Ils ont été placés en détention

Courbevoie : deux adolescents de 13 ans mis en examen pour viol et violences antisémites sur mineure de 12 ans

  • Publié le 19 juin 2024 à 02:58
  • Actualisé le 19 juin 2024 à 08:04

Deux adolescents ont été mis en examen mardi soir pour viol en réunion, menaces de mort, injures et violences antisémites sur une jeune fille de 12 ans à Courbevoie (Hauts-de-Seine) près de Paris, des faits qui suscitaient une très vive émotion dans la communauté juive et au-delà.

Selon le parquet de Nanterre, un troisième suspect, également mineur, a été placé sous le statut de témoin assisté pour viol et mis en examen pour les autres infractions visées par l'enquête.

Deux des trois adolescents, âgés de 13 ans, ont été placés sous mandat de dépôt par un juge des libertés et de la détention, tandis que le troisième, âgé de 12 ans, a fait l'objet d'une mesure éducative judiciaire provisoire, a-t-on indiqué de même source.

Ces trois mineurs avaient été interpellés et "placés en garde à vue et rétention, en fonction de leur âge", lundi, avait précisé un peu plus tôt le parquet.

Ils ont été présentés mardi après-midi à un juge d'instruction dans le cadre d'une information judiciaire ouverte notamment pour viol et agression sexuelle en réunion sur mineure de 15 ans, tentative d'extorsion, atteinte à l'intimité de la vie privée et menace de mort.

Les infractions de "violences et injures" sont "aggravées par leur commission à raison de l'appartenance de la victime à une religion", avait précisé le ministère public.

Les faits ont été dénoncés par la jeune fille samedi soir. Une enquête en flagrance a alors été ouverte, d'abord confiée au commissariat de Courbevoie, ville de la banlieue nord-ouest de Paris, puis à la brigade territoriale de protection de la famille des Hauts-de-Seine.

Selon une source policière, la mineure a expliqué avoir été abordée par trois adolescents et entraînée dans un hangar alors qu'elle se trouvait dans un parc proche de son domicile avec un ami.

Les suspects l'ont frappée et "lui ont imposé des pénétrations anales et vaginales, une fellation, tout en lui proférant des menaces de mort et des propos antisémites", a précisé cette même source.

Son ami est parvenu à identifier deux des agresseurs.

L'adolescente a été prise en charge par les sapeurs-pompiers et transportée à l'unité médico-judiciaire de Garches (Hauts-de-Seine).

- "Sordide" -

Le président du Consistoire central, Elie Korchia, a exprimé mardi soir dans un tweet son "soutien à cette jeune victime, de confession juive, qui a subi un viol et des agressions insupportables", déplorant "un crime sexuel sordide et ignoble qui nous émeut profondément".

"Nul ne saurait être dédouané face à ce déferlement antisémite sans précédent", a commenté sur X le grand rabbin de France Haïm Korsia, se disant "horrifié".

Sur le même réseau social, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a dit son "immense émotion face au viol tragique de cette jeune fille", prévenant qu'il suivra "avec vigilance tous les développements de cette affaire extrêmement inquiétante".

"C'est un acte abject, on ne peut pas penser que ça existe encore", a réagi auprès de l'AFP Jacques Kossowski, maire Les Républicains (LR) de Courbevoie.

"Ce que j'espère c'est que la justice puisse condamner fermement ces agresseurs, quel que soit leur âge", a poursuivi l'édile.

Une fermeté également réclamée sur X par le sénateur LR des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi, pour qui "il est temps que les actes antisémites (...) soient beaucoup plus sévèrement punis".

Les actes antisémites ont flambé en France au premier trimestre 2024, selon des chiffres du gouvernement, qui a fait état de "366 faits antisémites" recensés entre janvier et mars, en hausse de 300% par rapport aux trois premiers mois de l'année 2023.

En janvier, le Crif avait rapporté une forte augmentation des actes antisémites en France, qui ont été multipliés par quatre en un an, passant de 436 en 2022 à 1.676 en 2023, avec une "explosion" après le 7 octobre et l'attaque menée par le mouvement islamiste palestinien Hamas en Israël.

AFP

guest
2 Commentaires
Zent
Zent
1 mois

Commentaire hypocrite qui se garde bien de mettre de côté le caractère antisémite. Cette jeune fille a été violée parce que juive. Résultat de la réthorique irresponsable LFI, occupé à draguer tout ce qu’il y a de plus abject dans l’islamisme.

Ded
Ded
1 mois

les jeunes n'ont plus aucun repaires et font ce qu'ils veulent !
La faute aux réseaux sociaux , c'est certains , qui diffusent des saloperies à longueur de journée sans modération ( sauf pour des tableaux de nus car n'oublions pas le puritanisme américain qui préfère les tueries de masse et le sang à une paire de fesses), sans doute aussi la faute de certains parents qui eux aussi ont été biberonnés aux réseaux sociaux dans leur jeune âge , mais aussi aux fumeuses théories du laisser faire et de l'enfant roi ( et ça , ça ne vient pas de 68 !!!) et enfin , des exemples honteux des élus d'aujourd'hui ou d'autres pseudo personnalités du showbiz qui n'ont plus aucune retenue et qui sont tellement crétins qu'ils n'ont pas encore compris qu'ils ne peuvent plus rien cacher grâce aux téléphones qui filment tout et à internet qui diffuse