Après des blocus dans les Universités

Mobilisations propalestiniennes: 86 personnes placées en garde à vue

  • Publié le 8 mai 2024 à 17:22
  • Actualisé le 8 mai 2024 à 18:10

L'évacuation de militants propalestiniens de l'université de la Sorbonne à Paris mardi soir a donné lieu au placement en garde à vue de 86 personnes, a indiqué le parquet de Paris mercredi.

Le ministère public doit faire mercredi un nouveau bilan sur ces mesures en cours qui concernent toutes des personnes majeures.

Ces gardes à vue peuvent durer 24 heures avant une première décision sur une prolongation de 24 heures supplémentaires.

"Les infractions principalement visées sont les suivantes : dégradations volontaires, participation à un groupement en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destruction/dégradation de biens, rébellion, violence sur personne dépositaire de l’autorité publique ou intrusion dans l'enceinte d'un établissement d'enseignement scolaire en réunion dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l'établissement", a ajouté le parquet.

Les forces de l'ordre sont de nouveau intervenues mardi dans l'université de la Sorbonne et devant Sciences Po Paris pour mettre fin à des rassemblements et des actions de blocage de militants propalestiniens, en écho aux messages répétés de fermeté du gouvernement.

Moins de 24 heures après que le Premier ministre Gabriel Attal a rappelé lundi soir qu'il n'y aurait "jamais de droit au blocage" dans les universités françaises, les forces de l'ordre ont pénétré mardi soir dans la Sorbonne pour évacuer des manifestants propalestiniens qui occupaient depuis environ deux heures un amphithéâtre, en "solidarité" avec Gaza, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les militants, qui étaient une centaine environ à l'intérieur, selon des sources concordantes, ont été sortis au compte-gouttes dans une rue latérale de l'université, parfois portés à bout de bras par des agents.

La préfecture de police avait fait état de 88 interpellations lors de cette intervention achevée peu avant minuit, selon le rectorat et une source policière.

Plusieurs organisations politiques et syndicales, dont la France insoumise, Urgence Palestine, Solidaires ou l'Union étudiante, ont appelé à un rassemblement à la mi-journée devant l'Hôtel de ville de Paris pour demander la remise en liberté des militants interpellés.

L'Unef, qui a appelé aussi à ce rassemblement, a réclamé dans un communiqué "l'arrêt immédiat de la répression des étudiant.e.s qui se mobilisent pour la paix".

Devant l'Hôtel de Ville, au milieu des drapeaux palestiniens, de syndicats ou de partis de gauche, la centaine de manifestants, jeunes pour la plupart, a scandé "Libérez nos camarades". Mais aussi "Palestine vaincra et Palestine vivra".

"Si le pouvoir utilise l'arme de la répression policière, c'est parce qu'il a peur de vous" et qu'il est en train de "perdre la bataille de l'opinion", a déclaré le député LFI William Martinet, présent avec la députée LFI Sarah Legrain.

"Ce genre d'interpellations de masse n'a pas de sens" alors que la jeunesse visée "exprime un mouvement d'humanité très partagé" vis-à-vis de Gaza, a dit cette dernière à l'AFP.

AFP

guest
1 Commentaires
Philippe Bonato
Philippe Bonato
2 semaines

Il faut cesser ce génocide à Gaza.