Visite d'État

Blinken en Inde pour des discussions sur la Chine et Israël

  • Publié le 10 novembre 2023 à 07:28
  • Actualisé le 10 novembre 2023 à 08:11

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken participera à des discussions vendredi à New Delhi pour renforcer la coopération avec l'Inde face à la montée en puissance de la Chine en Asie-Pacifique, et obtenir son soutien sur la guerre entre Israël et le Hamas.

M. Blinken et le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin doivent rencontrer à New Delhi le ministre des Affaires étrangères Subrahmanyam Jaishankar et le ministre de la Défense Rajnath Singh, pour des entretiens annuels "deux + deux".

Selon M. Jaishankar, les entretiens se concentreront sur "la coopération en matière de défense et de sécurité".

L'Inde, membre du "Quad", alliance de coopération en matière de défense aux côtés des Etats-Unis, de l'Australie et du Japon, se positionne en rempart contre les ambitions de la Chine de plus en plus affirmées dans la région Asie-Pacifique.
Washington espère qu'une relation plus étroite en matière de défense contribuera à éloigner l'Inde de la Russie, principal fournisseur d'armes de New Delhi.

- "Besoin de défense" -

"Notre intention est d'encourager une plus grande collaboration pour produire des équipements de défense de classe internationale pour répondre aux besoins de défense de l'Inde et contribuer à une plus grande sécurité mondiale", a déclaré Donald Lu, le plus haut diplomate américain pour l'Asie du Sud et l'Asie centrale.

En provenance de Corée du Sud, M. Blinken est arrivé jeudi soir dans la capitale indienne, dernière étape d'une tournée marathon qui l'a conduit au Moyen-Orient mais aussi au Japon où il a assisté à une réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 pour chercher un terrain d'entente après plus d'un mois de guerre entre Israël et le Hamas.

L'Inde, prompte à condamner le Hamas après les attaques en Israël le 7 octobre, partage la position de Washington en faveur de la création d'un Etat palestinien indépendant.

"Le gouvernement indien a été direct dans sa condamnation de l'attaque terroriste du Hamas et s'est également joint au chœur des nations, y compris les Etats-Unis, qui ont appelé à un accès humanitaire durable à Gaza", a déclaré M. Lu.

Le Premier ministre Narendra Modi s'est déclaré "solidaire d'Israël" et l'Inde a envoyé de l'aide, en Egypte, destinée aux civils palestiniens de la bande de Gaza assiégée.

Le conflit actuel pose un défi majeur au projet de création d'une route commerciale reliant l'Europe, le Moyen-Orient et l'Inde, dévoilé lors du sommet du G20 à Delhi en septembre.

"Avec l'Inde, nous partageons les objectifs consistant à empêcher la propagation de ce conflit, à préserver la stabilité au Moyen-Orient et à faire avancer une solution à deux Etats", a ajouté M. Lu.

- "Libre, ouvert, prospère, sûr" -

"Nous serons intéressés de savoir comment évoluent les discussions entre l'Inde et la Chine sur les questions frontalières", a aussi indiqué M. Lu.

De vieux différends frontaliers dans l'Himalaya restent une source de tension entre l'Inde et la Chine. En juin 2020, un affrontement exceptionnel entre soldats indiens et chinois avait eu lieu au Ladakh (nord de l'Inde).

"L'un des nombreux points de discussion sera notre coopération avec l'Inde pour maintenir l'Indo-Pacifique libre, ouvert, prospère et sûr", a-t-il précisé

Cette dernière expression est, pour Washington, une manière de critiquer de manière voilée, la Chine et ses ambitions économiques ainsi que territoriales et stratégiques dans la région.

L'Inde a dû équilibrer son alliance traditionnelle avec la Russie, qui lui fournit la plupart de ses achats d'armes et de pétrole à prix réduit depuis l'invasion russe de l'Ukraine, par le biais d'un rapprochement croissant avec Washington.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie sera également à l'ordre du jour, a souligné M. Lu.

L'administration américaine a donné la priorité aux relations avec l'Inde, considérée comme un partenaire partageant les mêmes inquiétudes face à la Chine, mais une récente querelle entre New Delhi et Ottawa, vieil allié des Etats-Unis, pourrait embarrasser M. Blinken.

Les relations entre l'Inde et le Canada se sont détériorées en septembre quand le Premier ministre Justin Trudeau a publiquement impliqué les services de renseignements indiens dans le meurtre d'un Canadien d'origine indienne.

Les autorités indiennes, qui ont qualifié cette hypothèse d'"absurde", recherchaient pour terrorisme et complot en vue de commettre un meurtre Hardeep Singh Nijjar qui militait pour la création d'un Etat sikh, indépendant de l'Inde.

"Nous avons exhorté publiquement et en privé le gouvernement indien à coopérer avec le Canada dans le cadre de l'enquête sur ces accusations", a déclaré M. Lu. "Nous espérons que l'enquête canadienne se poursuivra et que les auteurs seront traduits en justice".

AFP

guest
0 Commentaires