, jusqu'à ce qu'il crache un chewing-gum par terre dans la rue.

Un chewing-gum qui est aussitôt ramassé par les policiers pour le faire analyser.

Le résultat est sans appel : son ADN est le même que celui retrouvé sur le corps de la jeune étudiante tuée il y a plus de 40 ans.

Robert Plymouth clame alors son innocence, mais il est placé en détention et jugé. Ce n'est finalement que le 15 mars dernier qu'il est officiellement reconnu coupable du meurtre. Une justice tant attendue pour la famille et les amis de la victime, s'est félicité le procureur de l'Oregon.

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

guest
0 Commentaires